Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > National > Un jeune étudiant emprisonné depuis 4 ans par Israël LA FRANCE RESTE (...)

Un jeune étudiant emprisonné depuis 4 ans par Israël LA FRANCE RESTE SILENCIEUSE !

jeudi 30 juillet 2009 , 556 : visites , par LDA

Un innocent, Salah Hamouri, jeune Franco-Palestinien, est en prison depuis 4 ans, détenu dans des conditions scandaleuses. Il vient d’avoir 25 ans. Cette terrible injustice n’a que trop duré. Salah a en effet été condamné par un tribunal militaire israélien, sans l’ombre d’une preuve. Il s’agit là d’une nouvelle marque de la volonté d’Israël de poursuivre la colonisation des territoires palestiniens, d’y imposer une force d’occupation militaire et d’y faire régner la loi du plus fort. C’est aujourd’hui une situation insupportable unique au monde, qu’il faut faire cesser au plus tôt.

Le jeune Franco-palestinien s’est vu refusé le 26 juillet dernier une demande de libération alors qu’il a purgé la moitié de sa peine.

Une nouvelle sentence, en quelque sorte, qui s’abat sur les épaules de notre compatriote. Car la nationalité française est la seule qu’il possède puisque les Palestiniens se voient toujours refuser la création de leur État, malgré les multiples promesses occidentales, malgré les déclarations israéliennes. C’est qu’en l’espèce le cas de Salah Hamouri est exemplaire de ce qui arrive à tout un peuple. Soit les Palestiniens vivent sous occupation, comme à Jérusalem-Est, comme en Cisjordanie dont les principales routes sont contrôlées par l’armée israélienne et régulièrement l’objet d’incursions militaires, soit on les vire purement et simplement de leur lieu d’habitation à l’occasion de la construction et de l’annexion de territoires palestiniens à Israël. Soit encore, comme à Gaza, une population est affamée, encerclée et massacrée par une armée d’occupation.

Salah Hamouri est pourtant innocent. Il l’est d’abord parce que ses juges, malgré leur volonté et leur arbitraire, n’ont pas réussi à prouver la culpabilité de Salah dans ce qu’ils présentent comme une affaire de " terrorisme ". Et pour cause ! Depuis quand passer devant le domicile d’une personnalité (en l’occurrence un rabbin israélien) serait-il d’extrême droite, relèverait d’un crime, pis, d’une tentative d’assassinat ?

Visiblement, s’agissant d’Israël, plus la ficelle est grosse plus ça passe. Autre anomalie : le tribunal qui a " jugé " Salah Hamouri est évidemment illégal au regard du droit international puisqu’il s’agit d’un tribunal militaire d’occupation.

D’ailleurs, ce " jugement " n’est survenu qu’après trois ans de détention. Un fait habituel pour les Palestiniens. C’est la détention administrative, qui peut être prolongée aussi longtemps que le décident les chefs militaires israéliens. Qui pourrait donc soutenir que Salah est coupable uniquement parce que le marché qui lui a été proposé est ignoble : " Tu dis que tu es coupable et on te donne sept ans. Tu nies et tu reçois le double " ?

N. Sarkozy reçoit publiquement les parents de Gilad, soldat Franco-Israelien, mais ignore ceux de Salah. Ce qui est préoccupant dans cette affaire est qu’Israël, visiblement, se moque de la France. Selon nos informations, le tribunal qui a statué le 25 juillet n’a même pas évoqué sa qualité de Français. Ce qui montre que les autorités françaises, qui ne cessent de réclamer la libération du Franco- Israélien Gilad Shalit, sont beaucoup moins déterminées s’agissant de Salah Hamouri. C’est ce qu’a bien compris Tel- Aviv. N. Sarkozy reçoit publiquement les parents de Gilad mais ignore ceux de Salah. Au minimum, la décision prise par ce tribunal militaire montre non seulement les limites mais le peu de résultat de la diplomatie silencieuse, telle que prétend l’appliquer le ministère français des Affaires étrangères avec Salah. Pis, à l’Élysée on continue de prétendre que l’attitude de Salah Hamouri n’aiderait pas à faire avancer son dossier parce que, " à aucun moment ", il n’a souhaité " exprimer de regrets et favoriser ainsi une éventuelle mesure de clémence ". Si, comme l’écrivait le chef de cabinet de N.

Sarkozy, " la France continue de solliciter auprès des autorités politiques et judiciaires israéliennes un geste de clémence ", il convient non seulement de persévérer mais, surtout, de faire efficacement pression. Parce que cette justice n’est pas une justice démocratique dès lors qu’elle agit en territoires occupés et qu’elle entend juger des gens pour faits de résistance. On ne peut s’empêcher de penser que cette attitude française à quelque chose à voir avec l’incroyable mansuétude de la France et de l’Union européenne, qui commence même à trancher avec les menaces américaines, vis-àvis d’Israël.

Le communiste, Jean-Claude Lefort , qui préside l’Association France Palestine solidarité (AFPS) et est à l’origine de la création du comité pour la libération de Salah Hamouri, estime qu’ " il convient de préparer, sous toutes les formes possibles, les manifestations d’indignation vers l’Élysée. Car si Salah est en prison, la raison est claire : le président n’a pas fait et voulu faire ce qu’il fallait ! ".

Salah est un cas unique au monde : c’est le seul Français sur la planète qui est en prison depuis plus de quatre ans pour des raisons politiques. Le seul. Et que disent les autorités françaises si promptes à se porter au secours de tous nos autres compatriotes en difficulté à l’étranger ? Rien  ! Elles acceptent. Jamais le président n’a cité publiquement le nom du jeune étudiant Francopalestinien.

Jamais il n’a demandé sa libération pure et simple. Jamais il n’a répondu personnellement à un courrier sur ce sujet. Jamais il n’a daigné recevoir sa famille à l’Élysée, comme il l’a fait pour tous les autres cas Depuis Jérusalem, l’Agence France Presse n’a pas non plus daigné envoyer une dépêche aux médias de France et du monde.

P.-S.

Photo : Salah Hamouri

Salah est un cas unique au monde : c’est le seul Français sur la planète qui est en prison depuis plus de quatre ans pour des raisons politiques.

Le seul. Et que disent les autorités françaises si promptes à se porter au secours de tous nos autres compatriotes en difficulté à l’étranger ? Rien !

La Dépêche de l’Aube N1036

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|