Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > LE 24 JUIN, TOUS ENSEMBLE POUR NOS RETRAITES !

LE 24 JUIN, TOUS ENSEMBLE POUR NOS RETRAITES !

jeudi 17 juin 2010 , 645 : visites , par JPC

Il y a quelques semaines Sarkozy déclarait concernant la possible fin de la retraite à 60 ans « Je dis que je ne le ferai pas pour un certain nombre de raisons, la première étant que je n’en ai pas parlé durant ma campagne. Ce n’est pas un engagement que j’ai pris devant les français.

Je n’ai donc pas de mandat pour faire cela, et ça compte, vous savez, pour moi. » Nouveau mensonge éhonté de sa part puisque non seulement il va tenter de mettre fin à cette grande conquête sociale, mais il va le faire de la pire des manières. Sans véritable concertation, en transformant cette question majeure de civilisation qui est d’avoir, après une vie de labeur, la possibilité d’envisager la troisième partie de sa vie comme un nouvel épanouissement, en problème purement comptable, voire pire, en un combat idéologique à la solde des marchés financiers.

Face à ce qu’il faut bien appeler une tentative de passage en force du gouvernement, une mobilisation d’une ampleur exceptionnelle, à la hauteur de l’énorme enjeu qu’est la défense de la retraite à 60 ans est absolument nécessaire le 24 juin prochain.

L’injustice comme étendard.

Du diagnostic au remède tout n’est qu’injustice dans ce que propose l’UMP. En premier lieu cette propension du gouvernement et d’autres, y compris à gauche, à vouloir déconnecter la question des retraites de la logique capitaliste. Qui a encouragé les délocalisations, les fermetures d’entreprises, la pression sur le pouvoir d’achat, le travail précaire, la suppression de milliers d’emplois dans la fonction publique ? C’est bien ce gouvernement et ceux à qui il a succédé qui ont poussé les feux de la machine libérale, en faisant le choix de la croissance financière contre la croissance réelle. En continuant à vouloir exonérer les profits financiers d’une cotisation égale à celle dont s’acquittent les salariés, le gouvernement sape les bases de la solidarité nationale.

Il n’y a pas de remède efficace qui ne porte pas de propositions qui extirpe le financement des retraites des dogmes du capitalisme. Sur ce point les tenants du capital savent pouvoir compter sur des appareils politiques aux ordres. Regardez comment d’emblée, le gouvernement a écarté des pistes majeures permettant un financement équilibré de notre système de retraite ! Regardez comment le Modem de Bayrou, hier si critique envers Sarkozy, se dit aujourd’hui prêt à l’aider à mettre un terme à la retraite à 60 ans ! Regardez comment Strauss- Kahn vole au secours de celui qui l’a fait roi en expliquant avec une certaine dose de cynisme que : « si on vit jusqu’à 100 ans, on ne va pas continuer à avoir la retraite à 60 ans » Ignore t’il qu’un ouvrier sur quatre meurt avant ses 65 ans ? Et que par conséquent si l’on repousse l’âge légal de la retraite à 65 ans, 25% des ouvriers ne sauront jamais ce que vivre sans travailler veut dire ! Ce que veut imposer l’UMP pour les retraites est insupportable. Nul doute que si la droite arrive à ses fins, ce sera alors au tour de la sécurité sociale de passer à la moulinette du système capitaliste.

Aujourd’hui la balle est toujours dans le camp de la population. C’est nous, tous ensemble, qui devons repousser cette attaque sans précédent contre notre protection sociale, tout simplement parce que c’est nous, le peuple qui en paierions les lourdes conséquences. Alors je donne rendez vous à tous les défenseurs du progrès social, le 24 juin prochain.

Jean-Pierre Cornevin Secrétaire départemental du Parti Communiste

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1082

3 Messages

  • LE 24 JUIN, TOUS ENSEMBLE POUR NOS RETRAITES ! 20 juin 2010 07:12, par JOINVILLE

    « La beauté du monde est une grande chose, les fruits de la culture aussi. Ce sont des dieux auxquels il serait doux de consacrer sa vie s’il n’y avait pas tant d’injustice parmi les hommes. » Marguerite Buffard-Flavien. Vous n’avez pas de pensées plus matérialistes à aficher ? En voici une. "Aprés le pain, l’éducation est le premier besoin du peuple" ( Danton )

    repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|