Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Aube > Tout le département > Services publics – Promotions et développement > ÉLECTRIFICATION PARIS-TROYES : LA RÉGION MET LES PIEDS DANS LE PLAT (...)

ÉLECTRIFICATION PARIS-TROYES : LA RÉGION MET LES PIEDS DANS LE PLAT !

jeudi 21 octobre 2010 , 504 : visites

L’Etat a élaboré un Schéma National des Infrastructures de Transports (SNIT) qui est actuellement en phase de concertation. Le 22 octobre se réunira en préfecture de l’Aube le comité de pilotage de l’électrification de la ligne 4 entre Paris et Troyes. Ce comité présidé par le préfet de Champagne- Ardenne, coordonnateur du projet pour l’Ile de France et la Champagne-Ardenne, réunira l’ensemble des cofinanceurs (Etat, Régions, collectivités territoriales, RFF, SNCF...). Trois questions à Pierre Mathieu, Vice président du Conseil régional en charge de ces dossiers.

La Dépêche de l’aube :

Partagez-vous l’appréciation selon laquelle la rédaction actuelle du SNIT n’accorde pas une place suffisamment importante et précise à l’électrification de Paris-Troyes ?

Pierre Mathieu :

Tout à fait ! Et, on ne peut accepter que la copie reste en l’état. Le projet doit absolument être modifié et indiquer clairement dans sa version définitive toutes les ambitions de ce projet qui s’inscrit totalement, je le rappelle, dans les objectifs du « Grenelle de l’Environnement  » : priorité à la modernisation et à l’optimisation des infrastructures existantes, réduction des Gaz à Effet de Serre... La rédaction actuelle, qui ne cite l’électrification qu’à titre d’exemple, est d’autant plus provocatrice qu’en réponse à une demande écrite de la Région, en amont de la rédaction du projet, le ministre d’Etat Jean Louis Borloo et le secrétaire d’Etat Dominique Bussereau ont cosigné une lettre de réponse indiquant clairement que l’électrification de Paris Troyes figurerait bien dans le schéma national. On se demande alors vraiment : à quoi joue le gouvernement ? D’autant que l’Etat est engagé financièrement dans le cadre des Contrats Projets Etat/Régions en cours, 45 millions d’euros en Champagne- Ardenne et 10 millions en Ile de France. Pour notre département les collectivités se sont engagées à apporter 80 millions d’euros (45 de la Région, 17,5 du département, 15,2 de la CAT, 2 de la ville de Troyes, les communautés de communes et les villes de Romillysur- Seine et Nogent-sur-Seine apportant ensemble 300 000 €). Une inscription claire, et la réalisation la plus rapide possible du projet est d’autant plus importante que l’ électrification de cette portion est la condition indispensable pour pouvoir faire circuler à court ou moyen terme des TGV (sur le réseau classique) et ne pas se priver de la possibilité de se raccorder en Ile de France au réseau à grande vitesse.

La Dépêche de l’aube :

Le comité de pilotage du 22 octobre doit faire le point sur l’avancée du projet. Concrètement ou en est-on ?

Pierre Mathieu :

Grâce à la ténacité et à la fermeté du conseil régional et à l’action conjuguée de toutes les collectivités nous avons pu voter fin 2009 les conventions permettant de lancer concrètement le projet. Actuellement nous sommes dans la phase des études (12 millions d’euros) qui sont financées à parité par l’Ile de France et la Champagne-Ardenne avec la participation de tous les financeurs... Le comité de pilotage a pour objet de faire le point précis.

La Dépêche de l’aube :

Tout semble donc se dérouler normalement  ?

Pierre Mathieu :

Absolument pas ! Car nous continuons à subir le très insuffisant engagement du maître d’ouvrage du projet, Réseau Ferré de France (RFF) qui faute de mobiliser les équipes suffisantes est un train de faire prendre un nouveau retard au projet de plusieurs mois. Alors qu’il avait été clairement convenu que RFF était chargé par les financeurs, et donc les décideurs, de proposer une première liste de travaux à réaliser rapidement nous n’avons toujours pas le début du commencement d’une proposition. De fait cela constitue une attitude de blocage inacceptable de RFF et irresponsable pour l’avenir de notre territoire et son économie.

La Région le dira très clairement et très fermement à l’occasion du comité de pilotage et exigera concrètement un changement rapide de la façon de faire de RFF et demandera des propositions pour rattraper le temps perdu qui ne peut que surenchérir le coût du projet. Nous rappellerons ce qui avait été clairement exprimé et acté lors des négociations avec l’État : le conseil régional conditionne ses paiements pour la deuxième phase du TGV à la réalisation effective de l’électrification de Paris Troyes

P.-S.

Pierre MATHIEU sera l’invité de « La Voix est libre » le samedi 30 octobre à 11h30 sur France 3, face à Philippe ADNOT.

La Dépêche de l’Aube N1100

info portfolio

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|