La Dépêche de l'Aube n°758 du Jeudi 1er avril 2004 La Dépêche de l'Aube n°758 du Jeudi 1er avril 2004

La dépêche de l'Aube n°758 du Jeudi 1 avril 2004

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Le printemps est de retour...
Marie-Françoise Pautras et Joë Triché réélus au Conseil général, Pierre Mathieu réélu au Conseil régional
M-Françoise Pautras
Joë Triché
Pierre Mathieu

Adnot, Baroin, Botella et compagnie se cassent les dents à Romilly...
Les Romillons ont déjoué l’arnaque politique et médiatique

Des milliers de lecteurs de l'Est Eclair (beaucoup nous ont téléphoné et dont nous publierons des extraits la semaine prochaine) ont dû être stupéfaits à la lecture de sa une du vendredi 26 mars dernier, soit moins de 48 h avant le deuxième tour des élections cantonales.
Barrant la 1ère page, un ultime tir de barrage contre le parti communiste français et notre conseiller général, Joë Triché. Oubliant son rôle d'information, méprisant son devoir d'indépendance vis à vis de ses lecteurs, le rédacteur en chef de l'Est-Eclair n'a pas hésité à échanger son habit de journaliste pour endosser celui de censeur politique. Car ce n'était plus un journal que les Auboises et les Aubois avaient ce vendredi-là entre les mains mais bien un tract politique de l'UMP utilisant les pires canailleries politiciennes pour tromper les électeurs. Faut-il vraiment que les Auzols, Baroin, Adnot et compagnie n'aient rien à proposer aux Romillons pour qu'ils sombrent à chaque élection dans la déferlante anti communiste. Faut-il que l'Est Eclair soit à ce point aux ordres de la droite pour se sentir obligé de relayer toutes ces bassesses. Depuis quinze ans à Romilly le déclin c'est Auzols, Cartelet et la droite ! La dynamique est du côté de la gauche et de celui qui incarne son rassemblement, Joë Triché. Et les Romillons ne s'y sont pas trompés. Par leur vote ils ont déjoué l'arnaque politique et médiatique Qui peut prétendre que Sarah Auzols est indépendante alors qu'elle est soutenue par l'UMP avec comme pour seule mission celle d'offrir sur un plateau cette ville qui bat à gauche la bande à Baroin. Qui peut prétendre que Sarah Auzols a le soutien d'une partie de la gauche plurielle si ce n'est l'Est Eclair qui a refusé

systématiquement de publier les communiqués de presse des candidats communistes. Si l'Est Eclair avait fait son travail d'information avec un minimum d'indépendance, ses lecteurs auraient pu lire que Joë Triché avait le soutien de toute la gauche. Le soi-disant soutien de la gauche plurielle pour Sarah Auzols se limitait en fait à celui qui depuis deux décennies incarne dans le département de l'Aube la traîtrise en politique : Michel Cartelet ; Inféodé à la droite, il se raccroche - sans doute plus pour longtemps- à son fauteuil de président du PRG. L'Est Eclair n'a pas jugé bon non plus d'informer ses lecteurs que les principaux dirigeant du PRG aubois par la voix et la plume de leur vice-président, Hervé Aubriet avaient choisi leur camp : Celui de la clarté politique, celui de la gauche, celui tout naturellement de jJoë Triché pour le deuxième tour des cantonales. Que Hervé Aubriet, Marie Hélène Zwolski et leurs camarades soient remerciés de leur courage.
La situation sur l'échiquier politique de Cartelet et Auzols clarifiée, c'est tout l'ensemble du débat politique aubois qui va se trouver ainsi assainie. C'est en fait la politique au sens noble du terme : citoyenne et populaire qui sort renforcée de ces élections. Quant aux progressistes aubois et néanmoins lecteurs de l'Est Eclair à eux de juger de l'intérêt qu'ils ont à poursuivre la lecture de ce grand quotidien de l'information de l'UMP qu'est l'Est Eclair


Jean-Pierre Cornevin .

