“Les macronistes, ces personnes étranges qui veulent des contreparties aux aides sociales, mais qui distribuent sans condition des subventions aux grosses multinationales !" Ian BROSSAT

Dossier
  • Projet socialiste pour 2012
    22 octobre 2011

    Face à la droite de l’austérité, des régressions sociales et sociétales, s’exprime la montée en puissance d’une alternative d’avenir. Elle ne se construira que par un réel débat à gauche. Aujourd’hui, l’enjeu dépasse largement la contestation d’un pouvoir et d’un système dont on mesure l’extrême nocivité pour notre peuple. Il s’agit maintenant de construire, (...)

    Lire la suite
Le dessin

22 octobre 2011
L'Humeur
  • L’image d’un monde
  • 22 octobre 2011,
    par Guy Cure
  • Avez-vous vu Liliane Bettencourt ces temps-ci ? avez-vous pris de ses nouvelles ? Par presse interposée, bien sûr ; je me doute que bien peu de lecteurs de La dépêche font partie de son monde. c’est la femme la plus riche de France ; un symbole du (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • UN CRIME D’ETAT
  • 22 octobre 2011,
    par Jean Lefevre
  • On reparle volontiers dans les médias du massacre perpétré à Paris le 17 octobre 1961. Difficile à cacher maintenant que les associations et les (...)

  • Lire la suite
1 Clic une Claque
  • SUR LE BLOG DE JEAN-LUC MÉLENCHON
  • samedi 22 octobre 2011
  • On a entendu les cris déchirants de ceux qui s’opposent par principe à l’augmentation du SMIC proposée par le programme du Front de Gauche. « Comment (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2011 > Octobre > N1152 > Histoire locale

Histoire locale

samedi 22 octobre 2011 , 166 : visites , par Jean Lefevre

En 1982 Mitterrand est président. La gauche a attendu 23 ans avant de revenir au pouvoir. il y a quatre ministres communistes. Les forces d’extrême droite se déchaînent et tentent d’exciter la réaction par des attentats. c’est ainsi que dans la nuit du 25 au 26 octobre 1982, des coups de feu sont tirés contre le siège du PCF et de la dépêche de l’aube, sis 18, rue du palais de Justice à troyes. Le rideau de fer portera de longues années l’impact des balles de chevrotines qui ont du coup brisé les vitres et auraient pu tuer quelqu’un.

Les trois auteurs de l’attentat qui circulaient à bord d’une Mercédès appartenaient à trois familles troyennes très connues. ils n’en étaient pas à leur première violence puisqu’ils avaient également à l’aide d’un fusil à pompe de type riot gun et d’un fusil à canon scié, tiré contre le restaurant « Chez Saïd » rue viardin où il y avait de nombreux clients, contre trois maghrébins rue charles-gros, contre les mairies de Sainte-Savine, de Bouilly, contre la discothèque « Le Bleu marine ». ils ont même ajouté à leurs méfaits un hold-up dans une station service qui leur a rapporté 2 000 F.
Ces équipées sauvages firent trois blessés. Les trois voyous, en mal de révolution nationale, furent lourdement condamnés. des trois malfaiteurs, l’un était membre et ancien dirigeant du PFN (futur FN) et les deux autres sympathisants. Le juge, Mlle Just a d’ailleurs entendu les dirigeants troyens et parisiens de ce parti extrémiste.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1152

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|