La Dépêche de l'Aube n°692 du Jeudi 26 Décembre 2002 La Dépêche de l'Aube n°692 du Jeudi 26 Décembre 2002

La dépêche de l'Aube n°692 du Jeudi 26 décembre 2002

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

L’utilité du Parti communiste
Pour défendre l’emploi
Des centaines d’emplois menacés par la course aux profits ; une pression inouïe est aujourd’hui exercée sur le monde du travail par un patronat et une droite revancharde. Les plans sociaux se succèdent dans notre département et dans le pays. Fatalité ? Certainement pas pour les communistes qui opposent aux logiques patronales du profit facile, par la casse de l’emploi et la délocalisation, celle de la promotion du travail et une vraie formation afin d’évoluer vers des niveaux supérieurs de compétences ; une logique qui draine les financements vers la recherche et l’innovation technologique et non plus dans des baisses de charges sociales ou l’accompagnement des plans sociaux
Gisèle Fondio devait être expulsée. Depuis le 12 mars 2002 ,Gisèle est graciée.

Gisèle Fondio devait être expulsée. Depuis le 12 mars 2002 ,Gisèle est graciée.

Solidaires ...
La nouvelle est tombée mi-mars : Gisèle Fondio pouvait enfin sortir de la clandestinité. Cinq années de démarches et de mobilisation avant que cette mère de famille ivoirienne bénéficie d’une grâce présidentielle et puisse enfin séjourner librement sur le territoire français. Avec d’autres, les communistes ont pris une part active au sein du collectif qui s’était constitué autour de Gisèle Fondio devait être expulsée. Depuis le 12 mars 2002 ,Gisèle est graciée.... Comme d’autres, ils s’insurgent contre tout ce qui porte atteinte à la dignité humaine (le racisme, les mesures discriminatoires, les coupures d’énergie, les expulsions locatives...). Le 19 novembre, ils adressaient une lettre ouverte au ministre Sarkozy à l’occasion de sa visite à Troyes.

Pour la transparensce...
Joseph Seghetto, maire-adjoint communiste de Bar-sur-Seine avait voulu informer sa collectivité des questions soulevées par la gestion de Mon Logis. Inacceptable pour ce “bailleur social” qui avait porté l’affaire devant le tribunal. L’élu communiste ayant bénéficié de l’amnistie post-présidentielle, Mon Logis devait retirer début octobre sa plainte en dommages et intérêts. Au travers de Joseph Seghetto, c’est les communistes que l’on visait ; ils ont été à l’origine de nombreux remboursements à des locataires du département dans des affaires de surfaces corrigées “mal” évaluées. Ils demandent aussi une gestion plus transparente de la part de cet organisme, émanation du patronat aubois
Anticapitaliste...
On a pu mesurer, cette année encore, combien la fête de l’Huma reste un lieu de ralliement de celles et ceux qui veulent changer le monde. La contestation de l’ordre capitaliste mondialisé prend de plus en plus d’ampleur comme en témoigne le récent Forum social de Florence. Construire une vraie alternative de société est au coeur du projet communiste qui est actuellement débattu dans le cadre de la préparation du 32è congrès. Car, pour les communistes, la solution ne réside pas dans l’encadrement du capitalisme mais dans la recherche d’autres solutions. “Nous sommes le parti de la riposte” déclarait M.G. Buffet ; une riposte de terrain pour bâtir un monde meilleur ..

Pour la paix
La mobilisation contre l’intervention en Irak ne cesse de grandir. Les communistes n’ont aucune sympathie pour le dictateur Saddam Hussein, mais une guerre dans la région enflammerait tout le Moyen-Orient et ce sont les peuples qui en paieraient le prix fort - comme à chaque guerre -. L’intervention qu’a programmée Bush ne vise qu’à conforter les intérêts stratégiques américains dont l’impérialisme se fait de plus en plus agressif et la volonté de domination mondiale de plus en plus évidente. Le PCF souhaite tout mettre en oeuvre pour mobiliser les opinions publiques sur les dangers et les vrais objectifs d’un éventuel conflit. Construire la paix en s’attaquant aux véritables racines de la guerre : les injustices, les inégalités, les dominations, la misère et la peur de l’autre, relever non pas le défi guerrier de Bush mais le défi de la paix dans le monde, les communistes répondent “présent”. Une solution politique et démocratique doit prévaloir dans le réglement des conflits internationaux et l’opinion publique doit être entendue. Les autorités françaises et le Parlement doivent utiliser tous les moyens en leur pouvoir pour empêcher la guerre. De plus, la France doit refuser toute collaboration dans les préparatifs de guerre notamment en interdisant l’utilisation de l’espace aérien national. Justice, paix et démocratie doivent prévaloir ...
Les marées noires sont des insultes aux hommes et aux femmes.

