Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Aube > Tout le département > LA PAUVRETÉ GAGNE DU TERRAIN DANS L’AUBE, UN DÉPARTEMENT DÉJÀ PARTICULIÈREMENT (...)

LA PAUVRETÉ GAGNE DU TERRAIN DANS L’AUBE, UN DÉPARTEMENT DÉJÀ PARTICULIÈREMENT TOUCHÉ PAR LA PAUVRETÉ

jeudi 3 décembre 2009 , 876 : visites

Avec environ 4% de la population pouvant prétendre au le RMI, l’Aube se situait en fin d’année dernière déjà au-dessus de la moyenne nationale une situation qui s’accompagnait d’un taux de chômage particulièrement élevé et de nombreuses formes de précarité.

Cette année, la situation s’est encore aggravée près de 2000 personnes de plus sont comptabilisées dans les chiffres du chômage par rapport à la même période en 2008, et des milliers d’autres ont vu basculer leur vie professionnelle.

Les menaces sur l’emploi se multiplient dans un département encore relativement industrialisé malgré une détérioration flagrante du tissu industriel local... EMO, Olympia et tant d’autres mettent la pression sur les salariés et des pouvoirs publics largement dépassés par l’ampleur d’une crise qui sert souvent de prétexte pour mettre en oeuvre les demandes des financiers toujours plus avides d’argent.

Le capitalisme fait supporter sa crise à la majorité de la population Les ravages déjà importants posent également le problème des perspectives d’emplois pour les plus jeunes particulièrement victimes de cette crise du capitalisme dont la note est payée par les plus fragiles.

Le Secours Populaire en première ligne sur le front de la misère, constate comme chaque année malheureusement une nouvelle dégradation de la situation. Depuis la rentrée de cette année, le Secours Populaire reçoit des demandes d’étudiants qui avec ou sans bourse d’étude ne peuvent de toutes façons pas subvenir à leurs besoins élémentaires, comme celui de se nourrir.

La crise touchant tous les secteurs même les petits boulots se font rares y compris dans les grandes surfaces qui recourent à des automates fermant de nouvelles portes aux jeunes obligés de travailler à côté de leurs études.

La société déstabilisée dans ses fondements par une crise qui n’en finit plus

Dans l’Aube plus qu’ailleurs la pauvreté gagne du terrain et les inégalités s’aggravent entre les plus pauvres d’un côté dont le gouvernement supprime les protections collectives avec la remise en cause de la sécurité sociale, et les attaques contre le code du travail et les plus riches. Ces derniers restent protégés par leur patrimoine et des droits offerts sur un plateau d’argent par la droite au niveau national avec le bouclier fiscal et les remises en cause de l’impôt de solidarité sur la fortune, ou au niveau européen et international avec la libre circulation des capitaux qui permet d’aller chercher de nouvelles sources de profits partout dans le monde en un clin d’oeil sans se soucier des conséquences. La situation des plus pauvres s’aggrave encore avec la hausse du coût de la vie et particulièrement pour la santé, liée au déremboursement de nouveaux médicaments, la hausse du forfait hospitalier... Les cas de surendettement se multiplient y compris d’ailleurs chez les classes moyennes qui basculent dans des situations de pauvreté comme le montre une étude récente du Secours Populaire. En effet, un sondage IPSOS pour le Secours Populaire d’août 2009, montre que 53% des personnes (contre 45% en 2007) se sont retrouvées sur le point de connaître une situation de pauvreté. 30% l’ont réellement connue, et 23% considèrent y avoir échappé... 85% des sondés pensent que la situation va encore s’aggraver pour les générations suivantes avec un risque de basculer dans une situation de pauvreté beaucoup plus fort que pour les générations actuelles selon 54% des personnes interrogées.

Sans la présence de services publics locaux, garants de droits essentiels pour les plus fragiles, cette situation serait sans doute encore plus grave... les réformes des collectivités et la suppression de leurs ressources laissent craindre des difficultés de financement déjà concrètes mais dont on mesure encore mal les conséquences pour les populations.

Ces remparts sont pourtant parfois les derniers éléments de solidarité qui permettent à un nombre croissant de personnes de survivre

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1054

1 Message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|