Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

Accueil > Archives > National > Economie – Social > RÉFORME DES RETRAITES : LA SECTION DE ROMILLY TIENT UN POINT (...)

RÉFORME DES RETRAITES : LA SECTION DE ROMILLY TIENT UN POINT PRESSE

jeudi 27 mai 2010 , 599 : visites , par Féthi Cheikh

Extrait :

La vérité a fini par faire son chemin, le gouvernement a décidé de repousser l’âge légal de départ : ils ont osé, la fin de la retraite à 60 ans est programmée.

La droite a délibérément menti aux français depuis des mois. Elle veut mettre en pièce une conquête majeure pour laquelle les salariés ont cotisé toute leur vie.

Alors que les banques et les marchés financiers, responsables de la crise financière que nous connaissons actuellement, sont portés à bout de bras à coups de centaines de milliards d’euros, la pression est mise sur les salariés, sur ceux qui espéraient pouvoir avoir du temps pour eux, pour leur famille et non plus sous l’autorité d’un employeur.

La présidente du MEDEF, Laurence Parisot, juge que le moment est venu de parler franchement. Elle vient de réclamer la mise en place d’un « nouveau dispositif très incitatif, voire obligatoire, de système de retraite par capitalisation ».

Après avoir asséché les ressources de l’assurance vieillesse à l’aide de multiples exonérations et en comprimant le coût du travail, le patronat veut désormais rafler la mise des salariés. Prompt à répondre aux exigences du MEDEF, qui en réclame toujours plus, le gouvernement de N. Sarkozy veut offrir aux marchés financiers l’immense manne des retraites qui échappait jusqu’à présent aux spéculateurs.

Le projet de la droite est simple  : casser le droit à la retraite à 60 ans et tirer vers le bas le niveau des pensions pour aller vers un système de retraites privées. Pour tromper l’opinion, Sarkozy promet de mettre à contribution les hauts revenus et les revenus du capital. Ce que le conseiller Alain Minc appelle «  un geste de solidarité des riches  », à peine symbolique... La présidente du MEDEF ne s’en effraie pas : « ce n’est pas avec du symbolique qu’on va payer les pensions, c’est une monnaie qu’on ne connaît pas » lâche-telle, révélant l’arnaque !

Au moment où les gouvernements semblent désemparés devant l’aggravation de la crise du capitalisme et la « folie des marchés financiers  » qu’ils ont eux-mêmes alimentés, il faut s’interroger sur la crise du système et les moyens de le dépasser.

Il est temps par exemple de poser la question du financement des retraites et plus globalement celle d’une fiscalité plus efficace et plus juste. Patrick Artus, directeur des études économiques de la banque Natixis, le dit : « la seule façon de faire, c’est de procéder à une grande réforme fiscale, en alignant la taxation des revenus du capital sur celle du travail. Cela pourrait rapporter 100 milliards d’euros, sans dégât économique puisque ces revenus sont épargnés ». Faire contribuer - réellement - les revenus du capital, n’est plus seulement une proposition pour répondre aux besoins de financement de la protection sociale et des retraites. C’est aussi mettre en place un garde fou, un frein urgent pour enrayer la machine infernale.

Tout l’enjeu, est donc d’empêcher ce coup de force : il est urgent que se développe le débat public autour des propositions alternatives à l’offensive du gouvernement, notamment sur l’élargissement des sources de financement.

C’est l’objectif de la grande campagne qu’a lancée le P.C.F dans tout le pays, et du premier rendez vous organisé à Romilly sur Seine par la section du PCF sur le thème "quel avenir pour nos retraites ? » (...)

Fethi CHEIKH Secrétaire de la section du PCF de Romilly

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1079

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|