“Ils n’ont pas senti la souffrance : ils ont créé le chaos, ils ont laissé tout rafler à ceux qui étaient les plus forts économiquement. Antonio GRAMSCI.

Accueil > Archives > Aube > Troyes > BAROIN, L’HOMME DE MAIN DE SARKOZY

BAROIN, L’HOMME DE MAIN DE SARKOZY

jeudi 17 juin 2010 , 759 : visites , par FLORENT BALLANFAT

L’austérité et l’andouillette, les spécialités troyenne

Soyons honnêtes, Sarkozy pouvait difficilement choisir meilleur ministre du budget que Baroin pour appliquer une nouvelle politique de rigueur.

En faisant le tour des députésmaires estampillés UMP, le nom du futur ministre ne pouvait pas faire l’ombre d’un doute.

Il n’y avait qu’à jeter un coup d’oeil à la ville de Troyes pour voir que son mode de gestion faisait de Baroin un candidat tout indiqué comme ministre du budget chargé de sabrer encore plus dans les dépenses publiques.

Après le gâchis de milliards d’euros en cadeaux fiscaux et en exonérations diverses sans amélioration concrète de l’emploi et des conditions de travail, l’heure est à la rigueur.

La feuille de route du gouvernement comporte de nouvelles mesures d’économies sur le dos des services publics avec des suppressions massives de postes de fonctionnaires, le gel des dotations aux collectivités locales après la suppression de la taxe professionnelle... tout en préservant les politiques injustes en faveur des plus riches et des grandes entreprises telles que le bouclier fiscal, ou les niches et autres avantages fiscaux.

Face à ce casse-tête, Sarkozy compte s’appuyer sur un cadre de l’UMP apôtre de la rigueur en son pays, ou plutôt en sa ville et communauté d’agglomération  : en l’occurrence François Baroin.

Troyes : vitrine de l’austérité version UMP Et malheureusement pour les Troyens, on peut dire qu’Harry Potter connait la formule magique pour ne pas toucher aux privilèges des plus riches et équilibrer le budget... un poil de rigueur, un soupçon de réalisations spectaculaires largement financées par d’autres, une brassée d’actions de communication, quelques dépenses publiques compressées, des compétences transférées et voilà pour une illusion de budget maîtrisé.

De là à dire que l’austérité serait avec l’andouillette l’une des spécialités de Troyes, il n’y a qu’un pas.

Sauf qu’une fois les effets d’annonces passés et les coupes opérées dans les dépenses publiques, la réalité se rappelle à tous, et ce sont des milliers de troyens qui se trouvent confrontés à la réalité des politiques de rigueur.

Moins de services publics c’est souvent davantage d’argent à débourser pour les usagers de ces services et donc un accès restreint à ceux qui peuvent se les offrir. Ainsi à Troyes, le scandale de la restauration scolaire continue de perdurer malgré les bonnes intentions affichées par Marc Bret qui comme opposant félicitait François Baroin pour la qualité de sa gestion avant de finir par le rejoindre.

La prise en compte du quotient familial pour les tarifs de la cantine n’est toujours à l’ordre du jour alors qu’elle permettrait de sortir des familles de situations souvent difficiles pour payer les repas des enfants scolarisés dans l’une des 18 écoles troyennes.

La rigueur représente le quotidien des Troyes, et les Français ne vont pas tarder à en constater les nouveaux effets à l’instar de ce que subissent déjà les Grecs.

Florent Ballanfat Secrétaire de la section de Troyes du PC

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1082

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|