“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

Accueil > Archives > Champagne Ardenne > Toute la région > Services publics – Promotions et développement > Transports publics dans l’Aube. La droite fait fausse route

Transports publics dans l’Aube. La droite fait fausse route

jeudi 24 février 2011 , 553 : visites

Offre très insuffisante, absence de coopération... Des solutions existent pour développer les transports publics. Aussi faudrait-il une volonté que n’a pas la droite au Conseil Général.

PAR ÉTIENNE KASLAN

La mise en place, à la rentrée de l’automne dernier, d’une carte d’abonnement payante pour les transports scolaires a suscité la colère des parents d’élèves. Cette mesure, instaurée par la droite du Conseil général, sera l’occasion - une de plus - de ponctionner 700 000 euros par an dans les portemonnaie aubois. Pourtant, les finances départementales permettaient largement de maintenir la gratuité.

“DES CHOIX IDÉOLOGIQUES”

Mardi 22 février, s’est tenue à Troyes une réunion à l’initiative du PCF et des candidats aubois du Front de Gauche à l’élection cantonale, avec pour sujet les transports publics dans l’Aube. Pour le secrétaire départemental du Parti communiste, Jean-Pierre Cornevin, la suppression de la gratuité des transports scolaires est une des traductions directes des “choix idéologiques” de la droite. Les prochaines élections cantonales seront l’occasion, pour les treize candidats du Front de Gauche dans notre département, de mener campagne sur deux niveaux. D’abord “porter la colère des aubois” contre des mesures injustes et qui pèsent lourdement sur les budgets des familles. D’autant plus que, dans le département de l’Aube, les salaires sont inférieurs de 13% à la moyenne nationale.

Second axe de cette campagne : “être force de propositions et ouvrir une perspective à gauche”.

UN CONSTAT UNANIME

Dans notre département, l’offre de transports publics est largement en deça des besoins actuels, particulièrement en milieu rural, mais aussi en matière d’équipements (personnes à mobilité réduites, etc.), d’interconnexions, d’harmonisation entre les différents modes de transports et sans réelle cohérence sur le territoire même du département. Selon Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional chargé de ces questions, s’y ajoute l’aggravante “absence de volonté de coopération [du Conseil général] avec d’autres acteurs et collectivités”.

Dans notre région, des outils mutualisés ont été mis en place, comme par exemple la centrale d’information des usagers de tous les modes de transports (VITICI) : le département de l’Aube refuse d’y participer. Dans le même registre, le Département consacre 400 000 euros aux transports interurbains ; dans l’Allier, avec une population quasi identique, plus de 3 millions sont mis en oeuvre dans ce domaine.

DIX PROPOSITIONS

Les candidats du Front de Gauche sont porteurs de dix propositions, dont une essentielle puisqu’elle permettrait de se doter des moyens financiers : la création d’un syndicat mixte des transports (loi SRU) avec d’autres collectivités qui autoriserait à prélever le versement transport des entreprises de plus de neuf salariés. Pourquoi ce qui existe déjà dans d’autres départements ne serait-il pas réalisable dans le nôtre ?

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1118

8 Messages

  • Transports publics dans l’Aube. La droite fait fausse route 25 février 2011 07:07, par JOINVILLE

    L’article 26.1 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme adoptée le 10 décembre 1948 au Palais de Caillot à Paris stipule que : "Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire". Conclusion : Si l’enseignement élémentaire doit être OBLIGATOIRE et GRATUIT, cela implique la gratuité du transoport du domicile de l’enfant à son école. C’est clair ! BÂTISSONS ENSEMBLE UNE NOUVELLE CIVILISATION LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ - SOLIDARITÉ REPRENONS À NOTRE COMPTE LE SLOGAN D’OBAMA YES WE CAN !........ OUI NOUS LE POUVONS ! http://associations.midiblogs.com

    repondre message

    • Transports publics dans l’Aube. La droite fait fausse route 27 février 2011 18:06, par JOINVILLE

