J’aime encore mieux être moi-même dans toute ma misère que d’être aucun de ces gens-là dans toute leur prospérité.” J J ROUSSEAU

Accueil > Archives > Aube > Bar-sur-Seine > Economie – Social > Les élus de droite ne veulent pas entendre parler de la crise

Les élus de droite ne veulent pas entendre parler de la crise

jeudi 26 février 2009 , 815 : visites , par LDA

Peut-on aborder les orientations budgétaires d’une commune sans tenir compte des réalités de la politique nationale et passer par pertes et profits les mesures de restrictions budgétaires qu’impose le gouvernement aux collectivités locales.

C’est sans doute ce que pensent la plupart des élus de l’opposition qui se sont levés comme un seul homme lorsque Joseph Seghetto, maire adjoint a, au nom du groupe communiste de la majorité municipale, abordé ces questions de fonds. La droite auboise pourtant si prompte à mettre en œuvre les mesures régressives du gouvernement lorsqu’elle est en responsabilité dans les communes, refuse à contrario tout débat si celui-ci aborde la politique nationale. Les Barséquanais apprécieront.

Déclaration des élus communistes au conseil Municipal du 23 février 2009 : C’est la première fois depuis qu’un groupe communiste est présent au Conseil Municipal (26 ans) que nous sommes confrontés à une situation de crise sans précédent. Pourtant de l’argent, il y en a. L’année 2008, le Président Sarkozy avec son " paquet " fiscal a fait cadeau de 15 milliards aux plus fortunés de France. Ensuite il répétait sans cesse que les caisses de l’Etat étaient vides. Mais ces derniers mois comme par magie Sarkozy et son gouvernement ont trouvé les moyens de donner des milliards aux banques, au secteur automobile sans contre-partie. En clair cela veut dire prenez l’argent et quoi qu’il arrive l’Etat sera encore présent pour vous soutenir. Un exemple flagrant, l’ancien PDG de la Caisse d’épargne a fait perdre 800 millions d’euros. La sanction n’a pas tardé, ce monsieur a été promu à la Présidence du Crédit Foncier. Et dans le même temps les dotations budgétaires aux collectivités territoriales sont en baisse. Monsieur André LAIQUEL, Vice-Président de l’Association des Maires de France, a calculé que l’évolution moyenne des dotations sera de l’ordre de 0,4%. Les taux des emprunts deviennent de plus en plus durs pour les communes. Les élus communistes, nous proposons la création d’un véritable pôle financier public avec la caisse des dépôts, la Banque Postale les Caisses d’Epargne afin de les réorienter vers des missions non spéculatives et conformes à l’intérêt général, par exemple vers l’emploi. Nous proposons une taxe de 1% sur les actifs financiers qui rapporterait 70 milliards d’Euros. Enfin la suppression de la taxe professionnelle nous inquiète beaucoup. Toutes les associations d’élus dénoncent avec fermeté cette orientation du chef de l’état. Actuellement la TP représente en moyenne un quart des recettes d’une collectivité. Si demain, celle-ci devait disparaître, cela aura pour conséquence directe une augmentation insupportable des impôts locaux. Les élus locaux auront-ils encore la maîtrise de leur fiscalité ? Avec ce projet de réforme, nous assistons à une rupture de fond de la fiscalité locale. Elle est porteuse d’aggravation très dangereuse des inégalités entre territoires. Pour terminer sur le chapitre financier, nous savons que les bases des valeurs locatives augmentent de 2,5%. Cela veut dire que si le Conseil Municipal augmente les taux de 2%, les contribuables de Bar sur Seine verront leurs impôts augmenter de 4,5% largement supérieurs à l’inflation.

Dans le cadre des orientations budgétaires, notre groupe propose les réalisations suivantes :

-  Eclairage d’un 2ème terrain au stade municipal.

-  Réfection d’un court de tennis.

-  Installation d’ordinateurs avec le réseau Internet au centre de loisirs ainsi qu’aux services techniques.

-  Réfection du gymnase Paul Portier.

-  L’embauche d’un animateur pour les adolescents. Une réunion aura lieu à l’APASSE 10 pour connaître les possibilités de subventions.

Nous croyons que si la commune veut continuer une politique éducative et citoyenne, cette embauche est indispensable

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1014

2 Messages

  • Le plus triste dans cette histoire c’est le compertement du maire de bar sur seine qui au lieu de soutenir le représantant communiste de sa majorité a préféré le faire taire. face au depart des elues de l’opposition. Monsieur le maire de bar sur seine il va falloir faire votre choix. soit avec la majorité soit avec l’opposition....

    repondre message

    • et .......... comment peut on soutenir l’idée farfelue que l’on ne pourrait pas aborder la politique nationale au sein d’une assemblée communale surtout lorqu’il s’agit de débattre d’orientation budgétaire qui découlent directement des décisions du gouvernement.

      repondre message

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|