“Nous ne sommes pas obligés d’accomplir des grandes actions héroïques pour participer au processus du changement. De petits actes multipliés par des millions de personnes peuvent transformer le monde.” Howard Zinn

Dossier
  • Enseignement, éducation... C’est l’école qu’ils assassinent !
    13 mai 2011

    Suppression de 16 000 postes d’enseignants à la rentrée 2011. De 2002 à 2011, 74 600 postes ont été supprimés, soit 8,6% des effectifs. L’Aube n’échappe pas au “dégraissage”. La politique de l’UMP est intolérable : fermetures de classes, suppressions de postes, etc. Alors que la natalité laisse prévoir une croissance du nombre d’élèves, l’enseignement (...)

    Lire la suite
Accueil > Archives > National > Enseignement –Recherche –Education > " LA LOI CARLE " UN NOUVEAU COUP PORTÉ A L’ÉCOLE PUBLIQUE

" LA LOI CARLE " UN NOUVEAU COUP PORTÉ A L’ÉCOLE PUBLIQUE

jeudi 15 octobre 2009 , 700 : visites , par LDA

En adoptant la loi Carle, qui obligera les communes à financer les écoles privées hors de leur territoire, la majorité de droite prend le risque de vider l’école publique rurale.

C’est l’une des principales conseillères de Sarkozy, qui avait dévoilé le pot-aux-roses dès 2004, en se déclarant favorable à " une privatisation totale de l’Education nationale ". Une affirmation tellement énorme, au pays de Jules Ferry, qu’on aurait pu croire qu’il s’agissait d’une pure provocation. Pas du tout !. La soumission du " marché " de l’éducation (estimé à plus de 1000 milliards de dollars) à la loi de la " concurrence libre et non faussée " est programmée par l’Accord général sur le commerce des services (AGCS), intégré depuis 1994 aux négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). En fait la " loi Carle " adoptée par le Sénat en décembre 2008, puis par l’Assemblée nationale le 28 septembre, est un premier pas dans cette direction.

Les parents n’ont pas à se justifier, le maire ne peut s’ opposer .Pour les promoteurs de cette loi - que l’on ne trouve pas seulement à droite - il s’agit d’un " texte de compromis ", permettant de résoudre le conflit né en 2004 d’un article ajouté à la loi de décentralisation par le sénateur (PS) Michel Charasse. Il obligeait les communes à financer la scolarité d’élèves résidant sur leur territoire, mais scolarisés dans des écoles privées d’autres communes, tout comme s’ils étaient accueillis dans des écoles publiques.

L’amendement Charasse avait suscité bien des remous, nombre de maires et de défenseurs de l’école publique jugeant que les communes n’avaient pas à payer pour ce qui relève d’un choix personnel des familles - choix dont le coût global est estimé à 400 millions d’euros par an. Résultat : fin 2008 - soit quatre ans plus tard, tout de même - le Sénat finissait par abroger l’article... et adoptait dans la foulée une loi rédigée par le sénateur (UMP) Jean- Claude Carle, destinée selon lui à apaiser le conflit en garantissant, selon son intitulé, " la parité de financement entre les écoles élémentaires publiques et privées sous contrat d’association ". De fait, le texte limite à quatre cas le financement de la scolarité privée par la commune de résidence : le manque de capacité d’accueil dans cette dernière (ou dans le regroupement pédagogique) ; les obligations professionnelles des parents, si la restauration scolaire et la garde des enfants ne sont pas assurés dans la commune de résidence (sans que l’école choisie doive pour autant les assurer !) ; l’inscription d’un membre de la fratrie dans un établissement de la commune d’accueil ; ou enfin des raisons médicales. Si l’une de ces conditions est remplie - sans que les parents aient à en justifier a priori, ni que le maire puisse s’y opposer - alors la commune de résidence est obligée de participer aux frais de scolarité, exactement comme si l’élève concerné " avait été scolarisé dans une des écoles publiques de la commune d’accueil ", précise le texte.

"Un bon compromis" ... pour qui Saluée comme " un bon compromis " par le Secrétariat général à l’enseignement catholique, la " loi Carle " déclenche en revanche la colère des défenseurs de l’école publique et de l’école rurale. Pour les premiers, elle est en effet un premier pas vers une forme de " chèque éducation " tel qu’il existe notamment aux Etats- Unis. Là-bas en effet, écoles publiques et privées sont directement en concurrence, et le choix des familles entraîne de facto le versement des subsides publics à l’école de leur choix. Résultat : la ghettoïsation complète (voire la disparition) de nombreux établissements publics, au côté d’écoles privées qui engrangent de confortables bénéfices. Le système dont rêvent les libéraux de tout poil... Coup de grâce pour l’école de proximité Pour le monde rural (mais aussi en banlieue), la menace se double d’un risque " d’exode scolaire " - d’autant plus que le verrou de la carte scolaire est lui aussi en passe de sauter.

Quand une administration zélée ferme une classe alors qu’il manque seulement un ou deux élèves, refuse d’en ouvrir même quand le besoin se fait pressant, et alors que le gouvernement s’apprête à supprimer encore 16 000 postes dans l’Education nationale, la menace est bien réelle de voir de nombreuses familles, par contrainte ou par choix, déserter les écoles de leurs communes pour scolariser leurs enfants dans les chefs-lieux. Ce qui constituerait une sorte de coup de grâce pour l’école de proximité, et surtout pour l’école rurale

P.-S.

Point de vue des communistes

Lors du débat sur la " loi Carle " les élu-es communistes au sénat se sont opposés à une disposition qui vise à rendre obligatoire le financement d’écoles privées par de l’argent public.

« Nous sommes déjà confrontés à des restrictions considérables des moyens accordés à l’enseignement public. Avec des communes qui ont de plus en plus de difficultés à maintenir des établissements publics sur leur territoire, on voit ce que cela risque de donner. Il s’agit en fait d’un financement quasi-direct en faveur de l’école privée. Cela pose bien des questions, et en premier lieu sur la remise en cause du principe de laïcité de l’enseignement

- puisque les écoles élémentaires privées sous contrat d’association sont principalement de confession catholique. Les communes rurales doivent déjà fournir des efforts considérables pour maintenir sur leur territoire des possibilités de scolarisation dans le public. Or ce texte va dans un sens complètement opposé, puisque cela revient à piller de l’argent public pour le verser au privé. Jusqu’à maintenant, il n’était pourtant pas interdit à un maire de financer la scolarisation de certains élèves dans le privé  ; mais il fallait l’accord du conseil municipal. Aujourd’hui, cette loi le rend obligatoire : la ficelle est grosse ! Mais de toute façon, cette affaire n’est pas finie car localement, les maires vont être confrontés à des obligations de financement qui vont poser des problèmes »

La Dépêche de l’Aube N1047

1 Message

  • Le cléricalisme c’est le fait pour la religion d’intervenir dans les affaires de l’État. L’anticléricalisme est l’opinion de ceux qui s’y opposent. Sans cléricalisme il n’y aurait pas d’anticléricalisme. La laîcité c’est l’État chez lui et la religion chez elle. Chaque fois que la laïcité fait un pas en arrière, le cléricalisme fait trois pas en avant. Nous payons aujourd’hui le vide idéologique créé ces dernières décénnies par des partis de gauche qui nous ont baladé d’une élection à l’autre. L’avenir d’hier étant le présent d’aujourd’hui, celui qui hier a sacrifié l’avenir pour le présent n’a plus aujourd’hui ni présent ni avenir. http://associations.midiblogs.com

    repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|