“Priver un individu de ses droits fondamentaux, c’est d’abord le priver de la capacité du politique.” Hannah Arendtquet

Accueil > Archives > National > Election > Rassemblement antilibéral : à propos des candidature

Rassemblement antilibéral : à propos des candidature

Avant de parler des personnes, il faut discuter de quel type de candidats on a besoin comme porte-parole à la présidentielle et aux législatives.

samedi 24 juin 2006 , 2143 : visites

On peut en esquisser au moins quatre caractéristiques : ils et elles doivent être des militants à même de porter de façon déterminée et convaincante une nouvelle politique antilibérale. Des personnes susceptibles de rassembler largement les électeurs de gauche - de l’extrême gauche au PS - mais aussi les abstentionnistes des dernières années qui attendent une nouvelle politique. Des candidat-e-s qui jouent résolument la gagne. Et enfin des hommes et des femmes capables d’assurer des responsabilités d’hommes ou de femmes d’État. Une candidature issue d’un parti, en l’occurrence la secrétaire nationale du PCF, serait de ce point de vue assurément efficace.

D’abord, on ne voit pas comment on pourrait exclure des candidats adhérents de parti, et donc leurs partis, de cette construction antilibérale nouvelle. Celle-ci doit être durable et déboucher sur une majorité politique, parlementaire. Prétendre ne laisser aux partis qu’un rôle de porteurs d’eau, c’est sous-estimer leur potentiel électoral et mépriser leurs militant-e-s. C’est aussi faire un amalgame injuste. Le Parti communiste français s’est, pour sa part, inscrit sans arrière-pensée et avec créativité dans une démarche de rassemblement. Olivier Besancenot et la direction de la LCR semblent vouloir pour l’instant jouer seuls. Le PS s’oriente vers une candidature qui ne rompt pas avec le libéralisme. Comment les mettre tous sur le même plan, sauf à nier les réalités et donc à handicaper le succès du rassemblement antilibéral.

Et puis, théoriser le fait que la candidature à la présidentielle devrait être hors-parti alimente une conception dangereuse de la démocratie. Elle peut même, alors que nous savons tous combien la présidentialisation et le bipartisme sont des mauvaises choses, conduire à la recherche de l’homme providentiel coupé d’une construction collective et citoyenne.

Tels sont les arguments du PCF. Pour les faire prévaloir auprès des électeurs, l’action de chaque communiste va être essentielle. Ils et elles vont être de tous les rassemblements unitaires pour présenter les analyses et les propositions du PCF et faire prévaloir leur conception large du rassemblement. Ils vont articuler en permanence, comme au moment du référendum, cette construction unitaire avec l’action propre du Parti communiste. En particulier autour de l’appel lancé par Marie-George Buffet au Congrès. Chacun se souvient du rôle essentiel qu’avaient joué le PCF et Marie-George Buffet dans la victoire du 29 mai

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N874

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|