“Si l’argent, vient au monde avec une tache naturelle de sang sur la joue, le capital naît dégouttant de sang et de boue des pieds à la tête.” Karl MARX

Accueil > Archives > National > LES COMMUNISTES ET LEURS ELUS SOUTIENNENT LE MOUVEMENT SOCIAL DANS LES (...)

LES COMMUNISTES ET LEURS ELUS SOUTIENNENT LE MOUVEMENT SOCIAL DANS LES DEPARTEMENTS D’OUTRE-MER

jeudi 19 février 2009 , 618 : visites

La Guadeloupe est paralysée par une grève depuis 5 semaines, la Martinique depuis 3 semaines, la mobilisation s’organise en Guyane et à la Réunion.

Les communistes et leurs élus expriment tout leur soutien aux luttes pour l’émancipation et toute leur solidarité aux peuples de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane et de la Réunion qui exigent la prise en compte, au plus haut niveau de l’Etat, de leurs revendications. Depuis le début du conflit, le gouvernement démontre son incapacité à prendre en compte les aspirations légitimes des habitants et salariés en lutte pour l’égalité des droits et pour la hausse de leur pouvoir d’achat. En revenant sans cesse sur ses engagements, pris sans aucune concertation, il éloigne chaque jour une issue positive à la crise.

L’hypocrisie de Sarkozy

Dans un communiqué de l’ADECR, les élus communistes et républicains dénoncent l’hypocrisie du Président de la République, qui, malgré de nombreuses apparitions et discours sur la crise économique, financière et sociale qui touche l’Hexagone, n’a pas évoqué une seule fois la situation des départements d’Outre-mer, pourtant en proie à une situation économique et sociale dramatique, et à une crise majeure, comme le démontre la très forte mobilisation des habitants. Les élus communistes déclare que " si la mobilisation a déjà permis quelques avancées, comme la baisse des prix du carburant et la revalorisation des allocations, le Premier Ministre et le patronat refusent toujours de prendre en compte la principale revendication des grévistes : la hausse de 200 euros sur les bas salaires " Selon François Fillon, " l’État ne saurait se substituer aux partenaires sociaux dans les responsabilités qui leur reviennent ", refusant ainsi de participer au financement de la hausse des 41 000 bas salaires de l’île.

Pourtant, au-delà de l’urgence, il s’agit de redéfinir les bases d’une économie qui jusque là, a oublié les populations et les salariés de Martinique, de Guadeloupe, de Guyane, de l’Ile de la Réunion. Depuis 1975, le revenu moyen des habitants dépasse à peine le minimum nécessaire pour subvenir aux besoins de premières nécessités. Le taux de chômage est plus de deux fois plus élevé qu’en métropole, le coût de la vie est considérablement plus cher.

Assurer l’égalité et la continuité territoriale La situation des salariés, comme celle des habitants en lutte, ne relève pas uniquement des rapports entre les représentants des salariés et du patronat. Elle est le fruit d’une histoire, issue de la période de l’esclavage et des colonies. Elle s’inscrit également dans les choix qui sont faits aujourd’hui pour ces territoires. L’Etat considère-t-il que les départements d’Outre mer doivent se transformer en des lieux de consommation touristique, des enclaves ensoleillées où la population locale n’existe pas, ou bien, comme nous le pensons pour notre part, comme des territoires ayant vocation à assurer pleinement à leurs habitants les moyens de vivre décemment ?

Au lieu d’employer la force contre les grévistes et les manifestants, l’Etat français doit donc pleinement jouer son rôle et assurer l’égalité et la continuité territoriale.

P.-S.

Pierre Laurent a salué le mouvement social en Guadeloupe et en Martinique lors d’un meeting à Fort-de-France

Accueil chaleureux de la part du collectif qui fédère les syndicats et associations engagé dans la grève pour la délégation *du PCF conduite par P. Laurent coordinateur national du PCF. A l’occasion d’un meeting unitaire mardi à Fort-de-France qui accueillait également des représentant du LKP de Guadeloupe, le dirigeant communiste a pris la parole afin de saluer " un mouvement qui a gagné toute la société "

*C’était la deuxième délégation du PCF dans les Antilles depuis le début du mouvement.

La Dépêche de l’Aube N1013

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|