« Cette Fête de l’Humanité autrement, c’est un acte de résistance. » Ernest Pignon-Ernest

Accueil > Archives > National > MINABLE !

MINABLE !

jeudi 12 février 2009 , 773 : visites , par LDA

Sarkozy s’invite au Café du Com-merce pendant 90 mn sur trois chaînes de télévision pendant que l’inquiétude et la colère sociale explose dans le pays. Dans un long monologue pitoyable face à des journalistes choisis, il a annoncé qu’il ne changeait pas de politique et qu’il continuerait les réformes engagées.

Certes, il a commenté la crise, il a plein d’ " idées " à soumettre à la discussion des partenaires sociaux par exemple. Mais la seule mesure réelle annoncée est la suppression de la Taxe professionnelle : 8 milliards de nouveaux cadeaux aux entreprises et, comme cette taxe est payée par les entreprises aux collectivités locales, la " promesse " d’explosion des impôts locaux. Après le " paquet fiscal ", Laurence Parisot, présidente du MEDEF, a toutes les raisons de dire merci.

Rien pour les salaires, pas touche aux dividendes Il s’annonçait le Président du pouvoir d’achat et il regrette jusqu’aux coups de pouce pour le SMIC. Par contre, Nicolas Sarkozy estime injuste de limiter les salaires des PDG même si leurs entreprises perçoivent des aides de l’État. Il est vrai que le salaire moyen des PDG du CAC40 n’est que de 6 millions d’euros en 2007. Et, en plus, il légitime les dividendes des actionnaires. " Se serrer les coudes face à la crise " dit Nicolas Sarkozy. Tous les salariés auront compris se serrer la ceinture.

Jeudi soir, l’hyperactivité présidentielle s’est résumée à un verbiage pathétique. Cette nouvelle étape du sarkozysme écorne la fonction présidentielle même et sanctionne l’échec de sa politique. Le Président a déclaré qu’il avait le sens du ridicule. Il l’a été. On pourrait dire tant mieux, s’il n’y avait pas tant de drames derrière.

Et pendant ce temps là dans l’Aube... L’indigence du plan de relance de Sarkozy, cumulé aux mesures régressives du gouvernement qui déjà frappent tous les pans de la société provoque des dégâts dans le département de l’Aube et cela sans grande réaction des barons de la droite locale. Méfro va mettre ses salariés au chômage partiel deux semaine par mois jusqu’à la fin de l’année. C’est en tout près de 2000 aubois qui sont déjà concernés. L’emploi des 120 salariés de Préciplast ne tient désormais plus qu’à un fil sans émouvoir plus que cela le député de la circonscription F. Baroin. Avec la mise en liquidation de l’entreprise Thiriet (88 salariés) et la mise en redressement judiciaire des transports Rubino, c’est après la métallurgie maintenant le secteur du bâtiment et des transports qui sont touchés.

Quand Sarkozy affirme vouloir maintenir le cap des 30600 suppressions d’emploi dans la fonction publique cela veut dire par exemple confirmer la suppression de 21 postes d’enseignant dans l’Aube dont 11 dans le seul lycée des lombards comme le condamne notamment la CGT, ou encore la suppression d’une classe au collège de Bar Sur Seine.etc... Riposter et inventer l’avenir, dès maintenant ! Une majorité des françaises et des français, tous les syndicats et toutes les forces de gauche estiment que ce n’est pas au monde du travail, à la population, de payer la crise du capitalisme.

Après le 29 janvier, gageons que les prochaines manifestations feront entendre des voix qui remettront à l’ordre du jour le pouvoir d’achat, l’emploi, la protection sociale et les services publics. Autant de domaines que la droite considère comme des problèmes et qui constituent, en fait, des solutions à la crise. Le Parti communiste, ses militants et ses élus, sont engagés pour riposter à la politique dévastatrice du Président et pour ouvrir l’avenir. Dès maintenant

P.-S.

La Dépêche de l’Aube N1012

Répondre à cet article

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|