La Dépêche de l'Aube n°739 du Jeudi 20 novembre 2003 La Dépêche de l'Aube n°739 du Jeudi 20 novembre 2003

La dépêche de l'Aube n°739 du Jeudi 20 novembre 2003

/spip.php?article1732

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Manifestation pour une école de l’égalité des chances. Photo d’archives.
Le PCF et l’éducation
Investir le débat

Il faut y aller, sans se laisser berner, mais avec une idée : bousculer. Déranger les figures imposées d’un grand débat sur l’avenir de l’école dont la préparation laisse à bien des égards sceptique.
À l'initiative du PCF, une récente réunion tenue à Paris pour discuter de l'éducation en est arrivée à cette conclusion.
Il y avait là des parents, des enseignants, quelques animateurs de quartier, une pincée d'étudiants, un brin de lycéens. Communistes pour la plupart, mais pas tous. À quelques jours des premières rencontres qui doivent se dérouler dans les 15 000 sites sélectionnés par le gouvernement - surtout des établissements scolaires - les participants ont planché sur le thème de l'école.
Et se sont interrogés sur l'opportunité de prendre part à un débat national certes attendu de longue date, mais que tous estiment biaisé. Depuis le fonctionnement de la commission chargée de le piloter jusqu'aux vingt deux questions élaborées par celle-ci, beaucoup ont exprimé leur insatisfaction. Opacité quant à la façon dont ont été choisis les membres de la commission Thélot, précipitation dans laquelle on leur a demandé de travailler, mais également difficultés à s'y faire entendre, ont ainsi été énumérés.
"Les questions posées ne sont pas celles que nous attendions" précise Annie David, sénatrice PCF et


membre de la commission. " "Elles excluent notamment toute référence à la gratuité de l’école». Et de s'interroger sur la validité de la démarche quand, en parallèle, les ministres multiplient les déclarations comme autant de conclusions au débat avant même que celui-ci n'ait commencé sur le terrain.
Une forte perplexité donc qui n'a pas abouti pour autant à une renonciation. A l'instar de l'intersyndicale des personnels de l'éducation, les participants à cette rencontre ont été nombreux à souligner leur volonté d'assiéger, en quelque sorte, les discussions. Et d'y impliquer un maximum de monde, les parents, les enseignants, les jeunes.
Ce débat, estiment nombre de participants, doit être un outil pour porter les revendications et construire un projet alternatif pour l'école. Avec une idée phare-: perturber l'ordre établi en soulevant les questions qui fâchent, y compris dans le camp de la gauche. "Gratuité de l'école, accueil des enfants de moins de trois ans, collège unique, définition de la culture commune pour tous, toutes ces questions ont été abordées"
"Et si le temps qui nous est imparti par le ministère nous semble trop court, concluait Marie-George Buffet, rien ne nous empêche de poursuivre les débats au-delà du mois de janvier"

 

