“Les révolutions ne s’exportent pas, elles surgissent des conditions d’exploitation que les gouvernements [...] exercent contre les peuples.” Che Guevara

Dossier
  • Un plan social sans précédent à l’éducation Nationale..
    13 mai 2011

    Laurence Corpel “Le total renoncement politique du gouvernement au principe d’une éducation de qualité pour tous” L. Corpel est membre du bureau du SDEN-CGT et est élue à la Commission administrative paritaire académique pour la CGT. LA DÉPÊCHE DE L’AUBE : quelle est la traduction dans l’Aube de la politique du (...)

    Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2011 > Mai > N1129 > Un plan social sans précédent à l’éducation Nationale..

Un plan social sans précédent à l’éducation Nationale..

Deux interviews, un témoignage. Laurence Corpel. Béatrice Bergeron.

vendredi 13 mai 2011 , 329 : visites

Laurence Corpel

“Le total renoncement politique du gouvernement au principe d’une éducation de qualité pour tous”

L. Corpel est membre du bureau du SDEN-CGT et est élue à la Commission administrative paritaire académique pour la CGT.
LA DÉPÊCHE DE L’AUBE :

quelle est la traduction dans l’Aube de la politique du gouvernement en matière de suppressions de postes et de fermetures d’écoles ?

LAURENCE CORPEL :

Depuis quelques années, il y a plus de suppressions d’emplois dans l’éducation Nationale que de licenciements dans la métallurgie dans les années 80. Dans l’Aube à la rentrée 2011, 23 postes dans le premier degré pour 108 élèves supplémentaires sont attendus  ! En revanche, 12 postes en collège et 31 en lycée seront supprimés.

Comment dela va-t-il se traduire ?

Par davantage de regroupements pédagogiques avec de jeunes élèves obligés de prendre le car souvent très tôt pour rejoindre une école (transport qui doit maintenant être pris en charge par les parents ne l’oublions pas !) et l’impossibilité de scolariser les moins de 3 ans faute de places. Par des classes surchargées avec des élèves , des enseignants en souffrance et encore plus de violences scolaires. Comment, en entassant trente enfants dans une salle peut-on faire un enseignement individualisé ?

Comment ne pas perdre les plus en difficulté ?

Comment faire avancer les plus rapides ?

Comment au lycée, avec 36 élèves, repérer les lacunes de chacun et y remédier ?

Il y aura aussi la disparition de formations ( certaines sont fermées dans le public mais ouvertes dans le privé comme le CAP fleuriste à Gabriel- Voisin ) ce qui va encore obliger les jeunes à se déplacer ou à renoncer à un leur scolarité.

Dans le même temps, il faut savoir que le déficit d’enseignants est tel que le rectorat fait appel à Pôle Emploi pour recruter des personnels qui vont prendre en charge des élèves du jour au lendemain sans aucune formation !

LDA : quelle est selon vous la motivation profonde d’une telle politique ?

L.C. : 16 000 suppressions de postes à la rentrée, 66 000 depuis 2007 ! C’est un plan social irresponsable que nous dénonçons alors qu’une enquête récente place la France à l’avant-dernière place en nombre d’enseignants par habitant ! Cela illustre bien le total renoncement politique de ce gouvernement au principe d’une éducation de qualité pour tous ,à la lutte contre les inégalités scolaires, etc. au prétexte d’économies budgétaires !

Mais ce n’est pas tout : depuis une petite dizaine d’années ,différents ministres se sont évertués à accommoder le service public de l’éducation Nationale aux principes du management « moderne », avec la volonté d’imiter le modèle de relations sociales du secteur privé, en transformant chaque établissement en petite entreprise autonome.

Nous ne sommes pas dupes : cette politique de dérégulation du service public, avant de s’attaquer à l’éducation, a visé les salariés de France Telecom, d’EDF ou de la SNCF, mais elle atteint une intensité inédite dans notre secteur et les attaques contre le corps professoral et le service public d’éducation Nationale n’ont jamais été aussi violentes .Dans le même temps, de nombreux jeunes et leurs parents subissent de plein fouet les dégâts considérables d’une économie ultra-libérale. Précariser le statut enseignant pour enseigner à des populations précarisées et si c’était cela leur « projet » ?

Béatrice Bergeron

“Il faut continuer à se mobiliser. C’est la seule solution pour que l’intérêt des enfants prime”

Béatrice Bergeron est responsable de la fédération de parents d’élèves FCPE à Romilly-sur-Seine
LA DÉPÊCHE DE L’AUBE :

Quelle est la situation pour les élèves de Romilly ?

BÉATRICE BERGERON :

 Romilly ne fait pas exception à la règle. 13 postes doivent être supprimés à la rentrée prochaine.

C’est énorme et sans aucune logique, si ce n’est celle de faire des économies. La riposte se prépare, notamment, avec un grand rassemblement le 21 mai prochain. Comme ailleurs, la situation s’aggrave. Nous devons nous battre contre des classes surchargées et des professeurs non-remplacés. Ce n’est pas digne d’un pays qui doit préparer l’avenir de ses enfants. De plus, Romilly, qui connait une situation économique difficile et donc une population de plus en plus fragile, va se voir amputée d’un poste de psychologue au RASED. C’est inacceptable car les besoins se font de plus en plus sentir. Cela implique que des dossiers resteront en attente et que des enfants ne seront pas aidés dans les meilleurs délais.

Cette politique nationale est désastreuse, elle consiste à supprimer des postes, aveuglément, loin de la réalité du terrain et très loin de l’intérêt de tous les élèves. C’est cette même politique qui est malheureusement déclinée au niveau départemental avec l’instauration du paiement des transports scolaires et maintenant, chez nous, au niveau local avec la remise en cause de la gratuité des études surveillées, la suppression des accueils de midi et l’augmentation de la restauration scolaire (jusqu’à + 60 %). Il faut continuer à se mobiliser et à se faire entendre, c’est la seule solution pour que l’intérêt des enfants prime.

P.-S.

Le réseau national école du PCF

Le réseau national école constitue un collectif de travail ouvert composé de militants communistes, associatifs et syndicaux qui ont a coeur de travailler à la transformation progressiste de l’école. Il travaille en lien avec la commission enseignement supérieur et recherche du PCF.

infos et contact :http://new.pcf.fr/spip.php?rubrique82

La Dépêche de l’Aube N1129

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|