L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir.” Jean Jaurès

Accueil > Archives > Aube > Communauté d’agglomération Troyenne > ON NE VEUT PAS DE ÇA CHEZ NOUS !

ON NE VEUT PAS DE ÇA CHEZ NOUS !

jeudi 21 janvier 2010 , 840 : visites , par Jean Lefevre

L’affaire des Gens du voyage de Buchères laisse pantois.

Des banderoles racistes ont vu le jour. Une pétition circule dont on peut traduire l’esprit par « les manouches, on veut bien, mais chez le voisin ! »

Les collectivités ont cependant pour devoir d’accueillir sur un terrain aménagé des populations en transit long (de mai à septembre). Le Préfet a fort bien expliqué qu’il fallait un terrain qui réponde aux critères de la loi.

« Il ne s’agit pas de porter atteinte à la dignité des populations concernées » dit-il, et il ajoute à l’intention des habitants et des élus : « Toutes les nuisances annoncées sont hypothétiques.  » En effet, cette communauté a des règles de vie (différentes des nôtres sans doute) et des pasteurs avec qui l’on peut discuter et élaborer une convention d’accueil. Le Préfet a raison de calmer le jeu.

Ces populations sont très bien accueillies dans certaines villes qui ont pour souci permanent la discussion. Le CCAS de Brest a créé un accompagnement social avec assistante sociale à plein temps pour des familles « très majoritairement pauvres et vivant dans des caravanes « usagées, humides, insalubres ». Le CCAS a donc décidé de prêter de l’argent (micro-crédit) pour le remplacement des caravanes, opération qui s’est révélée satisfaisante pour tous.

D’autres CCAS ont entrepris des actions de sensibilisation pour inciter les gens du voyage aux économies d’énergie ou à la sédentarisation. Il n’y a jamais eu de problèmes d’impayés disent les responsables de l’action. De la même façon, des efforts sont faits dans bien des villes pour la scolarisation des enfants de nomades, tant il est vrai que le rejet et les incompréhensions sont dûs (des deux côtés) au manque d’échanges interculturels. Vivre ensemble est difficile. Les efforts doivent être consentis de chaque côté. Le racisme est une pensée détestable qui n’a pour résultat que de provoquer des tensions. Ce ferment de haine divise aussi les populations d’une même commune, les travailleurs d’une même usine, les gens privés d’emploi qui vont se retourner contre le mauvais responsable de leur situation. On se trompe vraiment d’adversaire quand on s’en prend à plus pauvre que soi. Ou à des boucs émissaires qui ne peuvent pas se défendre.

Il n’y a pas besoin d’avoir vécu les horreurs du IIIe Reich pour comprendre ça.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1061

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|