“ La survie de l’humanité sur la planète n’est pas soluble dans le capitalisme ” Serge Latouche .

Accueil > Archives > Aube > Troyes > Vie de la ville > La Bourse toujours (12e partie)

La Bourse toujours (12e partie)

A la manière de Jean Ferrat chantant "Ma France..."Ma Bourse du Travail"par M. Renaud, ancien secrétaire général de la CGT

vendredi 9 juin 2006 , 1906 : visites

Lorsque fin 1968, je participe à ma première réunion au syndicat CGT de la métallurgie, je n’imagine pas que je vais passer quelque trente deux années de ma vie dans cette Bourse du travail. Autant dire que les souvenirs, les anecdotes sont nombreux, mais aussi confus, s’entrechoquent. Mais ce que je veux souligner d’entrée, c’est combien cette Bourse du Travail, au delà d’être le siège des organisations de la CGT, c’est d’abord un lieu de vie, une fourmilière de diversités professionnelles, militantes, sociales, un lieu de fraternité, d’amitié, un lieu de rendez-vous des solidarités.

Réunions de militants, assemblées générales, congrès, leurs cahots résonnent encore dans la salle Adrien Gennevois dite salle 2, dans la salle Jean Jaurès ou encore sous le hall. Que d’initiatives, de rassemblements, de luttes ont été réfléchis, contraints, décidés ici. Certes, ces conditions de travail au quotidien n’étaient pas des meilleures (vétusté des locaux et des mobiliers) mais nous étions chez nous, la convivialité nous donnant la chaleur qui quelques fois faisait défaut. A cet instant, quelques souvenirs plus marquant que d’autres me reviennent :

- 1975 : nous sommes au cœur de la lutte des Lebocey et du Coq Sportif contre la casse de l’emploi. Une visite ministérielle a été annoncée. Françoise Giroux, secrétaire d’Etat à la condition féminine. Paul Granet, secrétaire d’Etat à la formation professionnelle et... l’inévitable ministre Robert Galley. Dans une réunion improvisée à la hâte nous décidons de les interpeller. A notre arrivée à la Promotion Sociale, treize cars de CRS nous y attendent. Mais nous obtiendrons d’être reçus.
- 1977 : C’est le gouvernement Barre 3. Le premier ministre est annoncé à Troyes. C’est dans la salle N° 2 que sera décidée l’organisation d’une manifestation.
- 1977 encore : à propos de la Bourse justement. Par douze fois, nous nous sommes adressés par courrier à Robert Galley, lui demandant de nous recevoir pour nous entretenir des travaux qu’il conviendrait de faire. Sans réponse, nous décidons, sans l’annoncer, de l’interpeller publiquement à l’occasion de l’inauguration de la Foire de Champagne. Cent cinquante cyclistes, mêlés à la foule des badauds, l’accueilleront à leur manière. Résultat, dès le lendemain matin, un samedi, Robert Galley nous recevait. Ce sera le lancement des travaux du deuxième entre-sol dont nous prendrons possession en... 1986.
- 1979 : ce sont les élections prud’homales. L’UD CGT se dote pour l’occasion, d’une imprimerie et obtient de la Préfecture d’être agréée pour l’impression de nos bulletins de vote et professions de foi. Quelques jours après l’inauguration de notre imprimerie dont la presse locale se fait l’écho, une tentative d’incendie par jet de cocktail Molotov vise notre imprimerie. Les auteurs de cet acte ne connaissant pas bien la Bourse, semble-t-il, se sont trompés de local. C’est la concierge de la Bourse, Mado, qui m’alertera en pleine nuit.
- 1987 1992 : c’est la longue lutte, autour de ceux qu’on a appelé les "otages de Barlorforge", ces cégétistes victimes de l’arbitraire et de la répression de la part de leur employeur. Une lutte qui verra nos camarades réintégrés dans leur dignité. Parmi ces "otages", il en est un qui est inscrit au rôle des médaillables du travail. C’est à moi que reviendra l’honneur de lui remettre sa médaille et son diplôme, lors d’une cérémonie toute empreinte d’émotion et de fraternité, dans le hall de la Bourse du Travail.

La vie de la Bourse, c’est encore les commissions exécutives de l’UD CGT, les soirs d’élections politiques pour en tirer à chaud les premiers enseignements pour notre activité syndicale à venir. C’est les réunions unitaires contre la guerre du Vietnam, pour combattre le Chili de Pinochet, pour décider de journées départementales d’actions, comme le 3 novembre 1993. La Bourse c’est le lieu historique des rassemblements de luttes, de départ des manifestations.

Pour la CGT, c’est l’organisation annuelle, jusqu’en 1984, de la fête de l’Aube Ouvrière, mensuel de l’UD dans la salle Jean Jaurès. Ce sont les moments forts des campagnes électorales prud’homales ou de Sécurité Sociale ou les odeurs d’encre des tracts, de colle pour l’affichage, inondent la Bourse.

Ce sont des militants qui se relaient jour et nuit, faisant de ce lieu une fourmilière particulièrement active, surveillant et protégeant nos locaux et nos lieux, en des périodes heurtées, au rythme des ronéos éditant les tracts et autres affichettes. Faire l’histoire de la Bourse est une vraie gageure. Transcrire ce qu’on y a ressenti, un défi. Ma contribution porte ces limites là. Et à cet instant, je pense à celles et ceux, connus ou anonymes, qui auraient à écrire eux et elles aussi des pages de cette histoire non close de notre Bourse du Travail.

Avec une pensée émue et tendre pour Adrien Gennevois et René Jourdheuille qui m’ont accueilli dans cette maison qui allait devenir la mienne.

M. Renaud, ancien secrétaire général de la CGT

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N872

Une importante réunion s’est déroulée le 7 juin à la Bourse à l’initiative d’Anna Zajac. Une bonne vingtaine de personnalités y ont discuté pour que ce lieu reste témoin de la vie syndicale et culturelle troyenne. Un collectif a été créé. Des propositions faites. Nous y reviendront la semaine prochaine.

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|