Marée noire


Erika - Prestige : ça suffit !

Un panneau autocollant barre toute la façade du siège du PCF à Paris ; un mot d'ordre: "à l'avenir, protéger l'essentiel, pas le capital".
Une immense représentation de bord de mer montre, à gauche, une plage d'or, un ciel d'azur, des baigneurs débonnaires; à droite, sous un ciel de plomb, des navires échoués, des récifs noircis, des oiseaux mazoutés. C'était la manière de saluer le rassemblement "anti-navires poubelles" organisé la semaine dernière par le PCF, avec les élus du littoral, des parlementaires nationaux et européens, des dirigeants, pour dire leur colère, leur solidarité et lancer la campagne des communistes.
Les “chiffonniers de la haute finance”
À un journaliste qui s'étonnait de cette initiative communiste, Marie-George Buffet déclarait: "Pour moi, toute force politique qui met au cœur de sa démarche le respect de l'individu et donc de la planète se doit d'agir contre ces marchands de pétrole irresponsables". Qu'est-ce qui fait que navigue un pétrolier vétuste, armé par une société X pour transporter les produits d'un armateur Y pour les besoins d'une société T masquant un groupe W sur

les ordres d'un Pdg Z et pour le compte d'actionnaires qui savent - ou ne savent pas - que leur argent, c'est cette boue immonde qui englue une des plus belles côtes du monde ? La réponse, chacun la connaît. Combien de sociétés dans le monde sont capables de mettre à la mer des rafiots prêts à se briser dans la première tempête. Soixante six d'entre eux sont dénombrés en Europe mais Greenpeace estime que des centaines de ces navires voguent dans les eaux européennes. Combien de marées noires ? Il y a des mesures immédiates à prendre.
Mais il y a plus : qu'est ce qui justifie qu'un pétrolier transporte sur 10.000 kilomètres les produits d'une poubelle industrielle pour les revendre ici ou là, à qui on ne sait, qui les revendra à d'autres ? Cette politique mondiale de chiffonniers de la haute finance est insupportable. Le capitalisme se développe en épuisant les deux sources de toute richesse, la terre et les hommes, disait un écologiste avant l'heure : Marx. La marée noire est une catastrophe écologique et économique. Elle est une insulte faite aux hommes et aux femmes de Galice et à tous. Elle est une politique du mépris

Humeurs

MM. Nerveux et Serein
Que fait Monsieur Nerveux ? Il va et vient, virevolte, débarque à Sangatte, s’agite dans les médias, se cache derrière un fourré pour siffler un contrevenant, nettoie les trottoirs de leurs capotes et de leurs cocottes. C’est un grand libéral en même temps, avec ses collègues il va rétablir le droit d’en finir avec le laxisme, le droit du bouilleur de cru, le droit divin du patron et le droit du plus fort et même le droit canon en Irak.
Le bon peuple médusé, regarde le spectacle.
Pendant ce temps, Monsieur Serein fait de la politique, discret, irréprochable, propre. Il casse la loi des 35 heures trop pénible pour nos entreprises, supprime les emplois jeunes trop dispendieux, largue la loi Hue qui instituait un contrôle des fonds publics donnés aux entreprises, trop tatillonne et même stalinienne, la loi Hue, holà, sus à la loi Hue ! M. Tranquille est courageux, méthodique et bosseur. Il a sur son bureau l’assurance maladie pour pauvres et pour riches, le service minimum en cas de grève, l’électricité vendue par les chinois, la TTT (Télé totalement taméricaine), et un tas de nationalisations à réaliser pour être dans l’Europe, l’Europe, l’Europe. Il pense à la retraite un mois avant le grabat, et à un tas de bonnes lois libres pour les riches, je veux dire les fabricants, les créateurs, les héros du monde moderne.
Messieurs Nerveux et Serein font tandem et l’on se demande lequel est le plus forcené des deux.


Malicette

Ecoutez-voir ..

