“La Commission économique des Nations Unies [...] découvrit que les pays qui suivaient les programmes recommandés par le FMI avaient des taux de croissance inférieurs à ceux des pays qui se reposaient sur le secteur public pour répondre aux besoins fondamentaux de leur population.” Noam Chomsky

Accueil > Archives > Aube > Tout le département > Santé > L’interview : Dominique Douine...Directrice pour l’Aube des Mutuelles de (...)

L’interview : Dominique Douine...Directrice pour l’Aube des Mutuelles de France, Dominique Douine s’insurge contre l’inégalité dans la santé et l’accès aux soins.

dimanche 17 avril 2011 , 484 : visites , par LDA

LA DÉPÊCHE DE L’AUBE :

vous êtes directrice d’une mutuelle, une « vraie » dites-vous ?

DOMINIQUE DOUINE :

Oui, notre mutuelle est issue des mutuelles de travailleurs crées en 1945 en même temps que la sécurité sociale qui instaurait le droit universel à la santé. La législation a bien changé depuis, les directives européennes ont permis aux caisses de prévoyance, aux assurances privées et bancassureurs d’intervenir dans la complémentaire santé et d’entrer en concurrence avec les vraies mutuelles. Les assurances privées à but lucratif considèrent la santé comme une marchandise, elles sélectionnent et excluent les plus malades, récompensent les bien-portants.

Comme si on choisissait d’être malade ! Les mutuelles sont des sociétés de personnes qui ne recherchent pas le profit et défendent la solidarité. Cette mise en concurrence que notre mouvement mutualiste a combattue durement, met à mal les valeurs de solidarité et fragilise nos mutuelles ainsi que la sécurité sociale porteuse de ces mêmes valeurs. Depuis ces derniers mois,nous assistons à une accélération sans précédent de la privatisation de notre système santé,qui est laissé progressivement aux appétits dévorants des assureurs, des financiers et de tous ceux qui ne voient dans la santé qu’un marché juteux.

LDA :

pourriez-vous illustrer vos propos ?

DD :

Dans sa dernière loi de financement de la sécurité sociale, le gouvernement a franchi un nouveau pas en ne se contentant pas de baisser les remboursements de la sécurité sociale de plusieurs prestations mais en instaurant une taxe de 3,5% sur les contrats solidaires et responsables des mutuelles
- Mesure particulièrement scandaleuse puisque ces contrats encouragent l’adhérent à suivre le parcours de soins « vertueux » ! Il y a lieu d’ajouter la taxe de financement de la CMU portée à 6.27% (la CMU est à présent totalement financée par les organismes complémentaires).

On arrive ainsi à une taxe de 9,77% prélevée sur la cotisation des contrats santé ! Après avoir assimilé les mutuelles à des assureurs, le gouvernement n’a pas hésité à les transformer en collecteurs d’impôts ! Et cela, tout en annonçant au contribuable qu’il n’y aurait pas de hausse d’impôt !

LDA :

et dans l’Aube, l’hôpital, les cliniques... ?

DD :

Je trouve la situation très inquiétante. Le groupe Vitalia a annoncé un projet d’extension par le regroupement de ses deux cliniques du Grand Troyes, la polyclinique des Ursulines et la polyclinique de Montier-la-Celle.

Cette annonce m’a fait immédiatement réagir car quotidiennement notre mutuelle est confrontée aux problèmes de plus en plus importants rencontrés par les patients pour accéder aux soins et plus particulièrement dans les quatre cliniques privées dont trois (Ursulines, Montier-la-Celle, Pays de Seine) sont dirigées par le groupe Vitalia, 2ème groupe d’hospitalisation privée implanté en France, lui-même détenu par le fonds de pensions américain Blackstone. Au moment d’une hospitalisation, les adhérents découvrent la pratique du devis mentionnant « leur consentement éclairé », s’étonnent du montant des dépassements d’honoraires insupportables. Situation inacceptable, certains assurés, retardent, voire renoncent à certains soins parce qu’ils ne peuvent pas payer le dépassement d’honoraires qui leur reste à charge.

Il s’agit d’un véritable abus de pouvoir, voire une non-assistance à personne en danger.

Les exemples ne manquent pas et le malade devient une source inépuisable de profits !

LDA :

que proposez-vous ?

DD :

Il est plus qu’urgent de s’engager pour défendre et construire une protection sociale basée sur la solidarité et une autre répartition des richesses. Porte-parole de nos adhérents, nous ne cessons de tirer la sonnette d’alarme. Il faut réclamer l’arrêt immédiat des inégalités d’accès aux soins, l’arrêt immédiat des dépassements de tarifs sauvages. Les tarifs opposables (remboursables) doivent être négociés et respectés. Ils doivent être la clé de voûte d’une organisation moderne et solidaire de notre système de santé. Nous exigeons le retour à une véritable sécurité sociale universelle respectueuse de son principe fondateur par lequel « chacun paie selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ».

Cette sécurité sociale solidaire, seule capable de garantir à tous les citoyens, quel que soient leur niveau de ressources et leur niveau de santé, l’accès à des soins de qualité. Au moment où une concertation nationale sur la prise en charge de la dépendance est lancée par le président de la République, nous plaidons pour l’instauration d’une 5ème branche de la sécurité sociale considérant l’aide à l’autonomie comme un droit universel.

Le financement de la Sécurité Sociale doit être élargi à tous les revenus notamment financiers et reposer sur la solidarité nationale. Aux côtés de toutes les forces sociales, syndicales et politiques qui le souhaitent, les Mutuelles de France interpellent tous les élu(e)s afin qu’un véritable débat s’ouvre sur les enjeux de la santé, de la protection sociale et sur leurs financements.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1125

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|