Canton
de la Chapelle-Saint-Luc/Les Noës

Face à la toute puissance de la droite se rassembler autour de MF Pautras

La droite cogne dure depuis 14 mois dans le pays. Elle met à mal, tout ce qui avait permis à la France de s’élever au rang des nations modernes, capable de conjuguer prospérité économique, et protections sociales, enviées de tous.
Le budget 2004 de la France est le budget le plus anti-social sans doute depuis la libération.
C'est le budget de la régression sur fond de favoritisme pour les hauts revenus.
Raffarin s’est attaqué à nos retraites, il met à présent en chantier la démolition de notre système de solidarité de la Santé et de la Sécurité Sociale. Il répond ainsi, aux vœux les plus chers du Baron Sellières.
Mais aussi :
La remise en cause des 35 heures
La privatisation des services publics
La réduction de la durée d'indemnisation pour les chômeurs, 850 000 d'entre eux vont être rayés des listes ASSEDIC et basculer vers l'ASS qui va elle même être limitée à 2 ans, alors que sa durée est actuellement illimitée. Dans l'Aube il y a 15 000 chômeurs, combien de familles auboises vont sombrer encore plus dans la détresse, victimes de cette mesure scandaleuse,
La réforme du régime d'indemnité pour les intermittents du spectacle
L'emploi, car si d'un côté le gouvernement de droite tire à boulets rouges sur les chômeurs, de l'autre, il accompagne la casse de l'emploi, les délocalisations, les restructurations qui n'ont pour seul but que de satisfaire à la rentabilité financière des actionnaires,
Dans l'Aube, cette politique du gouvernement est relayée, voir précédée par 3 Députés de droite, dont, F Baroin est président de la communauté d'agglomération troyenne et maire de Troyes, 2 sénateurs dont, Ph Adnot président du Conseil Général. La droite est à la gestion des plus grandes villes du département, et de la région Champagne Ardenne.
L'élection de MF Pautras a été une belle et grande victoire.
Pour faire face à cette écrasante domination de la droite et ses méfaits, la gauche ne compte que quelques élus. Au conseil général, il n'y a par exemple que sept conseillers généraux de gauche sur 33. Notre conseillère générale MF Pautras, est la seule femme de gauche du conseil général. En 1998 c'est le rassemblement des forces de gauche autour de sa candidature qui a permis pour la première fois à la gauche de figurer au 2ème tour de l'élection sur ce canton, puis de battre la droite. Ce fut une belle et grande victoire. Une belle victoire pour la gauche qui démontra en ce rassemblant dès le 1er tour, qu'elle pouvait mettre en cause la domination et l'arrogance de la droite. Une belle victoire pour les habitants du canton de la Chapelle st Luc / Les Noës qui à travers l'élection de MF Pautras se sont donnés une élue prête à s'engager concrètement, simplement à leurs cotés pour faire reculer les injustices et les inégalités.
Ils n'ont pas été déçu. Candidate de rassemblement, MF Pautras n'a eu de cesse durant son mandat de rassembler les citoyennes et les citoyens pour qu'ensemble ils pèsent sur les décisions les concernant

directement :
Sur les questions de sécurité elle a organisé un débat public entre les habitants du canton et la directrice de la police du département de l'aube afin d'obtenir le renforcement des effectifs au poste de police ( 3500 pétitions)
Pour la santé publique, elle a été à la pointe du combat pour la reconstruction des urgences à l'hôpital de Troyes et l’ouverture d’un service gériatrique. A sa demande, 1/3 des conseils municipaux du département toute tendance politique confondue ont adopté sa proposition de vœux allant dans ce sens. 5000 pétitions ont appuyé son combat. Des centaines de lettres d'encouragement lui ont été adressées.
Elle a soutenu des familles du Comte Henry pour obtenir l’amélioration des soins des résidents.
Elle a interpellé Bernadette Chirac lors de sa venue à Troyes et a obtenu grâce à une action collective les moyens permettant le maintien du CDAG de l'Aube ( centre de dépistage anonyme et gratuit)
Son intervention auprès d'un bailleur social à permis à de nombreux habitants de la Chapelle St Luc d'obtenir des remboursements et des baisses de loyer
Pour l'éducation, avec des associations de parents d'élèves et des syndicats elle a obtenu des améliorations pour la scolarisation des enfants handicapés
Elle a agi pour obtenir des moyens supplémentaires pour les collèges situés en ZEP (zone d'éducation prioritaire) 7000 pétitions
Elle est régulièrement aux portes des entreprises du canton pour débattre avec les salariés de leurs préoccupations etc, etc
Ce ne sont que quelques initiatives, parmi les plus marquantes de l'action quotidienne de MF Pautras.
Quel conseiller général peut avancer une telle combativité, un tel bilan ?
Parce que MF Pautras est active, parce qu'elle met en lumière quotidiennement les injustices, Parce qu'elle prend le parti pris du peuple, parce qu'elle obtient des résultats, la battre aux prochaines élections est devenue la priorité de la droite départementale.
Face à cela les électeurs de gauche du canton et même de l'ensemble du département de l'Aube, toutes celles et ceux qui ont approuvé les combats de MF Pautras, ne comprendraient pas que la gauche ne se retrouve pas rassemblée à nouveau autour d’elle dès le 1er tour.
L'analyse politique qui avait conduit en 1998 la gauche au rassemblement est toujours aussi pertinente. Dans ce canton si la gauche se divise, elle s'élimine pour le 2ème tour et laisse seule la droite et l'extrême droite.
Alors que le gouvernement remet en cause tous les acquis sociaux, que la droite départementale détient tous les pouvoirs et accélère la régression sociale, les partis de gauche se doivent de ne pas prendre le risque de priver les habitants du canton de leur plus fidèle défenseur en la personne de MF Pautras.
D'ores et déjà, nous vous appelons à rejoindre le large comité de soutien qui se crée autour de la candidature de MF Pautras

