La Dépêche de l'Aube n°728 du Jeudi 4 septembre 2003 La Dépêche de l'Aube n°728 du Jeudi 4 septembre 2003

La dépêche de l'Aube n°728 du Jeudi 4 septembre 2003

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

La fête de l’Humanité
Carrefour des luttes et des rêves

La fête de l'Humanité va être un lieu original du rassemblement anti-droite et contre l'extrême droite qui se nourrit des effets désastreux de cette politique.
Elle va être le lieu, pour tous ceux qui se sont engagés dans les mouvements sociaux, où tirer des enseignements des actions du printemps et chercher dans le débat les moyens d'amplifier la riposte pour être en capacité de faire reculer le pouvoir. Et, quelques mois avant les élections cantonales, régionales, européennes, la Fête va être le lieu d'une mise en commun des analyses sur les expériences passées et des conditions à réunir pour réussir une véritable alternative transformatrice.
Ainsi, un succès de la Fête de l'Humanité peut être un levier pour donner de la force au mouvement de riposte. Le grand meeting, avec Marie- George Buffet, dimanche 14 septembre, en sera l'un des moments. La Fête de l'Humanité peut être le porte-voix de choix alternatifs: l'augmentation des salaires comme moteur de l'économie; la taxation des profits pour le bien-être de tous; une réorientation de l'argent en faveur d'un développement durable et partagé; le choix de l'école, d'une sécurité de l'emploi accompagnée de la formation, de services publics élargis et démocratisés comme critère d'efficacité sociale et économique. Celui de la santé, de la retraite, de l'accès à la culture comme des droits. Le choix de la démocratie, des libertés, des partages des savoirs et des pouvoirs. Au moment même où se tiendra le sommet de l'OMC à Cancun au Mexique, la Fête de l'Humanité, avec ses invités venus de toute la planète, constituera un contre-sommet au projet de marchandisation, un village mondial solidaire pour construire un autre monde, débarrassé

des guerres, des discriminations, de l'exploitation et des dominations. La Fête peut constituer un creuset d'alternatives au capitalisme mondialisé qui broie les hommes et détruit la nature.
En ce sens la Fête est un lieu unique où la politique se revivifie, de la parole commune en prise avec les réalités, avec la vie.
Un lieu où peut commencer à se construire à grande échelle un dialogue entre citoyens et forces de progrès pour envisager les indispensables rassemblements majoritaires à construire pour changer vraiment. Elle est un espace de parole libre, à la disposition de tous ceux qui rêvent d'un autre monde, un moment privilégié de réflexion avec les communistes pour élaborer un communisme de notre temps. Beaucoup d'éléments permettent d'envisager la construction d'une grande Fête de l'Humanité. Les communistes appellent tous ceux qui le souhaitent à l'investir pour se faire entendre. Ce sera utile pour les prochaines semaines et les prochains mois. Ils entendent inviter largement autour d'eux, dans les quartiers et les entreprises, leurs amis, leurs voisins, leurs collègues de travail, à faire de la Fête le plein de débats, de découvertes, de gastronomie, de cinéma, de théâtre, de sport, de livres, d'expositions, de concerts. Pour en faire un grand carrefour des émotions, des révoltes, des luttes et des utopies transformatrices. Comme chaque année, les communistes aubois vous attendent à l'Auberge Champenoise pour déguster les spécialités du département dans la joie et la fraternité.


J.P. Cornevin.

Fête de l'Humanité 2003
A l’Auberge Champenoise Ambiance et convivialité

La poêlée Auboise sera à l'honneur de nouveau cette année. Point de sophistication ni de mystères, c'est un plat authentique et original à base d'andouillettes de Troyes, de fromage de Chaource et de pommes de terres poêlées et nappées d'une onctueuse sauce à la crème fraîche. Ce qui fait la différence, c'est que nos produits régionaux sont de qualité, de notre département l'Aube, et confectionnés par des chefs qui ont l'amour du terroir.
Pour 10,00€
La soupe Champenoise vous sera offerte en apéritif avant la Poêlée.

