Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut pénétrer partout, s’établir partout, créer partout des moyens de communication. Karl Marx - Friedrich Engels Manifeste du Parti communiste - 1848

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > Culture > Il faut sauver le cinéma Eden ! la maligne comédie du maire

Romilly

Il faut sauver le cinéma Eden ! la maligne comédie du maire

la maligne comédie du maire

vendredi 13 mai 2011 , 240 : visites , par Rémi

La droite locale a mis en danger la pérénnité du cinéma Eden. De plus en plus de voix s’élèvent appelant à se mobiliser pour défendre ce foyer culturel romillon.

Toilette mortuaire que la récente rénovation du cinéma Eden ? La pompe et l’apparat furent de la cérémonie inaugurale avec la présence de Bébel, dont la venue devait être l’occasion de lancer l’idée de baptiser le futur centre culturel du nom du père de l’acteur, sculpteur de son état mais au passé vertde- gris pendant la guerre. L’entrée en résistance de l’opposition municipale et d’associations d’anciens combattants a contraint le maire au recul. Ce n’est pas le premier, ce ne sera sans doute pas le dernier.

CHRONIQUE D’UNE MORT SANS L’ANNONCER

La communauté de commune, dont le président Guy Allard est aussi adjoint du maire Vuillemin, lequel siège lui-même dans cette assemblée, a donné son accord pour l’ouverture d’un cinéma multiplex de 6 salles dans la zone de La Belle-Idée. Aussitôt des voix se sont élevées contre cette implantation qui, très concrètement et bien que s’en défende le maire gêné aux entournures, signe l’arrêt de mort de l’Eden. Au fil des ans, ce dernier avait acquis une solide réputation avec notamment le souci de son équipe d’offrir aux romillons une programmation de qualité. De ce point de vue, on peut faire confiance au multiplex privé, dont les propriétaires n’auront de cesse de mettre à l’affiche toutes les “daubes” populacières mais très rentables.

La culture y perdra, mais l’objectif de cette implantation n’est pas là. Il s’agit d’attirer et de fidéliser une clientèle à une zone commerciale . En laissant s’éteindre à petit feu un foyer culturel public comme le cinéma Eden, si besoin est en versant sur les braises un peu d’eau, la doublette Vuillemin- Allard affiche une nouvelle fois et sans ambiguïté ses préférences : la concurrence, la marchandisation qui tire vers le bas la culture, le libéralisme sauvage. Le cinéma Eden représente un pan de notre patrimoine culturel local que la municipalité à direction communiste s’était, en dépit d’embûches nombreuses, attachée à faire renaître en 1984.

LE GÉNÉRIQUE DE FIN N’EST PAS ENCORE ÉCRIT

L’espace citoyen « Romilly, une ville pour tous » a, dès le début, diffusé un tract appelant à se mobiliser et proposé un questionnaire à la population. Aujourd’hui, une nouvelle étape est franchie dans la défense de l’Eden puisqu’une réunion est organisée le mardi 17 mai à 18 h au foyer Ambroise-Croizat.

Il s’agira d’examiner les initiatives à organiser pour que soient assurés les moyens d’existence de notre cinéma public et le sortir de l’infernale spirale où l’on engagé la droite municipale. L’Eden doit vivre, aidons-le !

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1129

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|