La Dépêche de l'Aube n°676 du Jeudi 5 Septembre 2002 La Dépêche de l'Aube n°676 du Jeudi 5 Septembre 2002

La dépêche de l'Aube n°676 du Jeudi 5 septembre 2002

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Les communistes n’ont pas l’intention de faire le dos rond devant les mauvais coups de la droite.On peut compter sur eux pour se battre aux côtés des salariés et de la “France d’en bas”
La “gouvernance” de Raffarin
Aux ordres de la France d’en haut

Pendant ses trois premiers mois à la tête du gouvernement, la droite à surtout tenté de rassurer "la France d'en bas" sur ses intentions.
Il lui faut faire oublier son lourd passé. Il est vrai que, systématiquement, elle s'est toujours opposée à toute conquête sociale. De la retraite à soixante ans en passant par la cinquième semaine de congés payés, le RMI, etc ; ou bien entendu à chaque fois qu'il s'est agi de réduire le temps de travail, que ce soit de 48 h à 40 h, de 40 h à 39 h, et dernièrement pour les 35 heures. Une débauche d'énergie estivale qui ne sera que peine perdue. Car si Raffarin parle beaucoup dans ses discours de la "France d'en bas", ses premières mesures concrètes sont bien aux ordres de la "France d'en haut". Son refus de donner un coup de pouce au Smic et, dans un même mouvement, augmenter le salaire des ministres de 70% sonne déjà comme le symbole de sa politique à venir.
Qu'il est pitoyable d'entendre le premier ministre affirmer que l'économie ne supporterait pas une augmentation du Smic alors que les entreprises ont dans leurs caisses, en actions et obligations, trente mille milliards de francs, soit vingt fois le budget du pays ! Si cet argent servait à améliorer le niveau de vie des salariés, c'est le pays tout entier qui se porterait mieux. Parallèlement à cela, la baisse uniforme de l'impôt sur le revenu profitera essentiellement aux 5.000 foyers fiscaux qui ont un revenu imposable de plus de 421.150 euros. Ceux-ci toucheront un cadeau royal de 10.100 euros soit huit fois le Smic mensuel, tandis qu'une personne disposant d'un revenu de 8.080 euros bénéficiera d'une ridicule réduction de 3 euros. Les contributions sociales des entreprises et les impôts sur les sociétés vont être abaissés.
Ainsi, les plus riches participeront moins aux dépenses nécessaires de la société.
Les crédits publics utiles seront sévèrement réduits. Le projet de budget est d'ailleurs élaboré sur une hypothèse de croissance sciemment surestimée. Celle-ci sera encore plus freinée avec la pression sur le pouvoir d'achat. En fait, le gouvernement cache qu'il prépare une cure d'austérité sans précédent. Le système de retraites par répartition est dans le collimateur pour ouvrir un marché aux fonds de pension. L'allocation de

rentrée scolaire est bloquée alors que les coûts de la scolarité augmentent. Le bradage généralisé du patrimoine national avec la vente d'entreprises publiques performantes comme Air France ou EDF-GDF au secteur privé, pour alimenter encore les marchés financiers, est programmé. Des milliers d'emplois risquent donc d'être supprimés dans les services publics alors qu'il manque déjà de facteurs, de médecins, d'infirmières, d'enseignants. La série de plans sociaux annoncés sera facilitée par l'annulation des amendements communistes visant à restreindre les licenciements.
La droite et le Medef veulent aller vite, ils veulent que ces décisions soient irréversibles. Mais ils n'ont pas partie gagnée. La riposte citoyenne doit être à la hauteur de la régression sociale que l'on veut lui imposer. La fête de l'Humanité, la fête du Parti communiste et de ses militants va être le premier grand rassemblement populaire d'opposition aux projets néfastes du gouvernement Raffarin


Jean-Pierre Cornevin

Projets du gouvernement sur les 35 heures et le Smic
La CGT “s’y oppose et mobilisera”