.“J’ai fait un rêve”...
Après les mesures - équivoques - pour lutter contre la délinquence quotidienne et contre la délinquance routière, le gouvernement Raffarin, sur l’initiative du président Chirac, va s’attaquer - sans faux-semblant - à la délinquance économique et financière. Le bon sens l’emportant, il a été en effet jugé qu’il était :
- inadmissible que des hommes, des groupes d’hommes ou des établissements bancaires, en état de surabondance de biens, de richesses, écrasent, mutilent à vie des êtres humains et leurs familles.
- insoutenable qu’un sentiment d’insécurité soit entretenu vis-à-vis des millions de salariés, des milliers de jeunes à la recherche d’un emploi qui, du fait de la crainte des licenciements, du chômage, de l’absence de travail, ne savent pas ce que sera leur avenir.
- intolérable de pratiquer le racket à grande échelle en ponctionnant sur les maigres ressources de ceux qui ont le moins à travers le gel des minima sociaux, le Smic, les remises en cause des acquis sociaux, des retraites, des remboursements maladie...
- odieux de faire supporter les malversations, les dysfonctionnements, le démantèlement des services publics, l’atteinte à l’environnement..., au plus grand nombre.
- indispensable que l’ensemble des conduites barbares, sous l’emprise d’un état d’euphorie malsain, subissent des contrôles automatiques, notamment dans les grandes entreprise ; que de réels moyens soient donnés aux forces existantes de contrôle : inspecteurs du travail, services fiscaux, représentants des salariés... ; que le nouveau “profitest” (cousin de l’alcootest) soit utilisé de façon systématique (et non pas remis en cause) afin que toutes vitesses excessives dans la recherche du profit à court terme soient sanctionnées sans passe-droit !
- nécessaire de dénoncer et de faire payer les destructeurs.
Et si on se donnait les moyens de faire cheminer ce rêve vers la réalité ?

Bernard Grapotte
Les abonnements vont être plus avantageux pour ceux qui utilisent la SNCF pour se rendre à leur travail.

Conseil régional - Budget 2003

Des avancées obtenues par les communistes

Dans une assemblée régionale dominée par la droite, les élus communistes du Conseil régional ont bataillé pour obtenir des avancées dans l’intérêt de la population.
La séance plénière des 16 et 17 décembre dernier avait à son ordre du jour le budget 2003 de la collectivité régionale. Les deux journées de débats se sont clôturées par la prise en compte de propositions concrètes portées par les élus communistes qui contituent de véritables avancées pour la population champardennaise.
Satisfaire des besoins concrets
En premier lieu, le fonds régional pour les fournitures scolaires des lycéens a été revalorisé de 1,6 million d’euros. 800.000 euros ont été inscrits et l’engagement a été pris d’abonder le complément en mai 2003 pour la rentrée de septembre. Parallèlement, l’information des établissements scolaires et des familles sur cette disposition sera renforcée. De plus, face aux besoins criants en termes de formation d’infirmières, aides-soignantes et assistantes sociales, les demandeurs d’emploi qui souhaiteront s’orienter vers ces métiers verront leur formation prise en charge par la Région ; salaires et frais de scolarité pendant les deux premières années et, pour la troisième année, par un prêt sans intérêt. Troisième point ensuite, qui intéressera en premier chef ceux qui utilisent les transports en commun sur le territoire régional pour se rendre à leur travail : la limite actuelle des 75 kms a été abolie et ils pourront bénéficier d’abonnements SNCF plus avantageux avec une réduction de 70% du tarif dès le début de l’abonnement. Un projet d’extension de la carte orange est également mis à l’étude pour les liaisons avec Paris.
Alors que la droite au sein de l’assemblée arguait des lourdeurs administratives dans l’octroi des aides agricoles, souhaitant qu’une simple déclaration sur l’honneur se substitue aux justificatifs administratifs et fiscaux des demandeurs, les conseillers régionaux communistes ont obtenu que cette proposition soit modifiée. Si la déclaration sur l’honneur pourra permettre d’accélérer les décisions, elle ne dispensera

