Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > POUR CENT MILLE EUROS, T’AS PLUS RIEN... SAUF UN JET PRIVÉ

POUR CENT MILLE EUROS, T’AS PLUS RIEN... SAUF UN JET PRIVÉ

jeudi 1er avril 2010 , 586 : visites , par LDA

Les Français sont priés de se serrer la ceinture, les services publics sont au régime sec quand ils ne sont pas tout simplement supprimés ou privatisés, les fonctionnaires remplacés qu’à moitié  : c’est la crise, dit en substance le gouvernement, tout le monde doit faire des efforts pour rétablir les finances publiques.

La crise ? Pas pour tout le monde. En tout cas, pas pour le gouvernement, qui ne regarde pas à la dépense quand il s’agit de gérer les contraintes d’agenda de ses ministres et de ses sous-ministres. On vient pourtant d’apprendre que le secrétaire d’État à la Coopération, Alain Joyandet, a bénéficié d’un jet privé loué pour la modique somme de 116 500 euros pour se rendre à une conférence internationale sur Haïti en Martinique, la semaine dernière. Motif invoqué par l’entourage de l’intéressé : s’il avait emprunté les vols réguliers, Alain Joyandet aurait été dans l’impossibilité d’être rentré à Paris à temps pour assister au premier Conseil des ministres post-électoral, après la claque reçue par la droite aux élections régionales.

A priori, l’argument semble recevable. Sauf que les secrétaires d’État n’assistent pas, en temps normal, au Conseil des ministres. Et qu’il existe une alternative à l’emprunt par les membres du gouvernement d’un jet privé pour leurs déplacements urgents : celle de l’utilisation des appareils militaires de l’Escadron de transport, d’entraînement et de calibration (Etec), que l’État met à leur disposition. Apparemment, une heure de recadrage de son gouvernement au complet par Sarkozy et la confirmation que les élections ne changeaient absolument rien à la feuille de route adressée à chacun valaient bien une dépense somptuaire.

L’EQUIVALENT DE 8 ANS DE SMIC

Le cas est d’autant plus grave qu’Alain Joyandet serait un «  récidiviste » de la location d’avions de luxe privés pour ses voyages de fonction. Il avait déjà fait le coup pour se rendre à Haïti. Montré du doigt, le secrétaire d’État dit « comprendre  » l’émotion suscitée dans l’opinion par de telles dépenses. Mais Alain Joyandet parle d’un cas « tout à fait exceptionnel ». 116 500 euros, finalement, c’est beaucoup... et peu à la fois. Rapportés aux largesses du gouvernement accordées aux privilégiés, on peut même parler de goutte d’eau : cela représente certes plus de huit ans de smic, mais un peu moins de quatre fois le chèque qu’ont reçu, en moyenne, en 2008, chacun des 19 000 ménages soumis à l’impôt sur la fortune (ISF) et bénéficiant du fameux bouclier fiscal.

Pas de quoi s’émouvoir de ce côté de l’échelle sociale.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1071

info portfolio

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|