Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

Dossier
  • ADMR : des solutions existent !
    27 mai 2011

    L’ADMR, l’association d’aide à domicile en milieu rural, s’apprête à supprimer 17 de ses 33 associations et licencier 264 salariés dans l’Aube ! En 2005, le plan Borloo de « développement des services à la personne » prévoyait pourtant la création de plusieurs milliers d’emplois dans un secteur où, il est vrai, le potentiel d’activité est énorme en vertu du (...)

    Lire la suite
Accueil > Archives > Aube > Tout le département > Economie – Social > LE 1ER MAI EN TOUR DE CHAUFFE POUR LA BATAILLE DES RETRAITES

LE 1ER MAI EN TOUR DE CHAUFFE POUR LA BATAILLE DES RETRAITES

jeudi 6 mai 2010 , 541 : visites

500 manifestants à Troyes, 150 à Romilly, 50 à Bar Sur Aube et à Brienne le Château, la mobilisation du 1er Mai était au rendez-vous.

Certes moins forte que l’an passé, mais plus importante que les 1er mai traditionnels. Le bras de fer qui s’annonce sur les retraites entre le gouvernement et le monde du travail était déjà palpable dans les cortèges. Les manifestations dans toute la France ont clairement signifié l’inquiétude qui taraude la société, alors que les projets précis du gouvernement ne sont pas encore clairement exposés. Leur finalité est néanmoins connue : le report de l’âge donnant droit à une pension à taux plein, ce qui, chacun le déduit aisément, conduira à une détérioration générale des conditions de vie des retraités. Un grand nombre de salariés sera dans l’incapacité de quitter leur vie professionnelle en remplissant toutes les conditions exigées, autant d’obstacles à franchir dans un parcours du combattant jonché de points de décote.

Ce climat chargé d’incertitudes, quand on en est encore à un semblant de concertation, explique pour une large part que la mobilisation populaire n’a pas encore atteint son apogée

Elle en est au contraire à ses débuts. Il est urgent que se développe le débat public autour des propositions alternatives à l’offensive du gouvernement, notamment sur l’élargissement des sources de financement. Il y sera question de civilisation, car les coups de bélier que la droite s’apprête à porter ébranleront la société à ce niveau. Indigence pour des millions de retraités, épuisement de salariés trop âgés.

Où la pérennité de notre système de retraite fondé sur la solidarité intergénérationnelle et consolidé par une contribution plus forte du capital, tel est l’enjeu de la bataille qui va être livrée au cours de ces prochains mois, et dont le 1er Mai a tiré les premières salves. De son côté le PCF a annoncé clairement la couleur. Il s’agit pour lui de travailler à la mobilisation de toutes les force sociales avec l’objectif de faire plier le pouvoir et de mettre en échec sa néfaste réforme. Pour cela un tract de 8 pages a été tiré à 3 millions d’exemplaires, deux affiches ont été éditées et mises à la disposition des militants ainsi que des autocollants. L’Humanité a publié un « spécial retraite » afin comme cela a été le cas pour contrer en 2005 le projet de constitution européenne, de mettre les arguments à la porté de tous. Un site spécifique va être y être dédié et 1000 débats vont être organisés partout en France.

Bien entendu les députés communistes proposeront à l’Assemblée nationale un contre projet pour une juste réforme des retraites

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1076

1 Message

  • "la mobilisation du 1er Mai était au rendez-vous". Non mais vous rigolez ! 750 manifestant pour tout un département jadis ouvrier ! Même si ces chiffres n’ont pas été arrondis par excès, si on enlève les responsables des associations et des syndicats et les militants avec une carte qui militent, et qui se font un devoir d’être là, autant dire que le peuple, lui, n’était pas au rendez-vous. Et que s’il n’y était pas c’est parce qu’il n’a plus d’déal. Posez-vous la question, la faute à qui ? Quand certains communistes ne trouvent rien de mieux à faire que d’aller capituler à la cathédrale, c’est très dangereux parce que dans une telle situation, n’importe quel aventurier avec du culot peut être tenté de s’engouffrer dans ce vide idéologique et moral. Et que le peuple déboussolé peut être tenté de le suivre dans un réflexe suicidaire.

    repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|