      D’UNE RÉVOLUTION ARABE À L’AUTRE

      - Comme le prouve ce qui se passe actuellement dans un grand nombre de pays arabes les deux mots qu’il faut se garder de prononcer en politique sont : toujours et jamais.
      - À l’appel de groupes de jeunes sur Facebook plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche 27 février 2011 à Beyrouth contre le système confessionnel au Liban. ils ont parcouru des rues de Beyrouth, jusqu’au palais de justice, encadrés par la police et l’armée, sous une pluie torrentielle qui en a dissuadé plus d’un.
      - Leurs pancartes proclamaient : "Confessionalisme, sang, guerres civiles, assez !". "Nous voulons un Etat civil".
      - Ou encore : "Le confessionnalisme est mauvais pour la santé, nous vous prions de vous en abstenir". Et même : "Libanais, révoltez-vous contre le confessionnalisme".
      - Le système libanais est un mélange complexe de partage du pouvoir basé sur des quotas communautaires et sur une tradition de "démocratie consensuelle".
      - Depuis l’indépendance en 1943, il garantit une parité entre musulmans et chrétiens minoritaires dans la région. Il est toutefois accusé d’être à l’origine de tous les maux du pays comme la corruption, le gaspillage, le clientélisme et surtout une guerre civile destructrice (1975-1990) et de crises à répétition.
      - "Ici, nous n’avons pas un seul dictateur mais une bonne vingtaine", dit Amer Saidi, un étudiant en sciences politiques, qui se dit "laïc".
      - "Les Libanais continuent de suivre les leaders de leur confession même s’ils crèvent de faim", s’indigne Ali, ingénieur de 28 ans au chômage.
      - "Ce n’est pas possible que les mêmes leaders qui nous ont imposé la guerre civile nous dirigent encore, assez, qu’ils s’en aillent !", affirme à l’AFP Amal, une assistante sociale.
      - Selon des experts, ce combat, même s’il prenait de l’ampleur, sera de longue haleine en raison de la complexité du système qui garantit un équilibre délicat entre les 18 confessions chrétiennes et musulmanes du pays.
      - Même si la laïcité a encore du chemin à faire au Liban une chose est sûre : l’histoire est en marche aussi au Liban et l’histoire ne s’arrête jamais, même si quelquefois elle fait une pause pour reprendre sa respiration en donnant l’impression d’avoir déposé les armes. http://associations.midiblogs.com

      repondre message

      • Je complète ce que j’ai écrit ci-dessus en disant que l’Histoire avance par bonds.

        repondre message

        • - Libre de droits d’auteur
          - ON DOIT S’OCCUPER DU PRÉSENT, SANS OUBLIER LE PASSÉ, EN AYANT LES YEUX TOURNÉS VERS L’AVENIR. (JOINVILLE).
          - http://associations.midiblogs.com

          repondre message

          • tout à fait d’accord avec la citation de joinville c’est d’ailleurs un des fondement de la philosophie marxiste sauf que on ne vit pas dans l’abstrait Que fit-il de concret pour s’occuper du présent ? Quel passé ? le passé "révisionné" par l’idéologie capitaliste ou l’histoire des peuples dans son mouvement ? Les yeux tournés vers l’avenir ; quel avenir ? dans quel monde veut t-on vivre ? un monde injuste et dominé par la compétition entre les Hommes et la puissance de l’argent qui pourri tout, détruit à petit feu la terre ? Le communisme , avec la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme, respectueux les uns les autres, respectueux de la nature, libéré de l’argent qui n’est encore qu’une utopie, me parait une bonne voie . Encore faut-il qu’elle soit partagée et non imposée. ginette T

            repondre message

            • D’abord je vous remercie de me donner la parole dans votre journal. Ce faisant mon but n’est pas de polémiquer avec vous (une polémique nous entraînerait trop loin), mais d’exprimer ma façon de voir les choses. On peut la partager ou ne pas la partager, mais en dernier lieu, comme toujours selon la philosophie matérialiste, c’est l’expérience et l’Histoire qui jugera.

              repondre message

              • - Vous intitulez votre article :
                - LA DROITE FAIT FAUSSE ROUTE
                - La droite ne fait pas fausse route. Le rôle de la droite c’est de faire une politique de droite. Faire payer le transport scolaire aux familles est une politique de droite. Tant que la droite fait une politique de droite elle est dans son rôle et elle ne faut pas fausse route. Je tiens à préciser que je ne suis membre d’aucun parti et que je m’en tiens au plan des idées.

                repondre message

                • vous avez raison, dans le cadre de l’idéologie capitaliste, la droite ne fait pas fausse route. En fait tout dépend de la distination qu’on veut donner à cette route. il faut donc lire l’article dans son entier pour se permettre de faire son propre itinéraire. Ginette triche

                  repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|