Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

Accueil > Archives > National > Santé > LA LOI BACHELOT : Dangereuse pour la santé

LA LOI BACHELOT : Dangereuse pour la santé

jeudi 19 février 2009 , 703 : visites , par LDA

Le débat parlementaire sur la loi Bachelot a débuté le 10 février. Alors que le mouvement de protestation gagne en ampleur, que l’ensemble des organisations représentatives des personnels de santé rejette ce projet gravissime, le gouvernement a donc tenté de passer en force. Les parlementaires communistes mènent la bataille pour contrecarrer ce projet dangereux pour la santé.

Hôpital bradé

Le mot Hôpital est quasiment absent du projet gouvernemental. Et pour cause. Le projet de Loi Bachelot vise à gommer les différences entre le public et le privé en confiant des missions de services publics à des opérateurs privés. Le but ? Obtenir le plus haut niveau de retour financier pour leurs actionnaires. C’est un objectif totalement inacceptable.

Le projet de Loi porte aussi un formidable recul démocratique. Les Conseils d’administration des hôpitaux seraient transformés en Conseils de Surveillance, le rôle des maires et des élus locaux y est nié. Celui des instances représentatives du personnel, médical et non médical, diminué pour le fonctionnement interne des établissements de santé.

Le gouvernement propose aussi une hyper concentration de pouvoirs dans les mains du futur directeur général des Agences Régionales de Santé Ceux-ci détiendraient un réel pouvoir de vie et de mort sur l’ensemble des questions sanitaires et sociales de la région sans contrôle démocratique.

Santé à la mode libérale

La loi Bachelot, ce serait aussi le glissement des Centres de santé publics en maisons de santé libérales et privées Ce serait la fermeture d’hôpitaux de proximité avec la constitution de communauté de territoires qui devraient être environ 250 en France contre 1500 hôpitaux publics et 1000 Etablissements publics d’hébergement pour personnes âgées dépendantes actuellement. Un éloignement donc, alors que le pouvoir parle de proximité.

Ce serait encore des médecins rémunérés au rendement et des soignants considérés comme responsables de cette politique qui crée la crise de l’hôpital, après celle de la finance.

La loi Bachelot prévoit la non limitation des dépassements d’honoraires qui se traduira, si elle est adoptée, par des impossibilités de soins de plus en plus nombreuses de nos concitoyens pour des raisons financières.

Ce projet a été fait à partir de rapport d’experts. La récente crise financière a montré que les conseils des experts pouvaient se traduire par de graves crises. Au contraire, il faut donner la parole aux personnels, aux usagers, il faut un vrai débat démocratique contradictoire pour construire un projet de santé pour le 21 siècle.

Les communistes considèrent que le rassemblement le plus large est indispensable pour construire l’opposition résolue à ce projet. Ils sont de toutes les mobilisations syndicales, associatives, politiques pour faire connaître sa réalité gravissime et construire les solidarités permettant d’empêcher ce projet de voir le jour et de se mettre en œuvre

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1013

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|