Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Aube > Tout le département > CRENEY ET SES 53 MARTYRS

CRENEY ET SES 53 MARTYRS

jeudi 2 septembre 2010 , 1119 : visites , par Jean Lefevre

Chaque année les martyrs de Creney sont honorés comme il se doit par l’ensemble des autorités civiles et militaires.

D’abord à Romilly, le 22 août, date exacte du martyr de 49 jeunes massacrés, car 12 d’entre eux étaient de la région de Romilly (dont Saint-Just, Saint- Hilaire ou Baudement). La Résistance romillonne a eu son creuset aux chemins de fer. Le sabotage y sera organisé de façon intelligente et les coups portés à l’ennemi seront efficaces dès l’année 1941.

Raymond Bihrer (décapité à la hache), Lucien Roy, Bernard Prunier(déporté) André Barbenoire (déporté) en seront les premiers acteurs suivis par Hubert Jeanson (capitaine Jacques, massacré à Creney) qui réorganisera le réseau détruit en recrutant le jeune Maurice Camuset (Ariel), futur maire de Romilly. Joseph Impérial (maquis de Courtillot) et Camille Guérin seront de la partie en créant le maquis des Vignot et participant à celui de la ferme de Varsovie (H.Jeanson et les époux Mizelle). La compagnie France naîtra avec les commandants Gagnière et Albert Laffont (Rivoire) qui mourra lors de l’attaque du maquis de Rigny la Nonneuse. On ne peut citer tous les noms de la Résistance romillonne.

Retenons ceux de Marcel Bardin, Calixte Boitard, Paul Leleu, morts en déportation, d’autres, nombreux qui furent déportés et qui revinrent très affaiblis.

Le CDRom édité par le CDRP peut être un moyen de retrouver un peu d’ordre dans la complexité de l’organisation de cette époque, mais l’histoire de ces héros est encore à écrire malgré les nombreux essais des survivants.

À Creney, la commémoration s’effectue le dernier dimanche d’août pour honorer les 53 patriotes fusillés dans la fameuse clairière là où la mairie de Creney fit planter 53 arbres. 4 patriotes furent exécutés le 22 février 1944, les 49 autres le 22 août. Tous furent internés à la prison Hennequin.

L’armée allemande était en déroute en cette fin du mois d’août. Un bataillon SS avait été dépêché pour tenter d’organiser les fuyards, mais aussi pour nettoyer les prisons et terroriser les populations. C’est ce qu’ils firent à Buchères puis tout au long de leur fuite à Précy St Martin (13 martyrs), Montreuil sur Barse (13), Mesnil Saint Père (24), et de nombreux autres dans une dizaine de villages.

Devant le monument aux morts qui représente un résistant nu, à genoux, notre ami Bruno Collin, dirigeant de la NDIRP eut des paroles émouvantes dont voici quelques extraits :

« Pourquoi toutes ces commémorations  ?

Elles font signe et elles font sens. Car nous portons en nous ce rêve de paix et de liberté, parce que nous portons en nous une certaine idée de l’Homme, de ses droits, de sa dignité...

Le siècle dernier a vu dans le domaine des sciences et des techniques des évolutions spectaculaires, des accélérations foudroyantes !

Mais le siècle dernier a été aussi celui des atrocités. Il a vu la guerre meurtrière de 14/18. Il a vu l’horreur, au-delà de l’imaginable des camps de concentration et d’extermination. Il a vu Hiroshima et Nagasaki et le déchaînement du feu nucléaire. Il a vu ! coexister la modernité et la barbarie la plus primitive.

Et B.Collin de citer habilement J.Chirac : Ce siècle dernier a été à ce point contrasté, avec une capacité de créer sans limites et une capacité de détruire, elle aussi sans limites que nous devons tirer les leçons du passé, ce siècle doit être celui de l’éthique. »

Soyons plus exigeants, termine t-il, ces jeunes ont donné leurs vies pour notre liberté et nous avons un devoir d’éducation vis-à-vis de la jeunesse. Il faut leur donner des notions de paix et de liberté mais aussi celles qui sont les nôtres :dignité, tolérance, justice sociale, en un mot les valeurs de notre triple devise Liberté, Égalité, Fraternité.

Ce sont les valeurs de la France, celle que l’on aime, la BELLE, la REBELLE, comme la chantait notre ami Jean Ferrat. » B.C

Les morts de Creney méritent effectivement mieux que les discours de Nicolas Dhuicq qui s’est permis de critiquer le régime russe de l’époque (critiquable certes, oh ! combien !) méprisant du même coup l’énorme contribution de l’armée rouge à la victoire alliée qui perdit environ 25 millions de personnes. (Lire à ce sujet Vie et destin de V Grossmann ou les Bienveillantes de Jonathan Littell.)

Si le député UMP faisait référence à la « brutalité » des soldats russes en Allemagne, comment doit-on qualifier la destruction totale de villes comme celle de Dresden en Allemagne et celles d’Hiroshima et Nagasaki au japon par les Américains ?

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1093

2 Messages

  • CRENEY ET SES 53 MARTYRS 4 septembre 2010 13:18, par JOINVILLE

    Les anniversaires ne valent que s’ils sont l’occasion de tirer un enseignement pour l’avenir (Charles de Gaulle) http://associations.midiblogs.com

    Voir en ligne : http://associations.midiblogs.com

    repondre message

  • CRENEY ET SES 53 MARTYRS 4 septembre 2010 13:57, par JOINVILLE

    Je cite : "Soyons plus exigeants, termine t-il, ces jeunes ont donné leurs vies pour notre liberté et nous avons un devoir d’éducation vis-à-vis de la jeunesse. Il faut leur donner des notions de paix et de liberté mais aussi celles qui sont les nôtres :dignité, tolérance, justice sociale, en un mot les valeurs de notre triple devise Liberté, Égalité, Fraternité". Soyons clairs. Le but des partis est la conquête du pouvoir et non de faire l’éducation ni de la jeunesse ni des adultes. L’éducation populaire est en friches. Abandonnée aux mains de religion conservatrices quand ce n’est pas rétrogrades. Voilà pourquoi la société en est où elle en est. Il manque dans le paysage culturel français une force morale philosophique organisée, populaire et indépendante des partis, qui à notre époque ne peut qu’être athée, matérialiste et rationaliste. http://associations.midiblogs.com

    repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|