Pour ceux qui souhaitent passer un agréable moment de détente et de dégustation
NOTRE MENU complet et gastronomique 17,00 €
Soupe Champenoise offerte en apéritif
Salade de la fôret d'Othe au vinaigre de Cidre
Poêlée Auboise
Fromage de Chaource et dessert
Bar à Champagne, buvette, restaurant

Se restaurer sur le pouce ? La poêlée Auboise à emporter 8,00 € En barquette ou sandwich.

Fête de l'Humanité 2003 :Se rendre à la fête en car

Comme chaque année, la fédération de l’Aube organise des départs en car pour permettre aux auboises et aubois de se rendre à la fête : Aller-retour
15 €
.Le dimanche 14/09 : départ de Troyes à 7h00, et de Romilly à 7h45.
.Possibilité de départ de Bar-sur-Aube et Bar-sur-Seine en fonction des inscriptions.
Inscriptions & réservations : 03.25.73.43.40.
Un copieux petit déjeuner est offert gratuitement à l’arrivée au stand de l’Aube (retour vers 22 heures).

M.-F. Pautras interpellant Bernadette Chirac dans l'hopital de Troyes
Hôpital de Troyes
Une action de tous les instants
de Marie-Françoise Pautras

Action pour la reconstruction des urgences de l'hôpital de Troyes en 2001, mobilisation pour le maintien du Centre Départemental Anonyme et Gratuit de l'Aube en 2002, coup de gueule au côté des familles face au manque cruel de personnel dans une unité de long séjour pour personnes âgées au Comte Henri en 2003. MF Pautras, la conseillère général communiste n'aura eu de cesse de dénoncer tous les problèmes ( aujourd'hui les drames) qu'engendrent les choix budgétaires des gouvernements successifs en matière de santé. Le soutien massif que lui ont témoigné les aubois sur l'ensemble de ces dossiers démontrent la pertinence de ses initiatives. Le drame sanitaire de cet été qui a coûté la vie à 11000 personnes, (plus d'une centaine de décès supplémentaire sur la ville de Troyes), montre la faillite d'une politique de santé fondé sur une maîtrise comptable et technocratique des dépenses et l'urgence qu'il y a de dégager de nouveaux financements de la protection sociale. Il rappel également les terribles carences sanitaires du département de l'Aube.
Face à ce constat, il convient de souligner la scandaleuse inertie des responsables politiques aubois, qui ont la caractéristique d'être de la majorité présidentielle.
Dans une conférence de presse, MF Pautras a tenue à rappeler les promesses qui lui avaient été faites par le ministère de la santé en février 2002 et qui devait se traduire par l'ouverture d'un service à vocation gériatrique à l'Hôpital de Troyes. Ce service avait deux objectifs : d'une part désengorger les urgences, d'autre part, ne plus faire attendre des heures sur un brancard les personnes âgées. Il nécessitait la création d'une trentaine de postes d'infirmières, aides soignantes, agents hospitalier, surveillants, diététiciens, psychologues. Il semble que ce projet soit passé sous

les fourches caudines du gouvernement Raffarin. En effet, le Docteur Bressieux, a annoncé par voie de presse le 21 août dernier, que les financements pour l'embauche du personnel n'avaient pas été octroyés. Plus pour les riches Moins pour les personnes âgées.
Concernant le gouvernement, MF Pautras a précisé, que non seulement, il poursuit en bon élève du libéralisme la réduction des dépenses liées à l'âge de la population (réforme du système de retraite) mais en plus il sacrifie à sa rigueur budgétaire les personnes âgées : 400 millions d'euros d'économie sur l'Aide Personnalisée d'Autonomie, suppression d'un crédit de 100 millions d'euros initialement prévus par la gauche pour médicaliser les maisons de retraites. Notons dans le même mouvement, l'allègement de 500 millions d'euros de l'impôt sur les grandes fortunes. Cerise sur le gâteau, Matignon vient d'annoncer que tous les salariés devront travailler une journée gratuite afin que leurs cotisations sociales alimentent un fonds pour les personnes âgées Prendre prétexte d'une catastrophe sanitaire pour instaurer des étrennes en plein été pour les patrons, il fallait y penser ! L'UMP chère à F. Baroin l'a fait sous les applaudissements du MEDEF. Mais faut-il s'en étonner ?
Loin des effets d'annonces, de la politique spectacle et des promesses non tenues, MF Pautras à repris son bâton de pèlerin pour obtenir des avancées d'intérêt général. Une pétition est lancée, un collectif de défense va se créer pour obtenir dans le plus bref délai, le financement et le recrutement du personnel nécessaire à l'ouverture du service gériatrique à l'hôpital de Troyes.


