“ La survie de l’humanité sur la planète n’est pas soluble dans le capitalisme ” Serge Latouche .

Accueil > Archives > Champagne Ardenne > Toute la région > Election > Elections régionales - Forum citoyen à Romilly sur l’emploi et la formation (...)

Elections régionales - Forum citoyen à Romilly sur l’emploi et la formation .

« CONSTRUCTION CITOYENNE D’UN PROJET DE GAUCHE »

jeudi 4 février 2010 , 1597 : visites , par LDA

Au regard de l’actualité économique et sociale, il était difficile de donner le coup d’envoi de la campagne des élections régionales à Romilly sans aborder les questions de l’emploi et de la formation.

Une cinquantaine de personnes s’était donc réunie pour “plancher” sur ce thème, le 28 janvier à Romilly. Forum citoyen destiné à « travailler avec les citoyens à la construction d’un projet de gauche » comme l’a rappelé en préambule Joë Triché, il s’inscrit à ce titre dans la volonté de mener une campagne offensive basée sur les acquis de six années de gestion de gauche de notre région, les luttes et leur prolongement dans l’émergence de propositions alternatives. Pierre Mathieu, chef de file des communistes champardennais sur la liste de rassemblement de la gauche, a lui aussi donné le ton  : « pas question de laisser la droite faire de notre région un laboratoire de la politique de Sarkozy ! »

“Le crédit bancaire : une arme absolue”

C’est la thèse défendue par l’invité de ce débat, Pierre Ivorra, économiste et journaliste à l’Humanité. En France, le volume du crédit bancaire représente 763 milliards d’€ ; il est essentiellement destiné à alimenter « ce qui rapporte le plus au capital : la spéculation ». Pour l’économiste communiste, un tel état de fait n’est plus tolérable. L’INSEE, plus lucide que Sarkozy, annonce une aggravation dramatique du chômage en 2010 avec 63 000 suppressions d’emplois pour le 1er semestre, s’ajoutant aux 180 000 emplois perdus en 2009 rien que dans la branche industrielle. La France n’est pas sans atouts et la révolution technologique qui s’opère depuis une dizaine d’années pose de manière encore plus pressante la question de l’adaptation de notre industrie et donc logiquement celle de la formation des salariés.

Il y a ainsi urgence dans le contexte actuel à briser la logique capitaliste consistant à augmenter les profits par des suppressions d’emplois, des délocalisations, les hausses de productivité et le recours massif
- et à 90% sans aucun contrôle - aux aides publiques. Il y a nécessité de « réformes radicales avec au coeur la préoccupation du développement humain... de droits et de pouvoirs nouveaux sur l’utilisation par les banques de l’argent », argent de nos salaires, retraites et de notre épargne, et donc de créer des institutions nouvelles.

La casse du service public de la formation

Psychologue à l’AFPA de Romilly et déléguée régionale CFDT, Martina Maccioni a brossé un tableau éloquent des attaques d’une politique de droite contre le 1er service public de formation pour adultes. Mise en concurrence avec les organismes de formation privés, transfert vers Pôle- Emploi des services d’orientation (alors que la fusion ANPEASSEDIC, effectuée à la hussarde par Sarkozy, pose déjà problème), désengagement de l’état sur le patrimoine immobilier dont l’entretien sera à la charge de l’AFPA... avec des situations ubuesques à l’image de cette obligation faite aux salariés de l’AFPA d’envoyer CV et lettre de motivation pour postuler... à leur maintien au sein des effectifs l’AFPA ! Inégalité aussi entre régions au niveau des formations et de la prise en charge, entre autre, des frais d’hébergement.

Bref, l’AFPA est aujourd’hui confrontée, comme d’autres services publics, à la rapacité financière du secteur privé avec tous les dégâts pour les employés, la qualité et l’égalité des services que l’on n’a même plus à imaginer puisqu’ils sont aujourd’hui sous nos yeux.

“Revendiquer un droit à l’expérimentation”

Et la Région dans tout cela ? S’appuyant sur l’exemple de la Commission régionale de contrôle et d’évaluation des aides publiques (voir notre encadré), Pierre Mathieu a démontré de façon convaincante que la Région « peut faire des choses », qu’elle peut être à l’initiative dans un certain nombre de domaines relevant de sa compétence et que, chemin faisant avec l’apport de l’expérience concrète, elle peut même aller plus loin et affiner ce qui, au départ, n’était qu’une proposition dans un programme électoral. Bien évidemment, il est revenu sur l’enjeu de l’élection régionale et la nécessité de « construire les propositions dans le débat public et citoyen ».

Au regard du bilan de la majorité sortante et, au sein de cette dernière, de l’apport des élus communistes, on imagine mal que les acquis que nous leur devons et les projets qui se construisent actuellement, soient remis en cause si la droite venait à remporter les élections. Sans compter tous les mauvais coups qu’elle apporterai avec elle dans ses cartons !

Pour conclure, Joë Triché a lancé l’idée d’un nouveau dispositif : la mise en place d’un fonds régional disposant d’une enveloppe décidée par le Conseil régional. S’appuyant sur l’argumentaire de Pierre Ivorra, il propose que la collectivité prenne à sa charge une bonification des taux d’intérêts des emprunts accordés aux entreprises, bonification déterminée sur des critères d’emploi, de formation, de respect de l’environnement...

L’idée est d’abord que les financements ne sortiraient plus des caisses publiques mais des banques, dont l’argent serait réorienté vers l’économie, et ensuite que par un tel dispositif la masse d’argent mobilisable est beaucoup plus importante. Ainsi, avec une enveloppe régionale de 20 M€, jusqu’à 600 M€ de prêts bancaires pourraient irriguer l’économie régionale.

Nous devons « revendiquer un droit à l’expérimentation », a-t-il conclu, parce que c’est en expérimentant de nouveaux dispositifs concrets, quitte à les ajuster, que nous irons de l’avant.

P.-S.

Notre photo : Martina Maccioni, Pierre Ivorra, Joë triché et Pierre Mathieu ont été les animateurs du forum citoyen de romilly.

La Dépêche de l’Aube N1063

1 Message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|