Les communistes du canton
Les amis de MF Pautras

 

FSE
Une autre Europe est possible

Comment concevoir un autre monde... en Europe ?
En accueillant le Forum social européen inspiré du Forum social de Porto Alegre, des dizaines de milliers d'hommes et de femmes se sont transformés en réalisateurs d'alternatives, penseurs "d'utopies concrètes".
Bon an mal an, les forums sociaux mondiaux ont contribué à faire émerger le mouvement altermondialiste.
Le fait est que ce mouvement de contestation du néolibéralisme ou pour parler plus clairement du capitalisme mondialisé est devenu en un temps extrêmement court un acteur difficilement contournable sur la scène politique mondiale. Bien évidemment, il est traversé de courants divers, la conscience de ce qu'il faut changer pour rendre le monde meilleur n'est pas, chez chacune de ces composantes, au même degré. Cependant, deux données essentielles semblent être plus largement partagées par des millions d'acteurs sociaux de par le monde : le bilan désastreux des politiques imposées sous l'égide des institutions financières internationales qui a creusé la fracture mondiale entre le Nord et le Sud et la contestation



grandissante de l'hégémonisme économique et militaire des États-Unis.
On notera que la plus puissante journée de mobilisation jamais organisée à l'échelle de la planète contre les préparatifs de guerre en Irak a été lancée lors du Forum social de Florence, il y a un an. Certes, tout cela n'a pas suffi pour retenir Bush, mais la combativité pacifiste de l'opinion mondiale a pesé fortement dans l'attitude de plusieurs gouvernements, notamment en France et en Allemagne.
L'une des grandes questions posées par de nombreux participants au forum 2003 concerne l'avenir politique de l'Union européenne. Alors que le projet de la Convention présidée par Giscard inscrit dans le mar bre institutionnel le dogme libéral, chacun a conscience de l'importance que vont revêtir en la matière les réponses du FSE ainsi que sa capacité à promouvoir de nouveaux projets de mobilisation contre les attaques visant les services publics et contre les acquis des mouvements ouvriers en matière de protection sociale et de retraites. C'est sur ces enjeux là avant tout que les participants vont montrer que décidément, oui, une autre Europe est possible

Humeurs

L’IVRAIE
Eurocroq'pommes s'est déroulé ce week-end à l'espace Argence de Troyes. 2000 variétés de fruits exposées, 4000 visiteurs, une orgie, de couleurs et d'odeurs, du jamais vu, du jamais senti, du jamais vécu. L'événement n'a pas son équivalent. Il ne se reproduira pas avant longtemps car, réunir cent exposants de toute la France et des pays voisins, présenter des animations de cette qualité, remplir pendant deux jours la salle de conférences, y adjoindre un colloque scientifique sur la biodiversité qui a déplacé des sommités de la botanique et de l'environnement, c'était un exploit qu'il fallait réaliser et qui l'a été. Et qu'on ne me parle plus de la mort du bénévolat associatif !
Les médias dans leur majorité avaient compris l'enjeu et l'originalité de cette exposition. Ils ont réalisé des interviews, pris des images, donné leur sentiment, toujours enthousiaste.
Seul FR3, service public n'a rien vu, rien senti, rien vécu. Appelée pour que les journalistes se déplacent, vu l'importance de l'événement annoncé depuis 6 mois, le responsable à l'antenne a répondu qu'il n'avait pas programmé la chose et qu'il manquait de toute façon de personnel. C’est là le hic !
Les exposants sont repartis en Allemagne, Suisse, Italie et aux 6 coins de l'hexagone. Les téléspectateurs de Champagne-Ardenne n'auront rien vu et ceux qui savent l'importance de l'événement douteront même qu'il ait existé. Demain on nous montrera le vêlage d'une brebis, l'inauguration d'une salle des fêtes avec 17 habitants, un maire et un Préfet, le mur d'un bureau de poste cambriolé avec vue sur le vélo du facteur, et tout ça dans la Marne où la vie champenoise est concentrée.
Quand un journaliste est en vacances, on sait que les évènements n'existent plus. Quand il revient, il s'efforce de trier le bon grain de l'ivraie (1). Quand c'est fait, il choisit de publier l'ivraie.


Malicette

(1) Mauvaise herbe.

