“Priver un individu de ses droits fondamentaux, c’est d’abord le priver de la capacité du politique.” Hannah Arendtquet

Accueil > Archives > National > POUR RÉCOLTER LES VOIX DE L’EXTRÊME DROITE, SARKOZY SÈME LA HAINE

Danger public : LA DROITE NUIT GRAVEMENT À LA FRANCE

POUR RÉCOLTER LES VOIX DE L’EXTRÊME DROITE, SARKOZY SÈME LA HAINE

jeudi 5 août 2010 , 770 : visites , par LDA

L’entrée en campagne nauséabonde de la droite en plein coeur de l’été ne vise qu’une seule chose : diviser le peuple qui souffre de sa politique.

Le chef de file de cette droite décomplexée lance de façon fracassante sa campagne en vue de l’élection 2012. De la part de celui qui n’apporte que des malheurs à la majorité de la population, il ne fallait sans doute pas s’attendre à autre chose. Cela n’empêche qu’après avoir organisé une réunion au sommet pour traiter de ce qu’il considère être le « problème tziganes », les propos du président de la république donnent encore une fois la nausée. Une fois de trop.

Faire croire qu’il existe un lien entre délinquance et immigration n’est pas seulement un mensonge, c’est aussi une stratégie délibérée qui vise à conforter dans l’opinion des idées xénophobes que n’aurait pas reniées le régime de Vichy. Ce sont des propos indignes et irresponsables qui s’ajoutent aux provocations des Hortefeux et Besson alors que les seuls liens avérés qui existent avec la délinquance sont ceux qui l’unissent avec plusieurs membres de l’UMP. Faire du pied à l’électorat du FN voire même à l’appareil politique du parti d’extrême-droite ne peut pas autoriser la stigmatisation d’immigrés qui à bien des égards sont bien plus respectables que ceux qui se compromettent dans des affaires avec le milieu des milliardaires .

Dans son discours de Grenoble, Sarkozy n’a rien fait d’autre que de s’attaquer à une population déjà fragilisée par les durcissements successifs des lois sur l’immigration et qui subit une discrimination quasi-quotidienne alors même qu’elle ne cherche qu’à s’intégrer. Ces nouveaux venus bien mal accueillis en France, ne se risquent pas à contrevenir aux lois de la République par peur de perdre leur statut pourtant bien précaire contrairement aux amis de Nicolas Sarkozy qui pratiquent en toute impunité l’évasion fiscale faisant perdre à l’Etat plusieurs centaines de millions d’euros.

Une politique scandaleuse qui nous mène droit dans le mur

C’est pour masquer cette injustice et l’inefficacité de sa politique face aux grands défis que doit affronter notre pays que Sarkozy nous ressert son discours sur l’insécurité... son bilan lorsqu’il était ministre de l’intérieur et depuis qu’il est président de la République n’est pourtant guère reluisant.

Par la réduction constante des moyens alloués à la prévention et aux services publics qui constituent le ciment de notre société, la situation s’est même aggravée. La réponse répressive et souvent carcérale copiée sur le modèle américain, a montré ses limites dans le cadre d’une justice, qui plus est, amputée d’une bonne partie de ses moyens.

Plutôt que de reconnaître ses échecs et d’en tirer les conséquences, Sarkozy continue d’appuyer sa politique sur des actions et des discours aussi spectaculaires que dénués d’efficacité. En faisant l’amalgame entre l’immigration et l’insécurité, le chef de l’Etat sort complètement du rôle de garant de la République et de ses principes qu’il devrait jouer.

En s’attaquant à des minorités, il ne cherche qu’à opposer des personnes qui perdent chaque jour un peu plus du fait des choix de ce gouvernement auquel François Baroin appartient et dont il fait plus que se montrer solidaire.

L’échec est manifeste sur toute la ligne. Malgré des coupes sombres dont il est encore difficile aujourd’hui de prendre la mesure des conséquences pour les populations les plus fragiles et notamment les jeunes générations, le déficit continue d’exploser.

Dans le même temps, le gouvernement refuse de revenir sur le bouclier fiscal qui protège les bienfaiteurs de la droite, ou encore sur les exonérations de cotisations sociales pour les entreprises dont l’effet sur l’emploi est quasiment nul malgré un impact énorme sur les comptes publics.

La dernière poussée du chômage est une preuve accablante de l’échec de ce gouvernement qu’aucun écran de fumée médiatique ne pourra cacher.

Plus aucune mesure injuste de ce gouvernement ne doit passer La complète inefficacité des mesures gouvernementales pour améliorer le quotidien de la majorité de la population, ne signifie pas pour autant que Sarkozy n’est pas parvenu à atteindre ses véritables objectifs.

La casse programmée des services publics a bien eu lieu, la fonction publique a été attaquée en profondeur à force de réductions massives d’emplois et de disparition des politiques de solidarité. La plupart de ses réformes ont répondu à la demande du Medef et des marchés financiers souhaitant se goinfrer sur le dos du modèle social européen.

Le nouveau plan d’austérité qui menace de saigner les Français après les Grecs n’est rien d’autre qu’un signe de soutien donné aux agences de notations et autres spéculateurs responsables de la dernière grande crise mondiale. La réforme des retraites ne permettra rien d’autre que d’accentuer la pression sur les salariés de ce pays tout en préservant les intérêts de la caste des grandes fortunes et des grandes multinationales.

Elle vise à terme la fourniture d’un marché considérable aux appétits des marchés financiers qui voit dans les retraites par capitalisation un moyen de capter et d’accaparer des masses considérables de capitaux.

Plus que jamais face à ce gouvernement décrédibilisé et dangereux, l’heure est à la résistance pour poser les limites, de façon à ce que plus aucune mesure de Sarkozy ne puisse plus passer.

Cela passe par une vigilance constante et une mobilisation sociale forte tant contre la réforme des retraites que contre toute attaque visant les collectivités et les autres services publics.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1089

2 Messages

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|