Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable."

Tzvetan Todorov Linguiste

Accueil > Archives > Aube > Romilly-sur-Seine > Economie – Social > 3 questions à Bruno Charrier, secrétaire de l’UL CGT de Romilly

3 questions à Bruno Charrier, secrétaire de l’UL CGT de Romilly

vendredi 22 mai 2009 , 997 : visites , par LDA

LDA : Les organisations syndicales viennent d’organiser un 1er mai unitaire après 2 précédentes phases de fortes mobilisations, on l’a vu y compris à Romilly. Cette montée en puissance des initiatives face au mécontentement et aux inquiétudes va-t-elle se poursuivre ?

Bruno Charrier : depuis le 5 janvier, les organisations syndicales ont construit, sur les bases revendicatives des salariés, une plateforme commune. La CGT tient et participe au maintien et au renforcement de cette unité qui est nécessaire pour faire aboutir les attentes de tous les salariés. Dans cette période de crise économique et sociale, due à une gestion capitalistique et libérale dans un contexte de mondialisation, l’inquiétude et le mécontentement grandissent chez les salariés.

Alors oui, les actions et les manifestations vont continuer et doivent s’amplifier pour répondre et apporter des solutions à la crise. Deux dates sont déjà retenues, le 26 mai et le 13 juin. J’appelle d’ailleurs une nouvelle fois l’ensemble des salariés à peser et se mobiliser à l’occasion de ces prochaines journées d’action afin d’obliger le MEDEF et le gouvernement à donner des réponses concrètes à la hauteur des revendications des salariés avant l’été.

LDA : Le gouvernement légifère sous la contrainte des textes ultralibéraux votés au parlement européen, ce qui explique son refus de répondre aux problèmes générés par la crise actuelle. Quel est ton sentiment à ce sujet, notamment sur l’importance d’une réorientation bien à gauche de la politique de l’UE ?

Bruno Charrier : un grand rendez-vous citoyen aura lieu le 7 juin pour les élections européennes. Les salariés doivent s’exprimer fortement par les urnes pour élire des représentants au parlement européen qui seront porteurs de lois vers plus de progrès social et qui feront obstacle aux directives ultralibérales votées à Bruxelles. D’ailleurs, ceux qui prétextent et s’abritent derrière ces directives pour justifier la politique nationale sont les mêmes qui siègent et les votent au parlement européen ou, en tout état de cause, sont de la même famille politique qui cherche, avec une volonté farouche, à infléchir la politique salariale vers le bas et favoriser le dumping social.

LDA : Selon vous,, en contact quotidien et au fait des attentes des salariés, des chômeurs ou retraités, quelle est la construction politique, à l’occasion de ces élections européennes qui, par ses propositions, est la mieux à même de répondre aux intérêts du mouvement social ?

Bruno Charrier : Il est extrêmement urgent et important de mettre en place une autre politique européenne, ancrée sur des valeurs sociales et sociétales réorientées bien à gauche. Le Front de Gauche représente, en ce qui me concerne, l’alternative la mieux appropriée pour défendre et développer les acquis du monde du travail, et aussi la plus à même pour combattre avec efficacité les logiques destructrices capitaliste et libérale. C’est pourquoi, le 7 juin prochain, je voterai pour le Front de Gauche

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1026

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|