Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > Election > 2007 : L’ESPOIR D’UNE VICTOIRE

2007 : L’ESPOIR D’UNE VICTOIRE

Lettre de M.-G. Buffet aux collectifs antilibéraux de gauche

vendredi 21 juillet 2006 , 2569 : visites , par LDA

Le temps presse. Tout, oui, nous devons tout mettre en œuvre pour qu’en 2007 la droite soit battue, l’extrême droite laminée parce qu’à gauche une majorité de femmes et d’hommes auront cette fois-ci la conviction qu’ils, elles peuvent mettre en œuvre une autre politique et enfin changer leur vie". Ainsi se termine la lettre envoyée par Marie-George Buffet au "Collectif national d’initiative, aux collectifs locaux, aux femmes et aux hommes qui agissent pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes".

Face aux difficultés qui s’accumulent, l’aspiration à un changement de politique se fait plus forte dans les quartiers populaires, les entreprises et l’exigence de rassemblement à gauche pour mettre en œeuvre de vrais changements se fait plus pressante. Mais tous ceux qui se sont mobilisés pour la victoire du NON au projet de constitution européenne et pour une Europe sociale, contre le CPE et la précarité généralisée, contre les licenciements, pour la défense des services publics, tous ceux qui se battent aujourd’hui contre les discriminations, l’immigration choisie, les expulsions d’enfants " ne voient pas pour l’instant de véritable prolongement politique à leurs mobilisations ". Et malgré le " potentiel " que représentent " l’appel pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes " et la création de collectifs locaux, " nous ne sommes pas en l’état au niveau d’une dynamique populaire citoyenne qui porte dans le pays l’espoir d’une victoire. " On peut même dire que l’annonce par la LCR, fin juin, de la candidature à l’élection présidentielle d’Olivier Besancenot a pu donner l’impression qu’une dispersion des candidatures antilibérales était inéluctable et que, entre bipartisme et présidentialisation, l’étau constitutionnel se refermait. En s’expliquant sur le sens de sa proposition formulée publiquement à plusieurs reprises de " porter à l’élection présidentielle notre projet commun ", en souhaitant que le débat se mène largement au niveau des citoyens, c’est cet étau que Marie-George Buffet entend desserrer. Construire un projet de société Dans sa lettre, elle énonce plusieurs objectifs, en n’hésitant pas à mettre la barre très haut, comme elle l’avait fait au tout début de la campagne du référendum sur le traité constitutionnel en visant le NON de gauche gagnant. Tout d’abord, l’objectif est de gagner une majorité, un gouvernement qui mette en œuvre une politique " en rupture avec celles mises en œuvre précédemment ". Mais aussi de construire un projet de société " appuyé sur un programme précis de gouvernement " en énonçant des priorités et les moyens nécessaires pour les mettre en œuvre.

De ce point de vue, la charte antilibérale issue des collectifs du 29 mai est selon elle un acquis, " mais il faut aller au delà ". Et elle souligne : " Il ne s’agit pas de faire un coup, de se limiter à une campagne électorale, mais de nous mettre en situation, ensemble, de changer pour longtemps la donne à gauche ". Enfin, elle propose que cette candidature à l’élection présidentielle diffère " radicalement de toutes les autres ", en affirmant qu’il est nécessaire d’" en finir avec la fonction présidentielle telle qu’elle existe " car " c’est par les élections législatives et l’élection d’une majorité que sera décidée la politique à mener ". Dans la dernière partie de sa lettre, Marie-George Buffet répond directement à ceux qui voient dans une candidature issue d’un parti un obstacle au rassemblement. D’une part, le rassemblement ne peut se concevoir " autour de quiconque, parti ou personnalité " et elle propose un collectif de porte-parole. " Je suis prête à en être, à égalité avec d’autres, et à me consacrer exclusivement à cette tâche collective ".

Mais elle revient aussi sur " l’atout essentiel " que représente les partis démocratiques qui, s’ils doivent changer, ne sont pas dépassés. Si les 140 000 militants, les 10 000 élus communistes n’avaient pas mis toute leur énergie, les moyens de leur organisation dans le combat commun, le résultat du 29 mai n’aurait probablement pas été le même.

Le temps presse et Marie-George Buffet appelle, sur toutes ces questions, un débat politique exigeant, un débat qui, pour enclencher une véritable dynamique, doit selon elle " dépasser les cercles militants pour devenir réellement populaire.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N878

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|