Humeurs

.La Bérésina
Ne croyez pas que je veuille profiter de la situation pour enfoncer davantage nos pauvres élus de droite renvoyés, la queue basse, dans leurs villages. Non, il faut rester digne dans la victoire. Et faire de la politologie. Depuis le temps qu'on les subit leurs politologues : et va que je t'explique le déclin historique de la classe ouvrière et du Parti Communiste et du civisme et de…
Qu'ont donc fait les électeurs de Romilly à qui l'on a agité un chiffon rouge devant les yeux, à qui la droite a demandé de voter pour une candidate dite de gauche, à qui le chœur municipal a désigné les responsables du marasme romillon, les cocos qui font fuir les bons emplois ? Qu'ont donc fait ces électeurs-là et ces électrices-ci ? Moi Malicette, politologue distinguée des ANPE, sortie toute droite de chez Jacquemard puis de chez Devanlay, licenciée de la Faculté Lebocey et de l'université du chômage, je vais vous le dire ce qu'ont fait les électeurs. Les électeurs et même trices ont dit merde une bonne fois pour toute aux indignes semeurs de peur et de rumeurs et voté pour Joë Triché. On le dit en haut lieu, mais surtout en bas lieu, il y a des coups de pied au cul qui ne se perdent pas. Il y a donc en politique une morale.
Et dans toute la France, la même réaction de santé a éclaté dans les urnes. On s'est fait un petit plaisir. On a rejeté la haine du 21 avril et le mépris du 5 mai.
Car cher M. Chirac, cher Président, j'avais voté pour toi pour faire fuir un ennemi mortel. Auras-tu le réflexe si pertinent que tu eus autrefois quand tu décidas dans un accès de clairvoyance de dissoudre l'Assemblée nationale ? Le 28 mars est tiré, il faut le boire.
.

Malicette

Ecoutez-voir

..Colis suspect
J'étais à Paris l'autre jour et prêt à revenir à Troyes par le train 2017 quand les haut-parleurs parlant haut mais brouillé m'annoncèrent que les trains pour Troyes étaient supprimés. Excuses charmantes d'une voix féminine se prenant toute seule pour la SNCF. Mon sang est prompt à ne faire qu'un tour car je suis plus marxiste sanguin, que marxiste-bof. Je fonce donc demander des explications à la direction qui s'empêtre dans les aiguillages de la logique : "Ben, m'sieur , on a découvert à 25 Km après Troyes un colis suspect , alors on ne peut pas joindre par le train la capitale de l'andouillette."
Les minutes, que dis-je, les heures passent. On apprend par une radio que Raffarin visitait Troyes.
J'étais rassuré, on avait identifié le colis suspect.
..L’écologie de toutes les couleurs
Les Bleus, cette nouvelle race d'écologiste, ont mené campagne pour les élections en critiquant la droite qui pollue, salit, détruit, pourrit et pesticide, du verbe pesticider qui est à la fois puer, empester et trucider. C'était tellement beau qu'on aurait cru des Verts en pleine euphorie de gauche plurielle. ...
Arrive le 2e tour, et voilà les Bleus (qu'on croyait innocents comme des bébés découvrant l'odeur capiteuse de leur couche-culotte) qui appellent à voter pour la "bonne" vieille droite, massacreuse de forêts et elle-même déjà vieil arbre mort. C'était tellement surprenant qu'on aurait cru Geronimo faisant des mamours au général Crook (1).
(1) Avec 50 000 soldats, Crook ne peut venir à bout de 50 guerriers apaches
..Les feux.
Dimanche soir, les résultats tombaient les uns après les autres, colorant de rose la carte des régions. Le rose est obtenu, chacun sait cela, d'un mélange de rouge et de blanc, parfois de vert. La joie était grande devant ces changements de couleur et bien des chagrins effacés et l'on a pu remarquer que les feux de croisement étaient rouges plus longtemps que d'habitude et l'autre partie du temps verts, pour rappeler que les électeurs se moquaient bien des désaccords d'état-major.