Ecoutez-voir

....Ecoutez-voir....
On se rappelle qu'une des premières mesures du maire de st André les Vergers lors de sa prise de fonction avait été de conditionner l'attribution de six jours de congés payés (jours volants) à l'assiduité du personnel. Ainsi celles et ceux qui sont malades plus de dix jours dans l'année se voient supprimer deux jours de congés. Au-delà de quinze jours d'arrêt maladie, il en coûte quatre jours de congés au vilain malade. Un salarié malade plus de vingt jours aura six jours de congés en moins. C'est le progrès social vu par la majorité municipale de droite. Près de deux ans après l'application de cette mesure, un rapport d'information demandé par l'opposition de gauche était présenté lors du conseil municipal du six novembre dernier. Cette étude met en lumière toute l'inefficacité de cette décision autoritaire du maire de St André. Outre le fait qu'en jetant ainsi systématiquement la suspicion sur chaque malade, on remet en cause le droit de se soigner, manier 'la carotte et le bâton' ça ne marche pas à tous les coups et cela peut même coûter cher. En effet le nombre d'arrêt ma ladie 2003 sera supérieur à celui de 2002 et cela dans quasiment tous les services. Devant cet état de fait, l'assureur de la commune qui couvrait le remboursement maladie souhaite résilier le contrat. Si cela se confirme, l'incidence budgétaire sera lourde pour la commune. Voilà bien une mesure autoritaire et injuste qui au final ne satisfait personne sauf peut être la majorité municipale.

La grande pauvreté
Une vraie guerre aux pauvres

La chasse à ceux qui ne peuvent pas payer vient de fermer.
Pour quelques mois, les familles incapables de régler leurs loyers peuvent souffler; jusqu'au printemps, elles ne seront pas expulsées. Cela n'interdit pas pourtant aux huissiers de descendre dans des cités populaires, escortés de serruriers et de policiers, pour défoncer des portes et saisir tout ce que la loi juge superflu… un frigo, la télé, l'armoire. Mais cette trêve garantit que des centaines de personnes supplémentaires ne viendront pas gonfler les rangs des sans abri quand les frimas menacent et que des bulletins d'alerte météo rappellent qu'on meurt d'être sans toit.
Date pour date, l'INSEE présente les chiffres de la grande pauvreté. En quatre ans, de 1996 à 2000, le nom bre des personnes concernées avait diminué de 4,1 à 3,7 millions. Mais c'est encore l'équivalent d'une douzaine de départements moyens dans un des pays les plus hautement développés ! Elles touchaient moins de 579 euros et, parmi elles, la proportion des retraités était en expansion constante, passant de 430 000 à 470 000. C'est encore sur eux que la réforme Raffarin s'est acharnée avant que la canicule révèle le piètre état de notre système d'accueil des personnes âgées et la misère des hôpitaux.
Et depuis 2000, les choses ont sérieusement empiré, le chômage s'envole, la croissance plonge.
Cette pauvreté aiguë, qui constitue le cœur d'une pauvreté bien plus vaste, celle qui touche des millions de salariés précaires, d'ouvriers, d'employés, est

l'occasion de visites charitables de nos gouvernants. La saison est propice à une compassion de façade lors d'un passage aux Restaurants du cœur ou au Samu social. Parenthèse vite refermée, afin que le naturel revienne au galop. Et ce naturel, c'est celui qui réduit les aides aux chômeurs, au prétexte que ces secours, que les salariés ont payé de leur travail, sont une incitation à l'oisiveté. 610 000 chômeurs vont voir leurs droits recalculés au premier janvier et perdront jusqu'à quatorze mois d'allocations. Parmi eux, 250 000 n'auront plus pour vivre que l'ASS ou les quelque 400 euros du RMI. L'allocation de solidarité spécifique ne sera plus majorée de 40% pour les plus de 55 ans et son versement sera limité à deux ans.
En acculant à la misère noire ceux que le patronat a jetés hors des entreprises, on réhabilite le travail, ont proclamé nos ministres avec une morgue, un mépris qu'on croyait cantonnés à la bourgeoisie du XIXe siècle. Comment alors ne pas parler d'une guerre faite aux pauvres quand chacun s'accorde à évoquer " la trêve hivernale des expulsions "?
Les 165 milliards d'euros de revenus financiers accumulés en 2002 par les entreprises sont en revanche l'objet d'une protection particulière. À ceux-là, la droite ne touche pas, même en les effleurant. Depuis un an et demi, ce gouvernement est vraiment aux affaires, tout dévoué aux plus grandes.
Cela finit par se voir et par se traduire par une chute accélérée de popularité pour le président et son Premier ministre.

