“Si l’argent, vient au monde avec une tache naturelle de sang sur la joue, le capital naît dégouttant de sang et de boue des pieds à la tête.” Karl MARX

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > Economie – Social > Romilly Ni hasard, ni coïncidence

Romilly Ni hasard, ni coïncidence

vendredi 13 août 2010 , 562 : visites

Quelques semaines à peine après « l’affaire » Rousseau- Herszkowicz, voilà « l’affaire  » Belmondo. La première écrit vouloir “sortir” un quartier populaire de notre ville de sa “connotation ouvrière et étrangère” et entonne, au dernier Conseil municipal, le grand air de l’ingénue, bourgeoise molièrienne qui dit de la prose d’extrême-droite “sans qu’elle n’en sût rien”. Le second, faustien en diable au point de signer, par “naïveté”, un pacte avec le nazisme, devrait porter, par oukase du maire, le futur centre culturel sur les fonds baptismaux. Dans le même temps, après le présidentiel “casses-toi sale con” à un ouvrier refusant de lui serrer la main et la pub pour Kärcher, Sarkozy et ses acolytes se lancent dans la surenchère xénophobe, extrême- droitière et hargneuse.

Hasard ? Que nenni ! A l’Elysée comme dans le donjon du baronnet local, on compte et recompte. Et les comptes sont mécomptes ; il va falloir gratter les fonds de tiroirs, voire fouiller dans les poubelles.

Soyons concrets : à Romilly, la droite UMP a totalisé autour de 27% des suffrages aux dernières régionales.

Alors, pour espérer “faire la soudure”, on rame en trompettant le choeur des Walkyries pour séduire le chaland ultra-réactionnaire.

Ce dernier étant un peu dur de la feuille, il ne faut donc pas hésiter à bien marquer le point sur le “i” de fascisme. De là l’actuelle avalanche d’annonces, de petites phrases, de sous-entendus aussi provocateurs que nauséabonds.

De là l’actuelle tendance lourde au révisionnisme dans les cénacles idéologiques de droite.

Comment, seize mois après l’appel du général De Gaulle, Paul Belmondo a-t-il pu être assez “naïf” pour répondre à une invitation de Goebbels, ministre de Hitler, et se rendre chez les bons aryens ? Aurait-il été assez candide pour croire que le commissariat aux affaires juives, créé en 1941 par Pétain, était une oeuvre de bienfaisance ? Ne lui a-t-on donc rien dit lors de ses dîners à l’ambassade parisienne du Reich ? Par cet acte de caution, n’a-t-il pas rallié la bourgeoisie française la plus réactionnaire plutôt que celle de la Résistance, où la fraternité des luttes unit “celui qui croyait au ciel [et] celui qui n’y croyait pas” (Aragon) ?

Les mauvais coup pleuvent de toutes parts ; ce n’est pas un grain, c’est la grande marée d’équinoxe. « Le capital est du travail mort qui, comme un vampire, ne vit qu’en suçant du travail vivant, et plus il en suce, mieux il se porte » a écrit Marx. La crise profonde que nous traversons, c’est aux peuples qu’on veut la faire payer ; ce sont les peuples que les capitalistes vampirisent.

Sont-ils responsables de cette crise ? Evidemment non, mais ce sont eux à qui la droite réactionnaire veut faire porter tout le fardeau. Retraites, privatisations et suppressions massives de postes dans les services et institutions publics, hausse des prix ; la pauvreté, la précarité, le chômage s’étendent ; pâlottes fleurs de misère qui prospèrent sur le fumier du capitalisme. Pas d’sous, dit la droite : mais on aligne 750 milliards d’€ sur le tapis vert au tripot de la “haute finance” ; même pas “pour voir”, non, pour redonner “confiance” ! Confiance à qui ? A ceux qui nous ont plongé dans la mouise... pour qu’ils recommencent. Pas d’sous, dit Vuillemin, mais il claque des millions d’€ qui auraient pu être employés, et avec plus d’efficacité, autrement que dans ses lubies dispendieuses.

Il y a une logique derrière tout cela - du niveau local au niveau planétaire -, une logique implacable : perpétuer, quelqu’en soient le prix et les souffrances pour les peuples, le système d’exploitation du travail par le capital, de l’homme par l’homme.

Et pour y parvenir, ils ne reculeront devant rien, y compris à braconner dans les marais lepenistes. Il n’y a pas de hasard, ni de coïncidence : c’est une politique mûrement réfléchie et systématiquement appliquée. Empêchons les apprentis-sorciers de parvenir à leurs fins. Peuples d’Europe, levezvous  ! Peoples of Europe, rise up ! Romilly Ni hasard, ni coïncidence

Rémy

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1090

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|