en rien de fournir les justificatifs adéquats.
Un élu communiste à la Commission permanente
Suite au départ de J.P. Bouquet (PS), la commission permanente a été renouvelée. Dans un premier temps, les communistes n’avaient pas présenté de candidat, mais toute la commission, qui compte 19 membres, a dû être renouvelée en raison de candidatures multiples. La proportionnelle, qui est de règle en la matière, accordait théoriquement deux sièges au groupe communiste et Verts. Une liste de gauche (PS-PC-Verts) avec un communiste et l’élue verte éligible n’ayant pas été possible, des listes séparées ont été présentées ; Claude Lamblin (PCF) et Marie-Angèle Klaine (Verts) ont été élus, ainsi que cinq socialistes.
Un fonds régional de protection et de promotion des salariés
Pierre Mathieu est revenu sur sa demande de création d’une telle structure car, selon lui, “la situation [Jacquemard, DD, Sorotex...] appelle une très forte mobilisation de moyens et d’actions de la Région dans le cadre de ses compétences dans le domaine économique, de l’aménagement du territoire, de la formation professionnelle, de la mobilisation et de l’utilisation des fonds européens.” Le conseiller régional communiste estime “qu’il est urgent de sortir des sentiers battus et que ce qui doit être entrepris doit l’être dans une toute autre logique que celle qui a prévalu jusqu’à maintenant, c’est-à-dire le simple accompagnement des plans de casse [de l’emploi].” Message reçu par le président du Conseil régional puisque le groupe mixte Conseil économique et social régional - Conseil régional s’est déjà réuni et mis au travail sur ce sujet.
L’action des communistes a donc permis des ouvertures concrètes qui s’ajoutent aux dispositions déjà inscrites l’an dernier, en particulier celles conditionnant davantage l’attribution des aides économiques régionales aux entreprises à la création d’emplois stables

Conseil général - Loi de décentralisation “Une imposture pour la démocratie”

Prétendre vouloir rapprocher les citoyens des lieux de décisions sans prendre le temps de les consulter, c’est une imposture pour la démocratie.
C’est en ces termes que Marie-Françoise Pautras, conseillère générale, s’est exprimée sur la loi de décentralisation, lors de la séance du 16 décembre du Conseil général. Pour l’élue communiste, cette réforme importante a été “menée au pas de charge, alors que le sujet est grave puisqu’il concerne les fondements de la République et modifie la Constitution.” Alors que le gouvernement a voulu mener à la “hussarde” cette réforme constitutionnelle, il aurait été “bien avisé de prendre en compte les signaux de détresse lancés par les abstentionnistes qui traduisent leur sentiment d’impuissance et le fossé qui les sépare des gouvernants et des responsables politiques.
Incertitudes et brouillage
Pour Marie-Françoise Pautras, “les départements participent à la cacophonie de la foire d’empoigne des compétences. La fièvre de l’expérimentation s’est déjà propagée. Elle introduit une incertitude radicale sur les compétences des collectivités, brouille le contrôle des citoyens sur les décisions et les choix de gestion”, introduisant une “brèche dangeureuse pour le principe d’égalité, les missions de services publics et les droits fondamentaux que l’état doit garantir en tout point du territoire.” Et la conseillère générale communiste évoque un exemple des “va-et-vient des compétences.” Ainsi, l’inscription du département dans “l’expérimentation” du dépistage du cancer du sein ; un domaine relevant d’une priorité nationale de santé publique ne doit pas être, selon elle, même pour partie, à la charge du contribuable aubois, mais relève du financement par la sécurité sociale ; l’élue communiste souhaite ne pas la voir reconduite par le département en 2003.

Estimant “qu’au final sur la forme et sur le fond, le projet de loi constitutionnelle est dangereux [...] et va à l’encontre de ce que les français sont en droit d’attendre,” elle s’est de plus inquiété de l’avenir de la consultation du sevrage tabagique dans l’Aube puisque la compétence est passée du département à l’état. Enfin, “l’expérimentation” dans notre département du RMA (Revenu minimum d’activité), instauré par la droite et qui devrait se substituer au RMI semble avoir été abandonnée. La récente décision de Jacques Chirac ne ne pas recourir au référendum, contrairement à ses promesses électorales, vient de confirmer les craintes exprimées par les communistes quant à cette nouvelle loi de décentralisation.
Des auxiliaires de vie pour les jeunes handicapés
L’intégration scolaire en milieu ordinaire des jeunes handicapés doit être une préoccupation. Cela nécessite notamment la création de postes d’auxiliaires de vie scolaire qui, faute de financements publics, n’existent pas dans notre département. Une trentaine d’enfants aubois serait concernée par cette carence relevée par Marie-Françoise Pautras, qui, s’appuyant sur les dispositions législatives existantes, a déposé un voeu en direction du ministre de l’Education Nationale, demandant “la création dans les plus brefs délais d’emplois statutaires d’auxiliaires de vie scolaire, assurés par des financements publics, pour répondre aux besoins recensés dans le département de l’Aube.” Pour l’élue communiste, tout doit être fait pour favoriser l’accueil des enfants et des adolescents handicapés, chaque fois que leur état de santé le permet, en milieu scolaire ordinaire. Cela augmente leurs chances d’insertion sociale et professionnelle, tout en permettant aux autres élèves l’apprentissage précoce du respect de la différence et de la solidarité. Encore faut-il, pour cela, y consacrer les fonds publics nécessaires .