Malicette

..Carnaval
En France, avons-nous le droit d’arrêter un adolescent qui filme dans la rue le carnaval des écoles R. Rolland au moment où une voiture de police arrive dans le champs de la caméra ?
Les policiers l'emmènent au poste de police, l'houspillent et lui confisquent la caméra. Il venait de filmer le carnaval des écoles du quartier. Au même moment, j'arrête la voiture en leur demandant pourquoi ils l'emmènent. Ils me répondent "vous êtes concierge ? " Je réponds : "je suis sa mère".... Quelques personnes nous disent qu'ils n'ont pas apprécié ce comportement et, au moment où le gosse filmait, eux mangeaient et buvaient dans la voiture de police. J'ai récupéré mon fils. Il leur a demandé s'ils avaient le droit d'insulter un enfant et en réponse ils ont dit et toi tu as le droit de te foutre de notre gueule ? Je leur ai dit qu'ils étaient impolis et que j'écrirais à Monsieur le Maire, ils me répondent : "vous lui donnerez le bonjour de notre part".
Je suis indignée de cet état de fait, nous sommes dans une France de police et bientôt le moindre geste qui sort de l'ordinaire pourra être sanctionné

Une citoyenne bien mécontente
Conseil municipal de Romilly du 29 mars 2004 Déclaration de Yves Bouteiller au nom du groupe communiste.

Les Romillonnes et Romillons ont exprimé hier par leur vote, un choix politique clair, tant aux élections régionales que cantonales, rejetant la droite et la politique de casse sociale du gouvernement UMP de Raffarin.
Aux régionales, la Gauche avec 52,86% obtient le meilleur score de toutes les villes du département de l’Aube. Romilly se donne ainsi les moyens d’un relais efficace pour aider à sortir de l’ornière et ouvrir une nouvelle perspective de développement. C’est cette opportunité que nous voulons saisir, en travaillant avec la nouvelle majorité régionale, les dossiers qui intéressent la ville, même si, il est évident qu’une adjointe UMP, membre de l’opposition à la région, sera un boulet dont Romilly se passerait volontiers.
Concernant l’élection cantonale, la brillante victoire remportée par Joë Triché, candidat du rassemblement de toutes les forces de Gauche, contre la droite, représente au-delà du vote politique exprimé par les électeurs, la victoire de la clarté, de l’honnêteté et du courage, face au déferlement anticommuniste odieux des dernières semaines.
La meute déchaînée emmenée par les Botella, Menuel, Baroin, Adnot, a subi le châtiment mérité pour les outrances et souvent les calomnies auxquels ont dû faire

face avec calme et dignité les militants de la gauche et pas seulement communistes. L’exemple lamentable de lâcheté de votre chef de cabinet envers Véronique Richomme entre les deux tours du scrutin, en est une illustration qui ne grandit pas son auteur.
Et que dire de l’Est-Eclair, qui s’est discrédité un peu plus encore, en jouant le rôle d’agent de propagande de Madame Auzols, censurant tout au long de la semaine les communiqués du Conseiller général sortant.
Les Romillonnes et les Romillons ont répondu, ils ont choisi. C’est une défaite pour cette majorité municipale et son Maire, une condamnation de pratiques politiques malsaines, du double langage et de la démagogie. Hier, il s’agissait bien d’un duel Gauche Droite, c’est clair !
Vous avez l’habitude de rappeler, que les «Romillons ont voté». Dimanche, ils ont aussi voté contre la hausse des impôts qui en 3 ans et au mépris de vos engagements électoraux leurs coûteront 11,5 MF. Nous vous demandons ce soir, de les entendre. Le vote du budget étant à l’ordre du jour de ce conseil, nous vous demandons de renoncer pour 2004, à toute nouvelle augmentation


.Yves Bouteiller au nom du groupe communiste.