JPC

Romilly-sur-Seine
40 postes sont à créer à l’hôpital

La France vient de vivre une catastrophe sanitaire que personne ne pouvait imaginer dans un pays moderne comme le notre où notre système de santé était l'un des plus performant au monde.
La situation climatique exceptionnelle que nous venons de vivre avec ses conséquences dramatiques a révélé en fait l'incapacité de notre système de soins à y faire face. Alors que des milliers de personnes mourraient dans les hôpitaux et dans les maisons de retraite, alors que les pompes funèbres étaient débordées par l'aflux de décès, les ministres tout comme le Président de la République ont continué leurs vacances pendant que notre pays vivait une véritable tragédie. Cette désinvolture et cette inprévoyance du pouvoir en place a profondément choqué l'opinion publique qui ne manque pas de l'exprimer au travers des différents sondages réalisés actuellement.
Entre soigner les gens et les critères de Maastrich, il faut choisir. En effet, depuis des années, la sonnette d'alarme est pourtant tirée par les infirmières et les l'intérêt des patients. Mais ces moyens, on leur a toujours refusé au nom de la sacro sainte maîtrise des dépenses de santé. En permanence, les tenants du libéralisme nous martèle l'idée qu'il faut réduire la dépense publique. Et comment ne pas regretter que ce discours soit parfois repris par certains à gauche. On voit aujourd'hui le résultat. L'hopital est au bord de l'asphixie, l'APA (aide personnalisée à l'autonomie des personnes âgées en situation de dépendance) a été fortement rognée pour les plus fragiles et les plus démunis, les crédits pour la modernisation des maisons de retraite ont été supprimés. Voilà concrètement les décisions récentes du gouvernement Raffarin. Il y a donc vraiment urgence à tourner le dos à cette logique qui consiste à privilégier les marchés financiers au détriment des besoins humains. Ce que n'a pas voulu faire le gouvernement Jospin malgré les nombreuses mises en garde des communistes durant la précédente législature.
La situation inacceptable de l'hôpital de Romilly
Depuis des années, l'hôpital de Romilly souffre d'un manque très important de personnel. Membre du conseil d'administration de cet établissement, j'ai alerté la population de cette situation il y a plus de trois ans et membre du conseil d'administration et Conseil général se mobiliser pour la défense de l'hôpital. Un établissement hospitalier, ce n'est pas seulement des locaux, même s'ils sont neufs, car sans le personnel

nécessaire, il ne peut y avoir de réelle qualité et sécurité des soins malgré tout le dévouement des agents et praticiens en place. Or, une nouvelle fois et avec force, nous dénonçons ce manque de personnel à l'hôpital de Romilly.
Il est catastrophique pour certains services au regard des normes établies par le ministère de la santé lui-même. Ces normes déterminent, en effet, le niveau des moyens nécessaires pour que la qualité des différents services soit reconnue, afin qu'ils obtiennent l'accréditation du ministère de la santé. Cette situation a été récemment débattue au cours d'un récent conseil d'administration de l'hôpital de Romilly sur les orientations budgétaires pour 2004.
Le rapport présenté par le directeur indiquait la nécessité, pour être conforme aux normes ministérielles de créer :
- 15 postes au service des urgences
- 16,4 postes à la maternité
- 7,5 postes en cardiologie
Il faut être clair, quand nous dénonçons cette situation, à aucun moment nous cherchons à nuire à l'hôpital. Le PCF avec longtemps refusée par la droite à l'époque. Il aura fallu attendre 1985 pour l'obtenir du ministre communiste de la santé, Jack Ralite. Si aujourd'hui, à nouveau, nous nous adressons à la population et lui lançons cet appel, c'est parce que nous considérons comme insupportable la mort de plus de onze mille personnes dans notre pays. Combien de milliers de vies auraient pûes être sauvées si les praticiens et le personnel de santé avaient obtenus les moyens qu'ils réclament depuis si longtemps ?
C'est pourquoi, nous lançons cet appel à la mobilisation et à l'action de toute la population de Romilly et des environs car l'hôpital rayonne sur un secteur de plus de 35 000 habitants. Cet appel s'adresse aussi aux différents conseils municipaux pour qu'ils adoptent une délibération, un voeu ou une motion à transmettre au ministre de la santé, au directeur de l'agence de l'hospitalisation et aux parlementaires aubois.
Pour ce qui nous concerne, nous allons sensibiliser la population et l'inviter à signer massivement une pétition. En octobre, nous allons l'a convier à participer à un forum citoyen sur cette question de la santé et de la réforme de l'assurance maladie que veut engager le gouvernement.


