“Ils n’ont pas senti la souffrance : ils ont créé le chaos, ils ont laissé tout rafler à ceux qui étaient les plus forts économiquement. Antonio GRAMSCI.

Accueil > Archives > National > COHN-BENDIT SOUTIENT FILLON

COHN-BENDIT SOUTIENT FILLON

jeudi 9 juillet 2009 , 778 : visites , par LDA

Le chef de file d’Europe Écologie compte parmi les soutiens du Premier ministre pour prendre la tête de la Commission européenne

En totalisant 16,28 % des suffrages, ( 11,62% dans l’Aube) le 7 juin dernier, la liste Europe Écologie a créé la surprise du scrutin européen. Au coeur de la crise, face à un Parti socialiste incapable de dégager des lignes claires, la liste menée par Daniel Cohn-Bendit est apparue comme un recours, tant les enjeux écologiques semblent transcender les différences politiques. José Bové, candidat à l’élection présidentielle de 2007 au nom de l’antilibéralisme, rejoignait alors un Cohn-Bendit figure de proue revendiquée du libéralisme européen, sans que les électeurs ne semblent y trouver d’incohérence majeure. Réunissant ses troupes, samedi, à Saint-Ouen (Seine- Saint-Denis), et confiant dans sa stratégie, Daniel Cohn-Bendit s’est donc autorisé un pas de plus en soutenant publiquement la candidature de François Fillon pour succéder à José Manuel Barroso à la tête de la Commission européenne.

Appelant, dans la foulée, les " écolos " du PS et du Modem à le rejoindre.

Après François Bayrou, le chef de file d’Europe Écologie tente de réécrire, à moins d’un an des élections régionales, le scénario d’une recomposition politique affranchie des clivages politiques.

Ni droite, ni gauche. Pour dénoncer les affres de la socialdémocratie
- " La gauche doit comprendre qu’elle va dans le mur, qu’elle n’a plus de projet. (...) Le socialisme européen est moribond -, l’ex-leader soixantehuitard n’en explique guère les origines. Et pour cause, luimême votant sans rechigner, à l’instar des socialistes européens, l’essentiel des directives libérales proposées par la droite, au mépris parfois de la plus élémentaire solidarité à l’égard de son propre groupe. S’inspirant de Sarkozy, passé maître dans l’art de brouiller les cartes, Daniel Cohn-Bendit veut pourtant voir chez les Verts " les gentils animateurs d’une gauche qui doit retrouver son âme et son projet ". Au nom d’une " culture du rassemblement et de l’ouverture ", et parce qu’il veut être " en permanence ouvert au débat politique ", Cohn-Bendit voudrait faire oublier à bon compte les contradictions fondamentales qui surgissent de la concurrence libre et non faussée qu’il soutient, et les dégâts écologiques qu’un tel acharnement à défendre les dogmes ultralibéraux engendre. Un débat que les Verts devront un jour ou l’autre trancher.

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1033

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|