Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > Economie – Social > Coq Sportif OPÉRATION « MÉGA-COM »...POUR 14 EMPLOIS !

Coq Sportif OPÉRATION « MÉGA-COM »...POUR 14 EMPLOIS !

jeudi 28 janvier 2010 , 868 : visites

Tout devait rester « confidentiel défense » jusqu’à la réunion du Conseil municipal du 23 janvier. Rien n’y fit : la veille au soir FR3 éventait le « secret » aux infos en annonçant le retour du Coq Sportif à Romilly.

De quoi susciter l’espoir chez celles et ceux à la recherche d’un emploi. De son côté, le jour même du Conseil, la presse locale titrait sur deux pages : « Le Coq Sportif va bientôt rechanter à Romilly ». Euphorique au chant renaissant du coq, elle annonçait même la création d’une soixantaine d’emplois pour se dédire 48 h après avec à l’arrivée... treize ou quatorze.

Mais peu importe, l’opération « com » était en marche et Vuillemin n’avait plus qu’à se frotter les mains. D’ailleurs luimême s’était fendu de son couplet devant le Conseil municipal  : « vous voyez, la délocalisation n’est pas fatale ».

Evidemment, car elles n’ont, comme unique raison, que la recherche de plus de profits dans les pays à faibles coûts salariaux en sacrifiant l’emploi en France ; ce n’est donc pas un choix irréversible.

Qu’en est-il réellement du soidisant retour à Romilly du Coq Sportif ?

Une fois la baudruche médiatico- politicienne dégonflée, il s’agit seulement de l’ouverture d’un bureau d’études chargé de mettre au point de nouveaux produits et modèles. Il occupera 879 m2 dans les anciens locaux du Coq Sportif, avenue de la Liberté, et emploiera une quinzaine de personnes, cadres et ingénieurs. On est donc bien loin des 500 employés du Coq Sportif à Romilly jusqu’en 1988. Car, si la recherche s’installe à Romilly, la production sera toujours réalisée en délocalisation ; ce que regrettait Mme Camuset, ancienne dirigeante de cette entreprise, devant les caméras de FR3.

En l’occurrence, il serait déplacé de faire la « fine bouche », surtout par les temps qui courent et ce d’autant plus que la marque « Coq Sportif » fut créée à Romilly et qu’elle fait partie de notre patrimoine local, comme l’a remarqué Joë Triché au cours du débat du Conseil municipal. Mais ce fut tout de même l’occasion pour l’élu communiste de formuler deux exigences :

- 1°) la signature d’une convention d’engagement en matière d’emploi entre la Ville et la holding financière basée en Suisse dont dépend aujourd’hui le Coq Sportif.

- 2°) Avoir l’assurance que cette opération ne coûtera pas un centime à la Ville et que, par conséquent, le loyer couvrira effectivement tous les frais d’acquisition et d’aménagements. Le point.

Pour les élus-es communistes et partenaires, il serait inadmissible, en effet, que les contribuables soient obligés de mettre la main au porte-monnaie pour un groupe coté en bourse et dont la seule activité « Coq Sportif » a dégagé 2 millions d’€ de bénéfices nets en 2008 et 1,5 million en 2009

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1062

1 Message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|