“ La survie de l’humanité sur la planète n’est pas soluble dans le capitalisme ” Serge Latouche .

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > 25 ans du cinéma Eden - A droite, rien de nouveau

25 ans du cinéma Eden - A droite, rien de nouveau

IL Y A 25 ANS, À ROMILLY, ON A RETROUVÉ LE 7ÈME ART !

jeudi 22 octobre 2009 , 611 : visites

Parce qu’elle a jugé utile de rappeler par qui, comment et pourquoi le cinéma connut, dans la 2ème ville du département, une véritable résurrection, la section romillonne du PcF avait organisé, samedi 17 octobre, une exposition à l’occasion des 25 ans du cinéma Eden.

" Le cinéma communal... un forum marxiste " !

C’est ce que prétendait alors une association faux nez de la droite à propos du projet de cinéma municipal encore en gestation dans les têtes, heureusement plus pondérées, de la municipalité et du maire communiste Maurice Camuset. Joë Triché n’a pu résister à la tentation de relever la " sottise " des langues de... vipères, provocant parmi l’assistance un sourire amusé quoique sans illusions. La droite locale de l’époque, derrière Paul Granet, avait décidé de servir la soupe aux propriétaires privés de salles troyennes, leur apportant sur un plateau d’argent la clientèle de Romilly et de ses environs. 95 000 entrées dès la 1ère année, on comprend que ces derniers aient eu les yeux de Chimène et le doigt sur la caisse enregistreuse devant une telle aubaine ! On comprend aussi pourquoi, la droite a fait " des pieds et des mains " pour empêcher l’ouverture d’un cinéma public et populaire à Romilly.

Propagande, mensonges sur le coût du projet, désinformation politicienne : rien ne manqua... Rien n’y fit pourtant et le " nouveau " cinéma Eden vit le jour en 1984 avant que sa fréquentation nécessite, en 1987, l’ouverture d’une 3ème salle.

Contre vents et marées Huit panneaux, avec photos, documents et articles de presse de l’époque, sans oublier l’affiche originale de l’inauguration, exposaient la genèse, la réalisation et le succès de cet équipement. Le conseiller général communiste a remercié le " metteur en scène " Christian Barthélemy, l’équipe du " montage " sous la houlette avisée d’Alain Fournier, les " documentalistes ", en l’occurrence MM. Lenours de l’association " Images de Romilly " et Hémon , René Granmont, ancien secrétaire de la section locale du PCF...

Nostalgie ? A aucun moment, at- il souligné, mais de belles et utiles réalisations ont vu le jour, contre vents et marées droitières, quand la municipalité avait une vraie politique culturelle, citant entre autre la grande fête populaire " Autres pays, autres cultures " supprimée par la précédente municipalité. A quelques jours d’une autre manifestation organisée par le maire, les communistes romillons ont estimé judicieux de braquer les projecteurs sur un événement qui marque encore de son empreinte la vie locale... au cas où E. Vuillemin aurait, comme Jeanne Moreau, " la mémoire qui flanche ".

La culture en danger

Cette initiative a aussi permis de tirer la sonnette d’alarme. Avec la réforme Balladur, la culture est en grand péril. Aujourd’hui, 80% des subventions proviennent des collectivités territoriales (régions départements, communes) : il y a donc de quoi être inquiet si le gouvernement, comme il en prend le chemin, suit les recommandations balladuriennes. A cela s’ajoute, le " monsieur plus " local, le maire Vuillemin, qui, par le biais de " conventionnements " aussi alambiqués que pernicieux, entend " mettre à sa pogne " la vie associative et en tirer à son gré les ficelles. La recette est bien connue de la droite : quand on a besoin d’argent, on commence par faire les poches des associations.

Parmi l’assistance, on a remarqué la présence du président de l’association " Romilly patrimoine ", celle de la responsable de l’association " Cinéma Eden ", du directeur du cinéma Eden, de J.-P. Cornevin, secrétaire départemental du PCF, Fethi Cheikh, secrétaire de la section romillonne. Pour conclure, nous ferons nôtre le slogan lancé dans l’euphorie des vapeurs caniculaires de juin dernier par l’actuel conseiller municipal relégué à la culture : " La culture appartient au peuple ! " CQFD.

Rémi

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1048

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|