Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > Budget 2007

Budget 2007

la démolition sociale Propositions alternatives du PCF

lundi 17 juillet 2006 , 2502 : visites

Le gouvernement prétend vouloir réduire l’endettement. C’est une duperie..

L’endettement est le fruit de politiques délibérées offrant des cadeaux gigantesques aux plus aisés via la réduction des impôts (revenu et fortune), les exonérations sur les actions pour les grands patrons (Zacharias, Forgeard, Pinault...). Idem pour les exemptions de cotisations sociales qui avoisinent les 20 milliards cette année, 175 milliards en douze ans ! Et cela sans effet sur l’emploi.

Mais, alors que leur politique est entièrement disqualifiée, nos gouvernants utilisent cet argument de la dette pour demander aux Français de se serrer la ceinture, pour s’attaquer aux catégories populaires et moyennes et redistribuer aux riches. Le budget 2007 comporte une seule innovation : la réduction du budget en volume, soit un budget d’austérité et de régression, de démolition des services publics. En supprimant 15 000 postes de fonctionnaires, l’État est le premier destructeur d’emplois. Tout ce qui permet de développer les capacités humaines est sacrifié. C’est un budget d’atonie économique. Le gouvernement le sait très bien : en donnant plus pour la gendarmerie, la police, la justice, il maintient le couvercle sur la marmite sociale en ébullition. Sa politique prépare de nouvelles explosions : comment pourrait-il en être autrement ? 52% des contrats signés l’an dernier n’excédaient pas six mois, les associations caritatives reçoivent de plus en plus de travailleurs pau vres...

Les communistes proposent de faire tout autrement La question fondamentale est celle du partage des richesses entre capital et travail, qui n’a cessé de se dégrader ces trente dernières années. Il faut inverser la logique à partir de deux grands axes. La relance du pouvoir d’achat, avec l’augmentation du SMIC à 1500 euros tout de suite, et non en 2012, et, au-delà, de l’ensemble des salaires. Et la relance de l’investissement public et privé, aujourd’hui très bas. Cela demande une grande réforme fiscale qui instaure un prélèvement exceptionnel sur les bénéfices du CAC40 pour 3 milliards d’euros, qui taxe à hauteur de 4 milliards les profits scandaleux de Total...

Entre les cadeaux fiscaux et les exonérations indues, il y a au minimum 30 milliards d’euros à récupérer. Annuler la baisse d’un point d’inflation des dépenses publiques pour 2007, cela fait 2,5 milliards. Enfin, il faut taxer les actifs financiers pour sortir les collectivités de l’asphyxie. À 0,5%, cela rapporterait 25 milliards d’euros.

Au total, on arrive à 60 milliards supplémentaires à injecter dans l’éducation, la recherche, le logement, les infrastructures.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N877

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|