“Les macronistes, ces personnes étranges qui veulent des contreparties aux aides sociales, mais qui distribuent sans condition des subventions aux grosses multinationales !" Ian BROSSAT

L'Humeur
  • LE CHIFFON ROUGE
  • 13 octobre 2011,
    par Jean Lefevre
  • Tout le monde se dit que la presse est vendue, qu’elle est dans les mains du pouvoir… Quelle erreur ! la preuve, elle a couvert sans vergogne les primaires socialistes. mieux, elle s’est trouvée un nouveau chouchou : après Besancenot, c’est le tour (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Paroles de romillonne
  • 13 octobre 2011
  • Dans l’est-éclair du vendredi 7 octobre, madame sarah auzols s’exprime sur la politique municipale actuelle. elle dit, entre autre, je la cite : « (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2011 > Octobre > N1151 > Européens de tous les pays, unissons-nous !

Contre l’austérité, contre les marchés financiers...

Européens de tous les pays, unissons-nous !

jeudi 13 octobre 2011 , 204 : visites , par LDA

“Avec le Front de gauche, le Parti de la gauche européenne, nous prenons la responsabilité d’engager un combat qui est politique, social, écologique, démocratique, qui est tout simplement universel”.

Grèce, Espagne, Italie, Hongrie, Allemagne... Le 7 octobre, le célèbre dôme parisien d’Oscar Niemeyer était sans conteste le coeur de l’Europe des Indignés, un coeur palpitant au rythme des colères, des luttes et des espoirs. Un spectre hante l’Europe : celui d’une crise sans précédent, de régressions comme jamais depuis les grandes guerres mondiales.

Spectre pourtant bien réel, proliférant et destructeur auquel ont donné vie les “tous les libéraux et les sociaux-libéraux qui nous mènent à la catastrophe [...] Sarkozy, Merkel, Barroso, Zapatero, Papandréou... tous sont en vérité les croque-morts de l’idée européenne” comme les a qualifiés Pierre Laurent, président du Parti de la gauche européenne. “Grâce à eux, grâce à leur politique, les droits sociaux des peuples européens sont liquidés un à un ; les travailleurs, leurs salaires, leurs retraites, sont sacrifiés ; on revoit ressurgir les discours égoïstes du chacun pour soi [...] leur Europe est un mensonge permanent, un échec permanent, un coup de force permanent”.

REPRENDRE LE POUVOIR

Pour Pierre Laurent comme pour le candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle, J.-L. Mélenchon, l’enjeu majeur, si nous voulons sortir de la crise, c’est d’“engager une politique de résistance et de combat contre les banques et les marchés financiers”. Il faut leur reprendre le pouvoir. La mobilisation unitaire du 11 octobre, les luttes sectorielles et locales en cours et même, à leur façon, les résultats du 1er tour de la primaire du PS, traduisent la volonté d’un rassemblement pour faire échec à la droite, certes, mais surtout bien ancré à gauche. C’est la bataille à mener des semaines et des mois à venir : “ce qui est en jeu avec la crise européenne c’est le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes [...] Ce qui est en jeu, c’est un tout autre développement humain”.

UNE “INITIATIVE CITOYENNE EUROPÉENNE”

Les dernières mesures prises illustrent, s’il en était encore besoin, la servilité des dirigeants européens face aux marchés. Mesures de la honte autant que de l’affolement. En 2012, le programme alimentaire pour les seules organisations françaises - sera sabré de 145 millions d’euros. Ils en sont là, ils ont osé, et ils sont prêts à faire pire encore. Et puis il y a les bedeaux du “moins pire”, tous les rebouteux, roses ou verts, du système politique bipolarisé. Ils ne s’attaquent pas à la racine du mal, ils calment la douleur. Telle n’est pas la démarche du Front de Gauche, ni celle du PGE qui lancera l’an prochain une “initiative citoyenne européenne” qui aura pour but de collecter des pétitions demandant la création d’un fonds européen de développement social qui prêterait aux états à bas taux. Initiative, combinée à d’autres, qui permettra d’engager le débat avec le peuple, avec les peuples d’Europe. “L’internationalisme est notre drapeau. Contre l’austérité, contre les marchés financiers, Européens de tous les pays, unissons-nous, l’avenir nous appartient !”, devait conclure le secrétaire national du PCF.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1151

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|