“La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice.” Baruch Spinoza

Ecoutez-voir
  • La nausée : Quand la police de Baroin s’attaquent aux pauvres !
  • 12 octobre 2011,
    par FLORENT BALLANFAT
  • La police municipale Troyenne sait faire preuve de zèle lorsqu’il s’agit de s’attaquer à ceux qui dérangent Monsieur le Maire. Les communistes sont (...)

  • Lire la suite

LES NONNETTES

lundi 21 novembre 2011 , 333 : visites , par JPC

En 2001, j’étais à Calais pour manifester contre les 570 licenciements dans la branche biscuits de LU. Je suis militant. Je suis grand-père aussi et j’ai voulu faire goûter à ma petite-fille les Nonnettes, ces gâteaux au miel fourrés à l’orange qui étaient jadis fabriqués par des nonnes (d’où leur nom) dijonnaises et même rémoises.

LU les vend sous le nom de « Chamonix ». Allez savoir pourquoi ? D’autant que, sur le paquet, il est précisé : « ces biscuits ne sont pas fabriqués à Chamonix ». Les nonnes industrieuses ont disparu. La Nonnette, sans passer par Chamonix donc, fut fabriquée à Ris-Orangis près de Paris… jusqu’en 2001. Il faut dire que le fameux « l’état ne peut pas tout » de Jospin, en 2000 à propos des licenciements boursiers chez Michelin avait fait son chemin dans les cerveaux patronaux. De l’eau est passée sous les ponts, de l’argent sous les tables et dans les poches des banquiers et des actionnaires, qui sont souvent les mêmes, et mes Nonnettes sont fabriquées en Pologne. Parfaitement, « made in Poland ». Délocalisées, mes Nonnettes sont néanmoins géographiquement localisées. Si, comme moi, vous lisez les étiquettes, il y a souvent un évasif « made in E.U. », fabriqué dans l’Union Européenne. Le miel de mes Nonnettes vendrait-il de Lituanie, la confiture d’orange de Chypre et d’autres ingrédients de Slovénie, de Finlande, de Bulgarie ? Manger, se vêtir est aujourd’hui devenu un vrai tour du monde. Un tour du monde de la misère car je me dis que si ces produits sont fabriqués « là-bas », c’est que les ouvriers y sont payés moins cher. Et que pour pouvoir les payer moins cher, il a fallu cesser d’en payer d’autres en les mettant au chômage. Mes Nonnettes ne sont pas les madeleines de Proust. Il y aurait pourtant beaucoup d’enseignements à en tirer.

Rémi

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|