“ La survie de l’humanité sur la planète n’est pas soluble dans le capitalisme ” Serge Latouche .

Accueil > Archives > Champagne Ardenne > Toute la région > Election > ÉLECTIONS RÉGIONALES 2010

ÉLECTIONS RÉGIONALES 2010

" Construire, faire gagner et mettre en oeuvre un projet régional répondant aux besoins des champardennais"

jeudi 22 octobre 2009 , 1043 : visites

L’interview de Pierre Mathieu vice-président du conseil régional

La dépêche de l’Aube : Quel regard portez vous sur le bilan de la majorité sortante ?

Pierre Mathieu : Un regard lucide, objectif. Il est indéniable que beaucoup de choses auront été réalisées durant ces 5 dernières années. Cela dans un contexte particulièrement difficile du fait de la politique mise en oeuvre par le gouvernement. Celui-ci a multiplié les transferts de charges sans nous accorder les compensations financières suffisantes. Il procède à l’étranglement financier des collectivités territoriales. Dernier acte en cours la suppression de la taxe professionnelle qui représente près des deux tiers de la fiscalité directe régionale.

Et toujours le même objectif à l’oeuvre : réduire la contribution des plus riches, du secteur économique, pour faire payer les ménages, les salariés qui n’en peuvent plus  ! Dans ce contexte et dans le cadre des compétences qui sont celles du conseil régional nous avons mis en oeuvre les propositions sur lesquelles les électeurs nous ont donné la majorité en 2004. Une politique régionale répondant mieux aux besoins des Champardennais et donnant de meilleurs atouts aux territoires pour leur développement, des mesures concrètes pour faire progresser la justice sociale et territoriale, la mise en oeuvre de nouvelles pratiques démocratiques ont été nos fils conducteurs.

LDA : des exemples concrets ?

P. M. : Ils sont légions et au sein de la majorité les élus communistes ont été une force de propositions et de réalisations particulièrement active. La mise en place de la carte " LYCEO " associée aux différentes formules de location de livres permet la quasi gratuité des livres et matériel pour les lycéens de l’enseignement général, professionnel.

Récemment 24 € par an ont été ajoutés au crédit de chaque carte permettant l’accès à des spectacles au choix de chacun. L’aide aux étudiants et aux apprentis à été singulièrement renforcée. Dans le domaine économique nous sommes intervenus pour conditionner les aides aux entreprises à des critères précis favorisant l’emploi, le respect des droits des salariés... Une commission d’évaluation et de contrôle de l’utilisation des fonds publics qu’attribue le conseil régional a été mise en place. Présidée par Karine Jarry elle peut être saisie sur des dossiers concrets par les organisations syndicales ou les représentants du personnel. Ce dispositif unique en région, les autres collectivités continuent d’attribuer leurs aides sans aucune évaluation ni contrôle, mérite d’être plus utilisé par les salariés.

Concernant les aides aux différents territoires nous avons mis en place une modulation pour tenir compte des différences de richesses de ceux-ci et des réalités. Il est juste d’aider plus ceux qui ont moins. Un effort considérable a été produit pour la modernisation globale des infrastructures dans notre région où le retard était considérable notamment en matière ferroviaire. Nous avons donné une priorité effective au développement des transports publics collectifs. Disposer de transports régionaux performants, modernes c’est bien. Encore faut-il en permettre l’accès à tous ceux qui en ont besoin et favoriser à chaque fois que cela est possible le passage de l’utilisation de la voiture particulière à l’utilisation du transport collectif, moins cher, notamment pour le domicile travail et le domicile étude, moins polluant et plus sûr. Nous avons renforcé les tarifications attractives particulièrement pour les foyers à faibles ressources. Depuis le 1er septembre toutes les personnes de ceuxci peuvent disposer sur tous les trains de la région (hors TGV) d’une réduction de 80% sur le prix du billet unitaire pour tous leurs déplacements régionaux quel qu’en soit le motif. Une injustice est ainsi réparée. Désormais les personnes, privées de travail, ou les membres des familles aux faibles ressources bénéficient de la solidarité régionale au même titre que les salariés, les étudiants qui bénéficiaient depuis longtemps de réductions importantes. C’est aussi les élus communistes qui ont proposé l’introduction d’une modulation des tarifs pour la restauration des lycéens. A nos yeux ce dispositif positif mérite encore d’être renforcé.

Enfin nous avons fait de l’association des citoyens, de la concertation de tous les acteurs concernés par une question une règle de conduite. C’est ainsi que dans mon secteur d’activité j’ai mis en place les Comités Locaux d’Animation et de Développe-ment du transport régional où élus locaux, représentants des usagers, des associations, du monde socio-économique, des représentants de la SNCF (direction et personnel) se réunissent régulièrement et publiquement pour débattre des améliorations à apporter, travailler des nouveaux projets... Inutile d’insister sur le fait que cette façon de faire n’existait pas avant l’élection de notre majorité.