Joë Triché

Les vacances des oubliés

A l'initiative du secours populaire aubois, 300 enfants originaires de l'Aube, de la Marne et de la Haute Marne ont vécu deux journées de vacances formidables. Encadrés par de nombreux bénévoles, ces enfants ont découvert avec joie le lac de la forêt d'orient et Nigloland. Deux jours, c'est court mais quel bonheur !

Humeurs

Lendemains.

Durant les jours de canicule, Malicette se promenait habillée d'un costume strict et d'un foulard de soie. C'était sa manière à elle de faire la leçon au soleil et de l'inviter à taper moins dur. C'était faire preuve aussi d'une grande confiance dans un avenir plus frais et plus acceptable. Malicette montrait ainsi une attitude parfaitement volontariste et morale, quasiment politique. Mais elle s'aperçut bien vite que les vieillards mouraient à la même cadence et que la nature en prenait un sacré coup. La nature dont on n'hérite pas de nos pères, comme dit Saint-Ex et qu'on emprunte à nos enfants, ajoute Senghor. (1) Ce qui veut dire qu'il faut la rendre plus riche et plus propre. Malicette décida donc de s'habiller comme tout le monde, de ne plus penser "aux lendemains qui chantent" et de construire aujourd'hui même ce monde amélioré.


Jeanleu

(1) La fameuse citation est attribuée à beaucoup de gens. Preuve qu'elle est belle. ....

Pierre Rahon Conseiller général du canton de Brienne-le-Chateau

Tous à la 46e Foire à la Choucroute de Brienne-le-Château
Les 20 et 21 septembre

Edito
de Pierre Rahon Conseiller général du canton de Brienne-le-Chateau

Avec sa 46ème édition, notre célèbre "Foire- Exposition de la Choucroute" s'approche doucement de son cinquantenaire.....
Brienne-le-Château et sa région seront prêts à accueillir, comme chaque année, des milliers de visiteurs, fidèles à ce rendezvous traditionnel du 3ème weekend de septembre.Sous le signe de la gastronomie, avec l'image de marque de la fameuse "choucroute au Champagne", production locale réputée et deuxième tonnage de France, cette manifestation a plusieurs facettes : commerciales, agricoles, musicales, culturelles, festives et chaleureusement conviviale. Son impact la porte en tête de la vie du nord-est-Aubois, du Parc Naturel de la Forêt d'Orient, et compte aussi très largement sur l'agenda socio-économique de notre département de l'Aube et même de la Région "Champagne-Ardenne".Pour toutes ces raisons, la nouvelle équipe et son Président ont repris le flambeau et travaillé d'arrache-pied, depuis des mois, en complet "bénévolat" pour la réussite de cette foire 2003 et ce n'est pas facile,

pour bien des raisons...! Il ne faudrait pas oublier les différents partenaires qui sont impliqués dans cette organisation, je n'en citerai qu'un seul, le plus important, la commune, le Maire et son conseil, les personnels municipaux qui assurent une logistique administrative et technique, aussi lourde que très efficace, avant, pendant et après la foire.J'espère le plein succès de notre foire exposition de la choucroute 2003, qui sera un salutaire moment de "respiration ", après un été de canicule et ses nombreux problèmes suivis de ceux de la rentrée, qui ne seront pas moins chauds et préoccupants pour toutes et tous.Bonne choucroute, bonnes affaires, bon défilé et souhaits de quelques heures de plaisir nécessaire, pour autant qu'il vous reste quelques sous en poche, car dans notre société actuelle, rien n'est gratuit et surtout pas le bonheur d'un instant.