Fin août, une délégation de la CGT conduite par Bernard Thibault a rencontré le ministre des Affaires sociales et de l’emploi.
La centrale syndicale, dans un communiqué de presse, remarque que sous couvert d’assouplir les 35 heures et d’uniformiser le Smic, “apparait très nettement l’intention de modifier fondamentalement certains articles du Code du Travail.” Les dispositions prévues par le gouvernement de négocier par branche le contingent d’heures supplémentaires et leur taux de majoration, d’étendre jusqu’à 300 jours sur 10 années le compte épargne-temps, de réduire la reconnaissance de la pénibilité du travail de nuit et d’étendre les dérogations, etc., “ont comme point commun d’aller bien au-delà de l’assouplissement annoncé concernant les 35 heures [et] visent à accroître la subordination des salariés au bon vouloir de leur employeur”.
De nouveaux allègements de charges sans contrepartie en matière d’emploi
Pour la CGT n’offrent aucune garantie démocratique.”, le choix du gouvernement de renvoyer aux négociations de branche, d’entreprise ou d’établissement des dispositions aussi fondamentales de la réglementation du

travail “est d’autant plus inacceptable que les règles actuelles de la négociation collective.” En ce qui concerne la perspective du retour à un Smic unique, elle n’est envisagée que pour le 1er juillet 2005. D’ici là, il ne serait plus indexé sur l’évolution du salaire horaire de base ouvrier mais sur l’indice des prix. “ça n’est pas l’alignement par le haut annoncé mais la porte ouverte à la revendication du Medef de remise en cause du Smic” estime Bernard Thibault qui soulève deux inconnues dans le projet actuel : le sort des millions de salariés des PME en matière de temps de travail, et les interrogations sur l’ampleur et les modalités d’allégements des cotisations sociales consenties aux entreprises qui “demeureront, en tout état de cause, très importantes et sans contrepartie notamment en matière d’emploi.” Le leader syndical conclue en précisant que “si ce projet gouvernemental reste en l’état, la CGT s’y opposera et mobilisera. Je n’imagine pas, d’ailleurs, qu’une seule organisation syndicale puisse approuver la philosophie de ce projet” devait-il déclarer, précisant de plus sur A2, que son organisation prenait tous les contacts pour mobiliser le monde du travail

Fête de l’Humanité
Les vignettes, c’est maintenant !

Une belle fête de l’Huma, c’est une bonne diffusion de la vignette. La fête est une source de recettes pour le journal l’Humanité, le journal fondé par Jean Jaurès et qui, aujourd’hui convalescent, reste malgré tout une voix que l’on entend. Nous invitons tous les camarades qui ont reçu par courrier début juillet des vignettes et qui ont à coeur de contribuer à la réussite de la fête, à

nous retourner sans tarder leurs réglements. 450 vignettes, tel est notre objectif. Nous avons encore quelques jours pour l’atteindre
Libellez vos chèques à la Fédération du PCF 22ter Rue A. France 10000-TROYES

Se rendre à la fête en car :
Comme chaque année, la fédération de l’Aube organise des départs en car pour permettre aux auboises et aubois de se rendre à la fête:
Le dimanche 15/09 :
départ de Bar s/Aube à 6h15, de Troyes à 7h00 et de Romilly à 7h45.
Inscriptions & réservations : 03.25.73.43.40.
Un copieux petit déjeuner est offert gratuitement à l’arrivée au stand de l’Aube (retour vers 21 heures).
Quelques départs en véhicules particuliers peuvent être organisés le vendredi et le samedi. Nous contacter
Aller et Retour
12,50 €

Humeurs

The question

Quand je lis “ailes de poulets” sur un emballage, je sais que je dois m’attendre à trouver des ailes de poulets à l’intérieur. Mais que va-t-il se passer lorsque l’étiquette indiquera “chicken wings” ? Vais-je être déconcerté d’abord, avant d’y voir la fin de la langue française, de la République et de la France tout entière ?
Adieu Molière et San-Antonio, game over ? La Commission européenne a exigé de la France qu’elle abandonne la loi Toubon de 1994 qui faisait obligation de rédiger en Français les étiquettes, modes d’emploi, messages publicitaires et “tutti quanti”. Levée de boucliers : “guerre larvée de ceux qui croient à la langue unique”, “colonisation”, “il va falloir parler anglais pour faire ses courses”. Et tout ça pour quelques mots à peine lisibles - et qu’on ne lit presque jamais d’ailleurs - sur des canettes, des boîtes de céréales ou de sardines !
N’avons-nous pas d’autres soucis ? La hausse du chômage, la vieillissement de notre population, un nombre de morts sur les routes parmi les plus élevés d’Europe, l’extrême-droite, la droite... Nous n’échapperons pas aux “chicken wings” même si déjà l’astucieuse Marianne à une idée sous le béret pour embrouiller la Commission européenne. Elle recommande d’indiquer le nom français des aliments sur les rayons. Nous avons bien survécu aux bretzels et au ketchup, deux termes que l’Académie Française a généreusement introduit dans la 9ème et dernière édition de son dictionnaire.
Et puis, parfois, le ridicule risque de semer sa zizanie. Ainsi la phrase suivante : “Les Rollings Stones, invités par Volkswagen, seront au Virgin Mégastore” traduite dans la langue de François 1er, donnerait : “Les pierres qui roulent, invités par les voitures du peuples, seront dans le plus grand magasin des vierges.” Soulagerons-nous nos vessies dans des “E.F.” (Eaux fermées” plutôt qu’aux “W.C.” (Water closed) ? Telle est la question..
.

