“La paix n’est pas l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice.” Baruch Spinoza

L'Humeur
  • rafle
  • 2 octobre 2011,
    par Jean Lefevre
  • Les associations veillent sur le respect des droits des sans papiers, car, dans un pays démocratique, les sans-papiers ont des droits. Eh ! oui, ce sont des hommes, des femmes, des enfants... Et de plus, en situation précaire. Genre hérisson qui (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • “AUBOISEMENT CORRECT” TOTALEMENT INCORRECT
  • 1er octobre 2011,
    par Jean Lefevre
  • Je suis respectueux de toutes les opinions sauf les racistes qui ne sont pas des opinions mais des délits. Je respecte donc Auboisement Correct (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2011 > Septembre > N1149 > Troyes - Procès de Guillaume Roland. un fait sans précédent.

Troyes - Procès de Guillaume Roland. un fait sans précédent.

samedi 1er octobre 2011 , 300 : visites

Ils étaient environ 150 devant le Palais de Justice, le 22 septembre, venus de tout le département soutenir Guillaume Roland. Le syndicaliste CGT de l’Aube était appelé à comparaître pour dégradations de la grille de la préfecture lors d’une manifestation à Troyes contre le projet de réforme des retraites en octobre 2010.

Si le militant de la CGT n’encourait pas une amende de vingt mille euros et une peine de deux mois de prison avec sursis, plus 50 heures de travaux d’intérêt général, l’affaire pourrait prêter à sourire. Mais tel n’est pas le cas. Quoiqu’il en soit, si Guillaume Roland est seul accusé, parmi des milliers de manifestants, d’avoir jeté des tissus enflammés dans la cour de la préfecture, le torchon n’a jamais cessé de brûler entre les salariés, leurs organisations et un gouvernement UMP, filiale du Médef.

Les “dégradations”, d’abord chiffrées à 37 000 euros puis ramenées à 20 000 côté préfectoral, ont été estimées par un huissier à 8 300 euros. Voilà pour l’objet du délit. Mais derrière tout cela, c’est la carte de l’intimidation qui est jouée par un pouvoir aujourd’hui aux abois et dont les dégradations en matière sociale et économique se chiffrent en milliards d’euros. Menaces encore de la part d’un préfet contre les associations qui luttent dans l’Aube contre les expulsions, aussi expéditives et brutales que semiclandestines, de sans-papiers. Il s’agit là d’atteindre les quotas, chiffres inhumains aux sinistres résonances. Donc on intimide, on menace, on brandit le glaive de la justice à qui on a d’abord pris soin d’orienter le regard. Hélas, tels des yeux de graisse qui montent à la surface du bouillon, les affaires éclosent en moisissures de scandales qui tachent les valises Vuitton pleines de billets.

La justice se prononcera le 12 octobre. Mais, comme l’a prévenu le responsable départemental de la CGT, « il y aura un avant et un après Guillaume ». Dans le contexte actuel, au vu des mobilisations en cours, ce n’est pas la “tagada-tactiiiique du gendarme” chantée par Bourvil... ou par Sarkozy, qui impressionnera les salariés qui défendent leur pain, les chômeurs le respect et leur dignité, les fonctionnaires qui défendent les services publics... Les communistes Aubois et les élus du PCF étaient bien évidemment présents au rassemblement et solidaires du syndicaliste.

P.-S.

La dépêche de l’Aube N1149

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|