Pierre Rahon

La sécurité sociale
Les moyens existent en France pour répondre aux besoins d’un système de santé et d’une couverture sociale digne de notre temps.

De réforme en réforme, nous sommes dans l'obligation de constater l'évidence : tous nos acquis sociaux sont remis en cause au fil des années dans notre pays. Ces derniers mois, c'était le cas des retraites, l'APA, déremboursement de nombreux médicaments, éducation nationale, etc…
La canicule exceptionnelle de cet été a été le révélateur d'une situation dramatique maintes fois dénoncée dans les hôpitaux et leurs services des urgences. L'hôpital vit toute l'année sur le fil du rasoir tirant sur la corde d'un personnel au bord de la rupture.
Cet été ce fut l'asphyxie.
Les patients en souffrent et le personnel enrage de ne plus pouvoir exercer dignement un métier qui pourtant est indispensable et représente ce qu'il y a de plus beau en matière de dévouement. Mais cela aussi a ses limites : un jour ça passe, un jour ça casse.
Cela n'a pas été faute d'alerter les pouvoirs publics depuis des mois sinon des années. Cette hécatombe révèle l'extrême fragilité de la prise en charge en amont, des personnes les plus vulnérables.
Or, la réforme à venir concernant la sécurité sociale pourrait prendre le même chemin. Réforme nécessaire nous dit-on. Oui, mais pour aller dans quel sens ? Le mouvement mutualiste dans son entier propose des orientations novatrices qui permettraient aux salariés, aux jeunes, aux personnes âgées, d'accéder à des soins de qualité, à une prévention des risques sanitaires développée et renforcée. Il est absolument nécessaire de ne plus encadrer la sécurité sociale dans une optique uniquement comptable et restrictive.
Médicaments :
Le ministre de la santé, Jean François MATTEI veut faire payer les assurés sociaux et les mutuelles.

Le gouvernement, dicté par le principal souci de faire des économies sans tarder face au déficit de l'assurance
.

maladie, met en place des mesures ponctuelles avant la grande réforme projetée. Après la décision prise le plus discrètement possible durant le week-end de Pâques de faire passer 617 médicaments du taux de remboursement de 65% à celui de 35%, le ministre de la santé veut maintenant supprimer le remboursement de 84 produits dont le service rendu est jugé " insuffisant ".
Désavoué par le conseil d'état et le conseil constitutionnel pour des raisons de forme, il persiste. Il a annoncé pour l'automne un nouveau tarif législatif visant à faire des économies très importantes.
D'autres idées sont aussi avancées (elles ne manquent pas), telle celle d'un forfait sur les médicaments qui resterait bien sûr à la charge des assurés sociaux. Cela peut s'envisager aussi sur les feuilles de soins. Sont aussi dans la ligne de mire un relèvement du forfait hospitalier (qui n'a pas bougé depuis 1996) et des dépenses liées aux indemnités journalières. Quelles que soient les solutions retenues, pas de surprise : ce sont les assurés sociaux et les mutualistes qui seront amenés à mettre la main à la poche. Mais ce qui est aussi envisagé, c'est de livrer des pans entiers de la sécurité sociale à l'assurance privée comme le dentaire déjà si peu remboursé. Comme la sécurité sociale représente pour les français un acquis d'une extrême importance et qu'il s'agit donc là d'un sujet d'une grande sensibilité, la réforme va avancer à pas de loup. Or, ce que nous voulons si réforme il doit y avoir, c'est que celle-ci doit être discutée avec tous les acteurs de la santé y compris les mutuelles.
Pour nous les gagnants de cette réforme doivent être les assurés sociaux et les mutualistes.
Les moyens existent en France au XXI ème siècle pour répondre aux besoins d'un système de santé et d'une couverture sociale digne de notre temps ..