Alain Keslick

Ecoutez-voir

Pièces jaunes..
Bernadette Chirac, après avoir ramassé toutes les pièces jaunes de nos porte-monnaies vient à Troyes le 12 septembre expliquer que l’état n’a plus à financer totalement les hôpitaux, mais non, voyons, il y a des gens très gentils, les boulangers, bonnes pâtes, les enfants ingénus et David Douillet parce qu’il est fort comme un truc et qu’il a une dan contre la gabegie de la gauche, et bien ces gens-là peuvent très bien à eux tout seuls trouver l’argent qui manque. D’ailleurs, on a déjà refait les papiers du bureau du directeur. Brave dame, va !

 

Orientation...
Une nouvelle loi d’orientation (donc non encore adoptée définitivement) pour la Sécurité intérieure va permettre à la police de venir chez vous fouiller dans votre vie privée électronique (téléphone, ordinateur, etc.) sans passer par l’administration habituelle (Poste, opérateurs divers). On pourra alors saisir votre ordinateur pour voir plus précisément ce qu’il a dans le ventre dans un bureau quelconque. Saisi, il deviendra propriété de la police qui justement manque terriblement de moyens. Je sens que vous êtes saisis (de peur sinon d’indignation). Rassurez-vous, le matériel sera restitué si vous êtes innocent. La loi donne bien la nouvelle orientation, mais ne change pas les délais anciens qui, vous le savez, sont fort longs. Votre Mac 98 pourrait vous être rendu quand le Mac 2005 sortira.

Malicette

 

Romilly : situation financière de la ville
La CADA émet un avis favorable à la demande de
Joë Triché

Pour la seconde fois en peu de temps, Joë Triché a été contraint de saisir la CADA afin d’obtenir les informations nécessaires concernant la situation financière de la ville de Romilly.
Et, pour la seconde fois, la CADA (Commission d’accès aux documents administratifs) a émis un avis favorable à ses demandes (voir facsimilé du courrier de la CADA ci-contre). Déjà, en effet, elle avait eu à statuer en juillet 2001 sur le refus de Michel Cartelet de communiquer aux conseillers municipaux communistes les titres de recettes relatifs aux loyers de l’habitation occupée par le secrétaire général de la mairie. Suite à une première décision de la CADA, ceux-ci étaient donc transmis à Joë Triché par la Chambre régionale des comptes.
Il faut se souvenir qu’à cette époque le maire de Romilly avait refusé de communiquer à celle-ci la demande de l’élu communiste. Or, l’examen de ces titres de recettes confirmait ses soupçons, à savoir que le secrétaire général avait bien été trois ans sans payer de loyer et qu’il s’était acquitté de sa dette vis-à-vis de la Ville au moment où il avait eu vent des demandes des élus communistes. Or, cette fois, c’est le refus de Michel Cartelet de leur transmettre le rapport effectué par le receveur principal sur la situation financière de la ville et les perspectives pour 2002 qui

les obligea à saisir de nouveau la CADA. Ainsi, comme chacun peut le constater, il y a bien un réel refus de transparence de la gestion municipale de la part du maire et de son équipe. Cette opacité n’a pas d’autre objectif que de cacher la réalité de la situation financière de la ville. Elle n’a pas d’autre objectif que d’interdire aux élus communistes de jouer leur rôle. Oui, on peut vraiment parler d’opacité dans la gestion municipale ou tout doit être caché aux élus de l’opposition.
Autre exemple qui le démontre, celui de la requalification du quartier du Nouveau Romilly. Pour engager ce projet, diverses études ont été réalisées, notamment un diagnostic social et une étude sur le réaménagement urbain. Ces documents essentiels pour appréhender ce dossier n’ont jamais été communiqués aux élus de l’opposition malgré leur demande et un courrier de Joë Triché adressé au maire le 25 juillet qui n’a toujours pas de réponse. Cette attitude de Michel Cartelet et de son équipe n’est pas un signe de force mais, au contraire, le signe d’une crainte permanente à l’égard des élus communistes qui entendent tout faire pour que la population ne soit pas mise à l’écart de la gestion municipale et considérée comme tout juste bonne à payer ses impôts locaux chaque année.

