Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

Accueil > Archives > National > Economie – Social > Niveau record des dividendes

Niveau record des dividendes

A qui appartient le CAC 40

jeudi 27 août 2009 , 690 : visites

Depuis dix ans, la structure du capital des grandes entreprises françaises s’est radicalement modifiée, allant de pair avec la financiarisation de l’économie.

Au printemps, les actionnaires du CAC 40 se sont rendus dans leurs assemblées générales. Ce grand rendez-vous marquait le moment pour les propriétaires du groupe de valider les comptes présentés par la direction, mais aussi d’adopter diverses résolutions telles que le montant du dividende et toutes autres opérations touchant au capital de l’entreprise. C’est également l’instant où les dirigeants se devaient de répondre aux questions qui leur étaient posées.

Habituellement désertées par beaucoup d’actionnaires minoritaires, cette année les salles étaient pleines et l’atmosphère tendue. Pour cause, avec la débâcle des marchés financiers, certains ont perdu entre 50 % et 80 % de leur mise initiale. " Ils se sont clairement fait plumer dans l’histoire ", affirme Colette Neuville, présidente de l’association des actionnaires minoritaires, alors que dans le même temps les dirigeants de ces mêmes groupes ont vu leur rémunération exploser.

Des voix qui ne font pas le poids pour peser dans les décisions de grand groupe. Depuis une bonne dizaine d’années, le nombre d’actionnaires individuels s’effondre, l’actionnariat s’internationalise et, progressivement, un changement radical dans la structure du capital des entreprises du CAC 40 s’opère. Il laisse place à un actionnariat plus dispersé au centre duquel les investisseurs institutionnels qui regroupent grosso modo les fonds de pension ou autres produits d’épargne anglo-saxons et les fonds d’investissement obtiennent la première place et deviennent de fait les nouveaux acteurs. Ainsi en 2007, le CAC 40 appartenait pour 47,6 % à des fonds d’investissement, pour 22,9 % à des investisseurs institutionnels, pour 26,3 % à des actionnaires stratégiques, pour 3,2 % à des actionnaires individuels. Les grandes familles, qui font couler beaucoup d’encre, ne possédaient en 2005 que 4,4 % du CAC 40 et deviennent globalement des actionnaires relativement minoritaires. À l’exception des Martin et Olivier Bouygues, la famille Halley dans le groupe Carrefour ou Liliane Bettencourt chez L’Oréal... Dans une étude, en 2003, François Morin, professeur d’économie à l’université de Toulouse-I, démontrait que la montée en puissance des fonds de pension dans le capital des entreprises du CAC 40 coïncidait avec l’arrivée d’un nouveau mode de gestion selon lequel le concept de la création de valeur pour l’actionnaire devient l’objectif numéro un. Concrètement, les actionnaires s’assurent que les entreprises dans lesquelles ils investissent créent de la valeur, c’est-à-dire que la rentabilité de leur projet soit supérieure au coût des capitaux engagés. Il ne s’agit plus seulement de réaliser un profit positif, mais de parvenir à un taux suffisamment rémunérateur pour les actionnaires.

Ainsi, une activité supposée générer de 6 % à 7 % de retour de capitaux sur investissement sera abandonnée au profit de celle qui en générera 15 %. Et lorsque l’entreprise ne crée pas suffisamment de valeur, alors elle doit procéder à des restructurations. Ainsi peut-on dire que, dans ce système, le risque est transféré des actionnaires vers les salariés. Sous l’emprise des investisseurs institutionnels, " les grands groupes français ont dû faire face à un véritable bouleversement qui a modifié la nature du capitalisme français ", analyse François Morin. La loi d’airain de ce capitalisme financiarisé s’applique même en temps de crise : alors que les groupes accusent une baisse de leurs profits, ils continuent d’accorder la priorité à leurs actionnaires en maintenant leur niveau de dividendes.

Hormis Renault, les grands du CAC 40 ont encore versé plus de 55 milliards de dividendes au titre de l’exercice 2008

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1040

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|