Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > LA FRANCE ÉTRANGLÉE

LA FRANCE ÉTRANGLÉE

jeudi 1er juillet 2010 , 627 : visites , par LDA

Le gouvernement confirme son projet d’imposer de nouveaux sacrifices aux français comme prix à payer de la crise du capitalisme. 150 nouvelles mesures de réduction des dépenses publiques vont être annoncées. Cent mille emplois publics seraient rayés d’ici à 2013.

Le temps passe, les bonnes résolutions trépassent. Les dirigeants des pays riches de la planète prétendaient faire payer la finance pour éviter de nouveaux désordres économiques ; aujourd’hui ils veulent faire payer les peuples pour la finance. L’addition présentée par le G20 est d’une brutalité inouïe : diviser par deux les déficits publics d’ici à 2013 ; poursuivre les restructurations ultralibérales des sociétés du G20 et généraliser le sacro-saint dogme de la concurrence libre et non faussée. Les retraites font parties de la factures.

Sarkozy vient de décréter l’hyper- austérité en France et son ministre François Baroin confesse qu’il prépare le budget « le plus difficile depuis plus de trente ans ». Il va s’acharner à casser tous les amortisseurs sociaux qui avaient permis à la France de parer une partie des coups qu’assénait la crise économique  : l’investissement public, les garanties sociales, les services publics. Interrogé sur gel du traitement des fonctionnaires, le maire de Troyes a répondu que le gouvernement souhaitait « intervenir sur toutes les ressources  ». Á bon entendeur, salut ! En revanche, les primes occultes que touchent les préfets

- jusqu’à 66 000 euros - s’ils exécutent docilement et aveuglément les ordres des ministres continueront à croître et à se multiplier. Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Les adhérents du Premier Cercle ont vu s’épanouir leur fortune en 2009. Donateurs richissimes de l’UMP, ils ont en commun avec les vampires la crainte de la lumière. Ces milliardaires choyés par le président ont préféré reporter la réunion qu’ils devaient tenir avec des dirigeants du parti présidentiel.

L’agitation autour d’Éric Woerth, des lingots d’or de M. Peugeot, ou des difficultés fiscales de Me Bettencourt, trouble la sérénité indispensable à la poursuite d’affaires florissantes. Les flashs et les manchettes en une sont pour les gogos, les requins naviguent dans d’autres eaux. N’ayez crainte, la risée passée, M. et Me Woerth retrouveront leurs amis au bord du champ de courses de Chantilly où ils ont des intérêts autrement plus considérables que les retraites envolées de dizaines de millions de Français.

Au règne de l’injustice s’ajoute celui de l’inefficacité. En étouffant la consommation et l’investissement socialement utile, le pouvoir tue la croissance, donc les rentrées fiscales, les versements pour les caisses maladie et retraite, tandis qu’il va doper le chômage. Cette politique ne vise qu’à conforter les dividendes et les marchés dont chacun voit désormais qu’ils font mauvais ménage avec le progrès pour tous

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1084

- cliquer sur les vignettes pour agrandir la photo.
- Ensuite cliquer sur la partie droite de la photo pour passer sur la photo suivante, ou à gauche pour revenir en arrière

info portfolio

2 Messages

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|