« Le néolibéralisme est mort mais ils ne le savent pas. » Roland Gori

Accueil > Archives > Champagne Ardenne > Toute la région > Election > CONSTRUCTION CITOYENNE DE PROPOSITIONS POUR RÉPONDRE AUX BESOINS DE (...)

CONSTRUCTION CITOYENNE DE PROPOSITIONS POUR RÉPONDRE AUX BESOINS DE TRANSPORTS EN RÉGION

jeudi 18 février 2010 , 810 : visites , par FLORENT BALLANFAT

Comment poursuivre et amplifier la dynamique engagée en 2004 en faveur du transport régional et de l’amélioration de la qualité de service ?

Telle était la question à laquelle les participants à cette réunion publique entendaient répondre. Le constat était largement partagé que d’une situation archaïque en matière de transports ferroviaires régionaux de voyageurs avant 2004 la Champagne-Ardenne est passée au rang de Région en pointe en matière de transports publics sous l’impulsion de la majorité de gauche au Conseil régional. Un choix politique assumé par Jean- Paul Bachy, président de la Région et placé sous la responsabilisé de Pierre Mathieu, vice-président du Conseil régional qui porte ses fruits puisque la revue Ville, Rail et Transports a décerné un prix spécial parmi toutes les régions à la Champagne-Ardenne pour le plus fort développement de l’offre et la plus importante hausse de la fréquentation.

Il aurait été facile de se reposer sur ses lauriers face à ces récompenses mais pour Pierre Mathieu, il n’est pas question de laisser retomber cette dynamique en termes de concertations avec les usagers, de travail en commun avec les autres autorités organisatrices de transports, ou encore de développement de l’offre et de renouvellement du matériel ferroviaire qui a été transféré à la Région notamment sur la ligne Paris / Epernay / Châlons / Saint-Dizier dite de la Vallée de la Marne.

La région peut jouer un rôle combatif pour défendre le fret ferroviaire

Le volontarisme et le dynamisme de la Région tranche avec l’immobilisme en matière de transport départemental dans l’Aube et les régressions du service public de transport assuré, sous la responsabilité de l’Etat, par la SNCF, ou encore la faible implication de RFF dans la modernisation du réseau ferroviaire. Surtout ces progrès sans précédent ont été réalisés dans un contexte global de réduction des moyens publics alloués par le gouvernement au transport malgré un grenelle de l’environnement qui se voulait ambitieux notamment sur le fret, et le maintien du réseau ferré.

Pourtant pour permettre d’assurer le droit au transport pour tous, chacun doit assumer ses responsabilités comme le rappelait Daniel Genestre responsable national de l’union interfédérale des transports CGT, notamment l’Etat et la SNCF pour la qualité du service public dégradée du fait de la suppression de 22 000 postes de cheminots depuis 2002... sur le fret, il signale que si le fret n’est pas une compétence régionale, la région peut jouer un rôle combatif pour défendre le fret ferroviaire mais aussi un rôle de responsabilisation des entreprises en conditionnant les aides économiques régionales à l’utilisation lorsque c’est possible d’un moyen de transport respectueux de l’environnement dans le cadre de son activité, et même dans le cadre de la mise en place de plans de déplacements d’entreprises comme le précise Pierre Mathieu.

Selon le vice-président du Conseil régional la région a également un rôle à jouer pour impulser des projets de transport dans les zones rurales ou simplement dépourvues d’offre de transport public en participant à l’élaboration d’une politique de transports à la demande, d’auto-partage ou de covoiturage permettant à de nombreuses personnes éloignées des réseaux de transport existants de bénéficier d’une offre répondant à leurs besoins.

Les questions de financements pourraient être réglées en partie tout du moins par la constitution de syndicats mixtes de transports telle que le prévoit la loi SRU qui permet la levée d’une nouvelle ressource  : le versement transport (qui correspond à 1% de la masse salariale payée par les entreprises de 9 salariés ou plus)

P.-S.

Notre photo : Cette initiative faisait suite à deux autres réunions publiques tenues à Romilly sur les questions d’emploi et à Brienne au sujet de la santé. La question de la réforme des collectivités locales sera l’objet de la réunion publique de Bar Sur seine le 26 février.

La Dépêche de l’Aube N1065

info portfolio

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|