LDA : Vous assumez donc l’ensemble du bilan.

P. M. : Absolument. Je rappelle que la majorité du conseil régional comporte 28 élus de gauche dont 6 élus communistes. Il n’y a pas de majorité de gauche sans notre apport. Av e c Mi c h è l e Leflon (Ardennes) viceprésidente chargée de la formation professionnelle nous avons en responsabilité deux des budgets les plus importants du conseil régional. Avec l’ensemble des élus de notre groupe nous avons assumé nos responsabilités dans une attitude constructive, combative, sur la base des engagements pris et de nos valeurs. Responsabilité, solidarité et indépendance me semblent bien résumer notre approche. Le bilan de la gauche régionale porte sans ambiguïté notre empreinte. Nous avons pu infléchir et accompagner utilement de grandes décisions. Sur certains dossiers majeurs pour notre département et la région notre action est même déterminante je pense par exemple à l’électrification de Paris Troyes que nous pouvons, si toutes les collectivités jouent le jeu maintenant concrétiser.

LDA : Personnellement dans quel état d’esprit abordezvous le prochain renouvellement  ?

P. M. : Avec la ferme détermination de mettre en échec le rêve de reconquête de la droite. Les Champardennais attendent autre chose qu’une remise en cause des avancées que nous avons commencé à mettre en oeuvre. Il faut au contraire nous permettre d’aller plus loin. Dans un contexte général où la vie de chacun est de plus en plus difficile il est important de pouvoir s’appuyer un conseil régional proche des préoccupations des citoyens et déterminé à répondre à leurs besoins, à résister au rouleau compresseur d’une droite qui veut tout privatiser, tout marchandiser. Cette droite ne supporte plus l’obstacle que représentent, pour les appétits des capitalistes, des collectivités gérées par des élus où la démocratie et la proximité ont encore un sens. Elle veut balayer tout cela. Empêcher cela par le vote du plus grand nombre d’électeurs qui ont beaucoup à perdre si les services publics locaux venaient à être réduits à une peau de chagrin sera un des enjeux du prochain scrutin.

LDA : Pour l’UMP son retour aux affaires régionales est une évidence. Quelle stratégie pour l’en empêcher.

P. M. : La meilleure à mon avis c’est celle du bon sens et de l’efficacité. Tout d’abord il faut construire, dans le contexte actuel un projet régional ambitieux. Ensuite il faut le faire gagner et créer les meilleures conditions de sa mise oeuvre. Commençons par le commencement le projet régional

Il sera d’autant plus pertinent qu’il sera réellement construit par l’ensemble de la gauche, dans toute sa diversité avec les citoyens de manière publique et dynamique. Pour ma part je pense que la responsabilité et l’efficacité est de produire tous les efforts pour la mise au point d’un projet régional répondant bien aux besoins des Champardennais et clairement ancré à gauche. Ce projet doit donner tout sa place aux questions sociales, environnementales, aux nouvelles pratiques démocratiques à faire vivre. Elaboré par le plus grand nombre il a vocation à être porté collectivement dès le premier tour, où la droite rassemblée va essayer d’obtenir un résultat la plaçant dans une dynamique de victoire pour le second tour. Et il va de soi qu’en cas de démarches différenciées au premier tour c’est ce projet régional et ce projet régional seul qui peut constituer la base de l’élargissement du second tour. Telle est mon approche de cette échéance. Bien entendu cette conception exige que la diversité se retrouve dans la composition des listes, qu’elle soit réellement prise en compte dans toutes les étapes du processus et demain dans l’exercice des responsabilités. Actuellement les adhérents du parti communiste débattent de ces questions dans leurs organisations. A partir des réalités de notre région je suis convaincu, pour ma part, qu’il convient de procéder ainsi pour faire en sorte que la parenthèse ne se referme pas sur l’expérience engagée en 2004 qui a commencé à faire bouger la donne en faveur d’une politique de gauche en région

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1048

1 Message

  • ÉLECTIONS RÉGIONALES 2010 26 octobre 2009 14:42, par JOINVILLE

    ÇA VA MAL FINIR Comme si les 25 salariés de France Telecom qui se sont suicidés ne suffisaient pas, une salariée de 45 ans de chez Thalès vient de mettre fin à ses jours à Châteaubourg près de Rennes. Et pendant ce temps nos hommes politiques ne pensent qu’aux prochaines élections régionales, madame Carla Bruni Sarkozy joue tranquillement de la guitare et le Pape continue comme si de rien n’était à faire son cinéma à sa fenêtre devant les badauds de la Place Saint-Pierre. "J’ai voté Sarkozy et depuis je dors mal" a écrit François Léotard ancien ministre des armées, dans un livre prémonitoire intitulé "ÇA VA MAL FINIR" qu’il a écrit sur Sarkozy.

    repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|