“Les macronistes, ces personnes étranges qui veulent des contreparties aux aides sociales, mais qui distribuent sans condition des subventions aux grosses multinationales !" Ian BROSSAT

Dossier
  • ADMR : des solutions existent !
    27 mai 2011

    L’ADMR, l’association d’aide à domicile en milieu rural, s’apprête à supprimer 17 de ses 33 associations et licencier 264 salariés dans l’Aube ! En 2005, le plan Borloo de « développement des services à la personne » prévoyait pourtant la création de plusieurs milliers d’emplois dans un secteur où, il est vrai, le potentiel d’activité est énorme en vertu du (...)

    Lire la suite
Accueil > Archives > Aube > Tout le département > Economie – Social > L’AVENIR DES RETRAITES VA SE JOUER DANS LES PROCHAINES SEMAINES

L’AVENIR DES RETRAITES VA SE JOUER DANS LES PROCHAINES SEMAINES

jeudi 29 avril 2010 , 556 : visites , par JPC

L’opération gouvernementale visant à préparer l’opinion publique à l’idée qu’il ne serait plus possible de garantir le financement de notre système par répartition, et qu’une nouvelle « réforme » portant sur l’âge de départ et la durée des cotisations serait le seul et unique chemin à prendre a commencé.

Avec l’annonce des prévisions financières présentées par le Conseil d’Orientation des Retraites ( COR) la droite et le Medef veulent cadenasser le débat qui s’engage en le limitant à une approche comptable. L’objectif, sur fond de manipulations des chiffres, de discours alarmistes sur l’avenir des retraites, est d’assommer d’entrée l’opinion publique. De nouveau, des milliards valsent au-dessus de nos têtes. Non pas cette fois pour sauver les banques mais pour liquider les retraites dans le prolongement des « réformes » menées depuis 1993 qui ont déjà fait baisser le niveau de pensions d’environ 20% et aggravé les inégalités entre hommes et femmes.

Avec cette nouvelle attaque sur la protection sociale via les retraites, le gouvernement poursuit d’autres buts politiques : donner des gages aux marchés financiers, à la Commission européenne, sur sa volonté de réduire le déficit public, remobiliser l’électorat de droite après la défaite des régionales. L’opération consiste aussi à relancer la présidence Sarkozy sur le thème d’une « union nationale », déjà repris par certaines voix à gauche, d’un compromis acceptable pour tous. En fait nous sommes face à une entreprise globale, cohérente et réfléchie, qui consiste à un remodelage en profondeur de la France, tendant à casser toutes les formes de solidarités. Du débat sur l’identité nationale à la réforme des retraites, c’est la même visée et la même politique. Les manipulations pour truquer les termes du débat ne font pas dans la finesse. Sitôt les premières prévisions chiffrées du COR connues, les sites d’information ont donné le calcul des déficits cumulés des retraites d’ici 2050. Sans recettes nouvelles, il atteindrait 2 600 milliards d’euros. Un très gros chèque en effet.

Mais, ce que le rapport ne donne pas, c’est le PIB ( les richesses produites par le pays) cumulé sur la même période : 120 000 milliards d’euros, il y a de quoi faire pour le financement de la protection sociale dont le gouvernement préfère organiser la vente à la découpe. Et cela est une donnée essentielle à verser au débat à moins d’encourager une escroquerie doublée d’un gros mensonge consistant à détourner une part de la richesse nationale pour financer les retraites au profit des marchés financiers.

Le débat sur l’avenir de nos retraites pose comme premier enjeu celui d’un choix de société pour l’avenir

Cela concerne directement l’emploi, les salaires, la formation, le partage des richesses, l’avenir de la jeunesse, les inégalités hommes/femmes, la pénibilité au travail, la solidarité inter-générationnelle, l’activité de celles et ceux qui accèdent à la retraite, le temps de cette période de la vie, son utilité sociale. Les réponses qui seront données, seront donc un véritable choix de civilisation. Madame Parisot veut une société du « risque ». La population aspire quant à elle à une société du mieux vivre ensemble, du développement des capacités humaines, de la sécurisation de la vie de chacune et chacun, de liberté.

La droite veut plier le débat en quelques semaines et réaliser un hold-up sur nos retraites.

L’objectif des communistes est de mettre en échec ce projet néfaste du gouvernement en contribuant à faire vivre sur la base d’un contre projet crédible un front politique, social, intellectuel, citoyen et inter-générationnel gagnant qui porte une ambition pour toute la société

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1075

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|