Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > Vie de la ville > LES OUVRIERS ET LES ETRANGERS PRIÉS D’ALLER VOIR AILLEURS !

LES OUVRIERS ET LES ETRANGERS PRIÉS D’ALLER VOIR AILLEURS !

jeudi 24 juin 2010 , 759 : visites , par Féthi Cheikh

Quelle mouche a piqué la 1ère Adjointe au Maire de Romilly pour qu’elle puisse tenir des propos aussi scandaleux.

Comment se fait-il qu’aucun élu de la majorité municipale et en premier lieu le Maire n’a été choqué à la relecture de cet article ?

De nombreux Romillons sont quant à eux choqués.

Fethi CHEIKH, secrétaire de la section du PCF de Romilly, s’est adressé au Maire afin qu’il demande à sa 1ère Adjointe de formuler des excuses à la population sus nommée.

Monsieur le Maire,

Dans le dernier bulletin municipal, s’agissant du dossier de la requalification du Nouveau Romilly, votre première adjointe, Mme Annie Rousseau- Herszkowicz tient des propos qui soulèvent l’indignation des habitants de ce quartier, d’anciens habitants et d’une partie de la population de notre ville. Elle dit vouloir, je cite : « sortir ce quartier de la connotation étrangère et ouvrière qui le suit ».

Ces propos, sans aucun doute lus et relus avant leur publication par l’intéressée et vousmême, font froid dans le dos.

Qu’est-ce à dire que cette « connotation étrangère et ouvrière » ?

Les ouvriers, français ou étrangers, seraient-ils donc porteurs d’on ne sait quelle « tare » nécessitant que l’on en débarrassât un quartier  ? Ces ouvriers et ces étrangers qui habitent notre ville ont contribué à sa richesse économique.

Ce sont aussi aujourd’hui les centaines de bénévoles qui animent son mouvement associatif, sportif et culturel. Le contexte social dégradé les marquerait-il du sceau de l’infamie ?

Par de tels propos méprisants, c’est aussi au passé de notre ville que s’attaque la première adjointe ; à son histoire ouvrière et industrieuse - à laquelle fait explicitement référence le blason de notre ville - dont les racines remontent au début du XIXè siècle ; à ses traditions et à ses luttes symbolisées par Henri Millet, Bouhenry-Gornet et d’autres dont nos rues portent les noms.

Serait-ce aussi cela qui indispose Mme Rousseau- Herszkowicz et qu’il faudrait biffer d’un trait de plume ?

Pour le Parti communiste français, il est des valeurs sur lesquelles on ne saurait transiger : celle du respect de l’individu, de la reconnaissance du travail et de l’apport des hommes et des femmes dans la vie de la collectivité, du droit pour chacun de choisir son lieu de résidence et de s’y épanouir, de la fraternité et de la solidarité entre ceux qui sont à l’origine, en quasi totalité, de la richesse tant au niveau national qu’aux échelons locaux.

Sur ces valeurs de progrès social, nous n’avons jamais cédé un pouce de terrain. Nos prédécesseurs ont lutté pour les défendre ; nous sommes résolus, à notre tour, à le faire sans concession lorsque cela s’avère nécessaire. C’est pourquoi, Monsieur le Maire, au nom de nos militants, de nos élus et de toutes les personnes qui, dans les derniers jours, nous ont fait part de leur écoeurement devant de tels propos, nous exigeons de la part de votre première adjointe des excuses publiques.

Si ces dernières n’intervenaient pas, nous conclurons en toute logique que vous-même et votre majorité êtes solidaires de l’expression d’une pensée qui nous replonge aux heures les plus sombres de notre histoire.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

Fethi Cheikh Secrétaire de la section du PCF de Romilly

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1083

- cliquer sur les vignettes pour agrandir la photo.
- Ensuite cliquer sur la partie droite de la photo pour passer sur la photo suivante, ou à gauche pour revenir en arrière

info portfolio

LES OUVRIERS ET LES ETRANGERS PRIÉS D'ALLER VOIR AILLEURS (...)

1 Message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|