13, 14, 15 septembre 2002 - Fête de l’Humanité
Un rassemblement populaire de résistance
La grande scène Accoustique et révolution

Yann Tiersen et Dominique A, Miossec, Les Têtes Raides
Vendredi 13 septembre à 20 h 30


Après Phare et Tout est calme, le poulain d'Amélie, Brestois de naissance et Parisien d'adoption, nous revient avec l'Absente et son univers lyrique dopé de pop et de rock. Dominique A, Miossec et les Têtes Raides à ses côtés, Yann Tiersen nous entraînera le long de ses mélodies fugaces, où les violons accordent leurs chanterelles aux flonflons des accordéons

Tiken Jah Fakoly
Ragga-reggae africain -

Samedi 14 septembre à 16 h 30


Tiken Jah Facoly fabrique une musique où se mélangent pulsations
jamaïcaines et racines mandingues. Porte-voix de la jeunesse ivoirienne, il pratique un reggae engagé et s'en sert pour transmettre, éduquer, éveiller. Décidé à raconter l'histoire de son pays - la vraie -, ce griot de trente-quatre ans chante tout haut ce qu'on lui interdit de penser tout bas

Sinsemilia avec Mig, Root’Secours et Macka B
Ragga-reggae
Samedi 14 septembre à 18 h 30

“Love is the way” : l'amour est le
chemin. Sinsemilia le chante avec
colère, dans un style genre furieux-déchaîné qu'il se refuse à définir. Reggae français, reggae rock, reggae de fous, voire pas reggae du tout : les Sinsé ont pour seul souci celui de faire une musique qui leur ressemble. Et qui secoue. Accompagnés de Mig, de Root'Secours et de Macka B, ils promettent de donner tout ce qu'ils ont

Yannick Noah
Samedi 14 septembre à 22 h 30


Pour son premier passage à l'Huma, Yannick Noah promet un concert dédié aux musiques venues de la Jamaïque et de l'Afrique noire, terre de ses ancêtres. Qui n'a jamais voulu changer de vie ? Noah, lui, a franchi le pas en devenant chanteur, après avoir été roi du tennis. En témoigne son dernier enregistrement gorgé de sonorités world inspirées d'une "Jamafrica" imaginaire, rêvée par ce rastaman nouvelle génération

Ernesto Tito Puentes
Salsa
Dimanche 15 septembre à 14 h 15 -

Chef d'orchestre d'un big band effervescent - pas moins de vingt musiciens -, trompettiste, auteur et arrangeur, Ernesto Tito Puentes fera briller les cuivres et péter les percus. Rythmiques afro-cubaines nourries d'influences multiples glanées tout au long de ses voyages, la salsa de ce virtuose cubain est une salsa plurielle, généreuse et brûlante

Les Motivés
Dimanche 15 septembre à 16 h 15


Les Motivés concluront le week-end par un concert placé sous ligne de la lutte anti-haine. Résolument mutins, définitivement révoltés, les Motivés le restent, côté jardin, côté cour et surtout côté rue. De Bella ciao au Temps des cerises, la résistance internationale jouera la sérénade. Pour le reste, les Toulousains furibonds ne nous réservent que des surprises


Et aussi
: Sinclair samedi 20 h 45, Ismaël Lô samedi 15 h 00, Le Maximum Kouette samedi 13 h 30 Spook and the Guay samedi 14 h 00 à l’espace Midi, une scène métissée au Village du Monde...
A l’Auberge Champenoise Ambiance et convivialité
Faisons notre fête !
Espace cinema :
Michael Moore en avant-première

“Bowling for Columbine” : trois semaines avant sa sortie en salle, le documentaire de Michael Moore sera projeté en avant première à l’espace cinéma, vendredi 13 septembre à 18 h 30 [avenue des Hauts-de-Seine]. Un film décapant à travers lequel l’auteur de “Roger et moi” passe au crible la culture des armes à feu et ses ravages. Le court métrage sera à l’honneur le reste du week-end avec une sélection des meilleurs films projetés lors du festival de Clermond-Ferrand avec une carte blanche donnée à l’Atelier de production Centre-Val de Loire
Espace environnement :
La citoyenneté au fil de l’eau

L’environnement dédie son espace aux enjeux soulevés par l’eau. Le week-end s’organisera autour de trois grands débats portant respectivement sur la création d’un service public mondial de l’eau, sur la qualité de l’environnement en milieu urbain et sur le sommet de Johannesburg sur le développement durable qui s’est tenu fin août [Avenue de l’Eure]
Espace collectivités :
L’image de la femme dans l’art, de la préhistoire à nos jours

