" Le combat de la vie est toujours politique et par les temps qui courent, il est toujours necessaire. " Michel Piccoli

Accueil > Archives > National > Election > Prime aux salariés, prime à la démagogie, poudre aux yeux ! sarkozy “primé” (...)

Prime aux salariés, prime à la démagogie, poudre aux yeux ! sarkozy “primé” pour son baratin

jeudi 21 avril 2011 , 350 : visites , par LDA

De l’escapade ardennaise, le 19 avril, du président de la République, le monde du travail peut tirer un enseignement utile : il faut lutter pour faire augmenter les salaires.

Il y a toutes les raisons pour les travailleurs et leurs organisations syndicales d’engager le combat pour des augmentations de salaires. Sarkozy re connait aujourd’hui que la situation des entreprises s’est globalement améliorée et va même jusqu’à suggérer que, sur les 86 milliards versés aux actionnaires, une partie pourrait être attribuée aux salariés. Ce langage est apparemment en rupture avec le discours alarmiste entretenu jusqu’à présent pour tenter de justifier l’austérité et la rigueur.

Pour la suite, tout est dans la subtilité du langage du chef de l’état. « Quand il y a une prime pour les actionnaire, il doit y avoir une prime pour les salariés » énonçait Sarkozy au début du mois. D’énoncé simple, le dispositif est devenu obscur. De retour cette semaine sur les terres ardennaises, celui qui était venu faire son fameux discours aux monde du travail « je ne vous trahirai pas, je ne vous abandonnerai pas » est revenu ajouter de la trahison à la trahison. Sarkozy a circonscrit le versement d’une prime dans les grandes entreprises où il y aurait « une forte augmentation des dividendes ». Là est toute l’astuce : se fonder sur le dividende, et non sur les bénéfices. A ce train, même une entreprise comme Total échapperait à l’obligation de verser une prime : son conseil d’administration, en dépit d’un bénéfice net de 10,288 milliards d’euros l’an passé, a choisi de ne pas augmenter le dividende versé et de le maintenir à 2,28 euros par action. Pas de « forte augmentation » du dividende, pas de prime obligatoire aux salariés !

LES PATRONS PEUVENT DORMIR TRANQUILLES

Pour le reste du tissus économique, le gouvernement à annoncé que dans les PME qui le souhaitent, le versement de primes sera exempt de cotisations sociales. Sauf que la plupart des salariés seront là aussi exclus du dispositif. Seulement 16% des PME versent des dividendes. Pas de dividendes, pas de prime.

En fait comme à son habitude, le pouvoir cherchait avec cette « prime » un effet d’agitation médiatique. Celui-ci a fonctionné brièvement. Nous avons même eu droit à une fausse controverse avec la patronne du MEDEF qui affirma à la radio avec un aplomb déconcertant que la répartition des richesses était « juste » dans notre pays.

Beaucoup de bruit pour rien au moment où le gouvernement annonçait pour le coup sérieusement, une nouvelle année de salaire gelés pour des millions de travailleurs de la fonction publique. Les salariés retiendront de ce nouvel épisode médiatique qu’une plus juste répartition des richesses passe par des augmentations de salaires. Cela vaut la peine de lutter.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1126

info portfolio

Il ne peut y avoir de répartition « juste » de la richesse si les salariés (...)

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|