Un loto pour aider la dépêche de l’Aube
Un voyage d’une semaine pour 2 personnes, VTT, Télé, DVD
De nombreux lots, de la bonne humeur, etc...
Des tas de bonnes surprises !!!
Les communistes aubois, les amis de La Dépêche de l’Aube sont invités à participer nombreux au 1er loto de la Dépêche de l’Aube Dimanche 30 novembre
Salle du Grand Salon rue Lamoricière à Ste Savine à 14 h 30 (à côté de la mairie)
Réserver votre après-midi et parlez en autour de vous
Partis de gauche européens
Quelque chose est en train de changer

L’appel d’une vingtaine de partis et forces politiques communistes et de gauche d’Europe n’est pas passé inaperçu. La presse a dû en faire état.
Ces formations, invitées par le PCF, observent que "le FSE se tient alors que grandissent les contestations des politiques néolibérales, de la militarisation, de l'impérialisme et de l'hégémonie américaine, à la veille d'une année 2004 cruciale pour l'avenir de l'Europe avec l'élargissement à 10 nouveaux pays, le débat sur la "Constitution européenne" et les conclusions de la Conférence intergouvernementale, les élections européennes."
Alors que dans chaque pays, les populations subissent les politiques du capitalisme mondialisé avec la mise en cause des solidarités et d'acquis sociaux conquis de haute lutte, "L'Europe, poursuit l'appel, devrait être un facteur de progrès et de promotion des droits humains. Au contraire, les politiques libérales, accélérées par la mise en œuvre du traité de Maastricht, aggravent les inégalités, le chômage, la précarité, l'exploitation."
Ils en appellent donc à "une transformation en profondeur, sociale et démocratique, de l'Europe. Face à la récession et à la montée du chômage, il faut mettre en cause le Pacte de stabilité, les pouvoirs et les orientations de la Banque centrale européenne, pour mettre en œuvre une autre politique économique et sociale, avec d'autres priorités, au profit de l'emploi et la formation, des services publics, pour une politique audacieuse d'investissement pour l'environnement. Il faut imposer une taxation des mouvements de capitaux. Il faut changer les priorités : l'être humain et non pas l'argent."
Ils se prononcent pour "une Europe indépendante des États-Unis, respectueuse des souverainetés, active dans le monde pour la paix, le désarmement, la solution politique des conflits, la promotion de l'ONU et du droit international."



Et ils affirment que "ce qui est au cœur de la crise de l'Union européenne, c'est la démocratie." Ils s'opposent à un directoire de grandes puissances, n'acceptent pas qu'on veuille leur imposer des critères économiques ultra-libéraux entraînant d'importants reculs et se prononcent pour la consultation des populations, dans chaque pays, par référendum.
"Déjà quelque chose est en train de changer", soulignent-ils.
Les grandes luttes sociales, syndicales, citoyennes et contre la guerre ont commencé à changer la donne. Les mouvements sociaux, les luttes sociales et citoyennes ont leur dynamique propre, leur indépendance d'analyse, de propositions et d'initiatives. En quelques années, ils ont contribué à de larges rassemblements pour la paix, l'égalité des droits humains, le respect de la planète.
"Comme forces politiques de la transformation sociale, nous voulons contribuer à cette dynamique nouvelle qui s'attaque résolument aux politiques libérales. Pour cela, nous souhaitons instaurer des dialogues à la fois nécessaires et fructueux. Nous disons ensemble : une autre Europe est possible. D'autres politiques sont possibles à gauche."

Parti communiste français, PDS (Allemagne), Parti communiste d'Autriche,
Parti communiste de Belgique, Akel (Chypre), Izquierda unida (Espagne), Esquerra unida i alternativa (Espagne-Catalogne),
Socialist Campaign Group of Labour Party (Grande-Bretagne), Parti communiste de Grèce, Synaspismos (Grèce), Parti de la Refondation communiste d'Italie,
Parti des communistes italiens, La Gauche (Luxembourg), Parti socialiste des Pays-Bas, Parti communiste portugais,
Parti communiste de Bohème-Moravie (République Tchèque), Parti communiste de Slovaquie, Parti suisse du travail, ODP (Parti de la Liberté et de la solidarité de Turquie).

 

/spip.php?article1732