Exposition consacrée à l'oeuvre de Colette Deblé, dont le projet a été de reprendre les diverses représentations de la femme dans l'art, depuis la préhistoire à nos jours [Place de Provence]
Village(s) du monde :
Solidarités internationales

Creuset des solidarités internationales, le village(s) du monde accueillera associations et organisations des cinq continents. Plusieurs débats ponctueront le week-end. Joss Dray, photoreporter, exposera une série d’images réalisées dans les territoires palestiniens occupés. Les concerts s’y succèderont pendant trois jours. La fraternité et les rencontres seront au rendez-vous de même que falafels et punchs au gingembre pour les papuilles en quête d’exotisme
Espace livres :
écrivains et engagés : les combats littéraires

Les écrivains et les combats de leur époque auront une large place dans la programmation du village du livre [Avenue de la solidarité - avenue de l’Humanité]. Samedi, aura lieu un débat sur ce thème, suivi d’une séance consacrée à Nazim Hikmet, poète turc du milieu du XXè siècle. La soirée sera consacrée à Louis Aragon, lecteur d’Hugo. Tout au long du week-end, un café littéraire assurera une animation non-stop où l’on y rencontrera de nombreux auteurs
Espace théâtre :
Jean-Claude Drouot lit Hugo

En levée de rideau, cette année, le comédien Jean-Claude Drouot lira des textes de Victor Hugo. Samedi à 13 h 30, débat sur l’exception culturelle avec Jack Ralite. Danse contemporaire, poésie et séquences consacrées aux contes sont elles aussi au programme [Avenue des Hauts-de-Seine]

Agora de l’Humanité :
La presse européenne contre les extrêmes-droites et les populismes

Rencontre avec les journaux européens sur la montée de l'extrême-droite. L'Humanité organise un journal permanent durant 48 h (interviews de personnalités, débats...). Deux grands forums : la presse européenne contre les extrêmes droites - la transformation sociale après le choc du 21 avril Rencontre avec les forces sociales, syndicales, associatives et citoyennes dimanche à 11h30 [Avenue des droits de l’Homme]

Dimanche 15 septembre 15 h 45
Grand meeting avec Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF

Des milliers de participants pourront confronter leurs idées, échanger, pour faitre de la politique autrement.
L’Huma : une convergence progressiste
Anti-droite, anti-capitaliste

Au moment où plaques tectoniques de la galaxie du capitalisme bougent brutalement au point que les bourses tendent dangeureusement vers le précipice du krach boursier, la fête de l’Huma doit être l’occasion de construire ensemble une alternative neuve.
Le premier sens de la Fête de l'Humanité va être de construire un rassemblement de résistance à la politique ultralibérale et régressive de la droite. Dès septembre, on va pouvoir se faire entendre en se rassemblant à la fête de l'Humanité. Elle va être un lieu où on va promouvoir des solidarités nationales et internationales contre la haine et les exclusions. Le programme politique et le programme culturel sont évidemment conçus en ce sens.
Réussir la fête en retissant de nouveaux liens
La condition principale pour réussir la Fête est évidemment de la faire connaître autour de soi, de faire connaître la richesse du plateau artistique aux jeunes et en même temps de proposer à l’achat la vignette-bon de soutien parmi ses collègues de travail, ses voisins, sa famille. C'est le moyen de nouer ou de renouer des liens avec tous ceux qui aux élections

présidentielle et législatives ont voulu sous une forme ou une autre nous adresser des messages. Tendons-leur la main. Montrons-leur qu'on veut les entendre, les comprendre et construire avec eux la force de la transformation sociale qu'ils souhaitent. Car la Fête sera aussi un lieu de confrontations d'idées et de mise en commun sur les moyens de revitaliser le débat politique, un lieu de débats sur la gauche et sur le communisme. La préparation de notre Fête, c'est aussi la construction des stands auxquels nous devons plus amplement associer les mouvements citoyens, syndicaux, culturels qui ont envie de venir s'exprimer sous une forme ou une autre dans cet espace. La fête est aussi à leur disposition.
Changer la vie, changer la société
Ensemble, tous ensemble, nous allons, cette année encore, réussir une belle Fête de l'Huma. Ce sera, c’est sûr, un beau service que nous rendrons à tous ceux qui cherchent les moyens de changer la vie et de changer la société. Un défi que les communistes sauront relever .