“ La survie de l’humanité sur la planète n’est pas soluble dans le capitalisme ” Serge Latouche .

Accueil > Archives > National > Mise en vente le 5 novembre 2009 Christian Langeois :MARGUERITE

CULTURE A TOUT VA : MARGUERITE,

Mise en vente le 5 novembre 2009 Christian Langeois :MARGUERITE

La MÉMOIRE FROISSÉE

jeudi 5 novembre 2009 , 692 : visites , par Jean Lefevre

Nous vous donnons à lire en exclusivité la présentation du livre de Christian Langeois, historien normand qui s’est penché sur le sort de Marguerite Flavien-Buffard, professeur au Lycée Marie de Champagne (autrefois Lycée de filles). Une rue lui a été attribuée à Troyes l’avenue Marguerite Flavien-Buffard. Une plaque est apposée dans l’enceinte de son lycée qui rappelle sa mort ainsi que celle de sept autres professeurs femmes.

Nous organiserons une présentation du livre avec l’auteur le 16 novembre à 18 h 30 au siège de la fédé du PCF 22, avenue Anatole-France - 10000 TROYES

Une autre sera programmée au Lycée Marie de Champagne.

Mise en vente le 5 novembre 2009 Christian Langeois :MARGUERITE

Biographie de Marguerite Buffard- Flavien (1912-1944) Préface Odette Niles Postface Roger Bourderon

Marguerite Buffard-Flavien, née dans le Jura en 1912, élève de l’École normale supérieure de Sèvres, devient professeur de philosophie, et s’engage en 1934 dans le combat antifasciste. Nommée à Colmar, puis à Caen, elle y enseigne au lycée de jeunes filles rue Pasteur.

Elle entre dans la vie politique du Calvados en 1937, accueille des réfugiés espagnols. Mutée d’office à Troyes, restée fidèle au parti communiste, elle est révoquée en décembre 1939. Elle travaille ensuite comme ouvrière dans une bonneterie puis, exclue du PCF, isolée, rejoint à Voué la ferme de la famille de son mari. Internée en 1942 au camp de femmes de Monts, près de Tours, elle participe à l’une des rares révoltes contre la mauvaise nourriture. Transférée de ce fait à Mérignac, près de Bordeaux, elle s’évade en décembre 1943 et rejoint la Résistance à Lyon.

Agent de renseignement à l’inter-région FTP, dénoncée, elle est arrêtée par la Milice le 10 juin 1944. Le 13 juin, vraisemblablement par crainte de parler sous la torture, elle se défenestre du troisième étage du siège de la Milice, rue Sainte- Hélène. Elle meurt le jour même sans avoir parlé. Rapidement, après quelques hommages, elle disparaît de la mémoire collective. Une plaque est apposée rue Sainte- Hélène à Lyon, avec la mention erronée " Assassinée par la gestapo ".

Christian Langeois reconstitue cette vie brisée sur la base d’archives, d’une riche correspondance, en particulier avec son mari prisonnier en Allemagne, de quelques témoignages. Il restitue la figure d’une femme d’exception pleinement engagée dans la vie au nom d’un idéal humaniste.

Christian Langeois est syndicaliste, habite à Caen. Marguerite est son premier ouvrage.

Collection " Documents " 396 pages (14x22) - 18 €

Contact presse : Solène Perronno - ligne directe 01 44 39 24 92 sperronno cherche-midi.com le cherche midi : 23 rue du Cherche-Midi 75006 PARIS Téléphone 01 42 22 71 20 - Télécopie 01 45 44 08 38 www.cherche-midi.com Contact auteur : christian.langeois orange.fr

J’ai dû lire les 500 pages de ce roman de Christine Machureau ( [1]) parce que je l’avais promis à l’auteur qui habite au diable Vauvert, en Polynésie française. Mais elle a vécu en Bourgogne et a beaucoup lu sur ces époques reculées du Moyen-âge qui font la trame du roman.

Anne, l’héroïne, parcourt la Touraine, la Champagne ou Paris. Elle rencontre l’amour sans lequel un roman ne serait qu’une triste promenade, et se fixe à Troyes. Elle y fera des rencontres exceptionnelles qui la mèneront à Paris sous la Régence de Charles VI le Fol, sur fond de guerre de Cent Ans. Le récit nous fait alors connaître notre ville de l’intérieur ainsi que les événements tragiques qui ponctuent ces époques farouches : viols, assassinats, carnages, épidémies, famines.

Christine Machureau n’est pas partie de rien évidemment. L’imagination se nourrit des faits. Elle a beaucoup lu et consulté les ouvrages les plus ardus et les plus riches : les cartes du vieux Troyes de Herve Grosdoit-Artur et celles de Cassini, le Scivias de Hildegarde de Bingen, quelques thèses et autres fleuves savants. Tout cela pour nous les restituer " ruminés ". Travail de panse et de caillette. Travail d’artiste dont on boit le petit lait.

Pour les amoureux de l’histoire, c’est un livre fort judicieux que je recommande à ceux qui trouvent dans les médias et les magazines peu de raison de rêver et dans les faits d’aujourd’hui quelques similitudes quant à la violence des gouvernements.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1050

Notes

[1EDILIVRE APARIS, 22,50 € Le deuxième tome vient de paraître. http://chrisdesiles.artblog.fr/

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|