Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

Dossier
  • ADMR : des solutions existent !
    27 mai 2011

    L’ADMR, l’association d’aide à domicile en milieu rural, s’apprête à supprimer 17 de ses 33 associations et licencier 264 salariés dans l’Aube ! En 2005, le plan Borloo de « développement des services à la personne » prévoyait pourtant la création de plusieurs milliers d’emplois dans un secteur où, il est vrai, le potentiel d’activité est énorme en vertu du (...)

    Lire la suite
Accueil > Archives > Aube > Tout le département > Economie – Social > 10 questions, réponses sur nos retraites

10 questions, réponses sur nos retraites

jeudi 13 mai 2010 , 635 : visites

- 4) L’allongement de la durée de cotisation permet-il de maintenir le montant des pensions ?

Non. Le Medef et le gouvernement mentent délibérément. Ils nous disent : « Soit l’augmentation de la durée de cotisation, soit la baisse du niveau des pensions ». En fait, les salariés ont récolté l’une et l’autre depuis 1993.

En effet, loin du monde des abstractions où semble se complaire Sarkozy, avec une durée de 40 ans de cotisation, les 2/3 des salariés du secteur privé qui prennent leur retraite ne sont plus au travail. Ils sont soit au chômage, soit en maladie, soit en invalidité. Avec un passage à 41 ans, ce sont plus des ¾ des salariés qui se retrouveraient dans cette situation au moment de leur départ en retraite. Comment quand on n’est au chômage, en maladie, en invalidité pourrait-on bien pouvoir choisir de rester au travail ? C’est un mystère dont le gouvernement garde jalousement le secret. Quand au Medef, il n’est pas à une contradiction près, il exige l’allongement à 45 ans de la durée de cotisation au moment même où les entreprises ne permettent plus aux jeunes d’accéder à un travail à temps plein que vers 25- 30 ans (dans le meilleur des cas) et où elles licencient à tour de bras les salariés de plus de 55 ans (voire de 50 ans). Dans ces conditions, allonger la durée de cotisation revient à augmenter la période de chômage, de maladie ou d’invalidité et donc à diminuer le montant des retraites. En effet, les annuités validées au titre des périodes de chômages et de maladie ou d’invalidité ne seront évidemment pas être prises en compte les 25 meilleures annuités. Il faudra donc remonter aux années précédant le chômage, la maladie ou l’invalidité pour trouver ces 25 meilleures années. Mais avec la réévaluation des salaires pris en compte pour le calcul de la retraite en fonction de l’évolution des prix et non plus des salaires, le montant de la retraite en prendra un sacré coup.

La durée moyenne d’une carrière dans le secteur privé est inférieure à 37 ans. Décider, dans ces conditions, qu’il faut 40 annuités de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein, c’est diminuer dans d’importantes proportions (avec le système des décotes) le montant de leur retraite. Le passage à 41 annuités de cotisation aggraverait encore le problème.

La semaine prochaine :

- 5) Le maintien au travail des salariés de plus de 60 ans estil une réponse au problème de nos retraites ?

P.-S.

- Réforme des retraites

- LES COMMUNISTES S’ADRESSENT AUX DÉPUTÉS DE L’AUBE

Dans un courrier envoyé aux trois députés UMP de l’Aube, le secrétaire départemental du PCF, Jean Pierre Cornevin à proposé l’organisation d’un débat contradictoire.

Extrait de la missive : (..) Le rapport du conseil d’orientation des retraites et les interprétations qui en sont faites suscite l’inquiétude de nos concitoyens.

Les Françaises et les Français attendent de cette réforme qu’elle soit juste et équitable et qu’elle ouvre une nouvelle page de notre pays vers le progrès social. Pour cela, le débat doit avoir lieu, en conscience, à partir des éléments clés du dossier des retraites et cela sans calcul politicien, ni manipulation afin que chacune et chacun puissent se faire sa propre opinion.

En tant que Député vous aurez à voter pour ou contre le texte portant cette réforme cruciale pour l’avenir du peuple français. Afin d’éclairer au mieux les auboises et les aubois sur les différentes options possibles, la fédération de l’Aube du PCF souhaite organiser un débat public contradictoire en votre présence et de celle d’un économiste communiste.(..)

La Dépêche de l’Aube N1077

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|