Romilly sur Seine
Vote du budget

Vingt quatre heures après la clôture des élections cantonales et régionales, le Conseil municipal de Romilly réuni devant un large auditoire devait adopter le budget de la ville pour 2004.
L’augmentation des impôts, de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères et des services à la population furent adoptés par la majorité de droite, malgré la demande exprimée par le groupe communiste (voir la déclaration) en début de séance.
Les impôts augmenteront en moyenne de 3% en 2004, la taxe poubelle de 10%, les services à la population de 90 000 € pour l’année en cours. Au total, ce sont près de 14 000 000 francs (2 135 000 €) qui auront été ponctionnés dans les poches des Romillons depuis 2001, au mépris des promesses électorales de l’équipe en place.
Joë Triché rappela que les recettes de la taxe professionnelle payée par les entreprises étaient en chute libre, (-7,887%) ce qui représente un manque

à gagner pour la commune de 4 000 000 F (600 000 €) démonstration de l’incapacité de la municipalité de droite à enrayer le déclin économique de notre ville.
Il est évident qu’aux souffrances humaines et sociales subies par les centaines de personnes licenciées depuis plusieurs années, à l’incapacité d’offrir une perspective de renouveau aux Romillons, s’ajoute le matraquage fiscal, les contribuables devenant les «vaches à lait» devant boucher les trous laissés par les patrons licencieurs et délocaliseurs. Joë Triché conclut en rappelant que les habitants de notre ville attendent d’une municipalité qu’elle se batte à leurs côtés, comme lui l’a fait et le fera encore pendant les 6 ans de son mandat de Conseiller général. Malheureusement ce n’est ni sur Cartelet et Auzols, ni sur Lucas élue UMP, que les Romillons pourront compter. Ils en ont pris majoritairement conscience dimanche, en renouvelant de manière éclatante leur confiance au candidat communiste.

Election cantonale canton II de Romilly Les remerciements de Joë Triché, conseiller général

Je remercie très chaleureusement les 2159 électrices et électeurs qui ont permis ma réélection au Conseil général.
Le résultat est sans appel. 54,6 % et 360 suffrages d’avance sur Sarah Auzols qui a reçu le soutien de toute la droite. F. Baroin, PH. Adnot et J. Botella qui l’ont soutenue sans réserve, se sont cassés les dents sur Romilly comme sur la Chapelle St Luc.
Ainsi les électrices et les électeurs qui ont choisi mon bulletin de vote ont fait preuve d’une très grande lucidité en déjouant le piège qui leur était tendu. Le déchaînement sans précédent que j’ai subit avait, pour ces auteurs, l’objectif de masquer leurs responsabilités dans l’aggravation des conditions d’existences de la très grande majorité de notre peuple. A la direction des affaires municipales depuis quinze ans, ils croyaient ainsi échapper à la sanction de la population romillonne suite au déclin subit par notre ville depuis 1989.
Ma réélection au conseil général, c’est la victoire de la gauche rassemblée. Que toutes celles et ceux qui m’ont soutenu en soient remerciés. Mes remerciements iront aussi à mes camarades et amies qui n’ont pas cédé à la

formidable pression que l’on a tenté d’exercer sur eux.
Sur le canton, la Gauche est largement majoritaire comme elle l’a été sur l’ensemble de la ville à l’occasion des élections régionales.
Je me réjouis du succès de la liste de Gauche conduite par Jean-Paul Bachy. Une autre politique est désormais possible en Champagne Ardenne. Me concernant, je ferais tout ce que je peux afin que Romilly et ses habitants bénéficient de ce changement.
J’espère que la majorité municipale saura en tirer partie.
Je pense par exemple à la réalisation du stade des Hauts Buissons, aux questions de formation des salariés et de l’emploi.
Comme dans le mandat précédent, je serai le Conseiller général de toute la population et des forces vives de Romilly.
Dimanche 28 mars avec ma réélection au Conseil général, un nouvel espoir est né à gauche. Sans attendre débatons, engageons le travail pour avoir une perspective de changement pour Romilly et ses habitants.

Large succès de la CGT aux élections professionnelles des Ateliers SNCF de Romilly

En participant à 81,24% à cette consultation, les cheminots (es) ont renouvelé leur attachement au syndicalisme.
De ce point de vue, il convient de se féliciter que les jeunes en votant ont accompli un acte citoyen sur lequel d’aucuns s’interrogeaient.
En votant à 54,21%, +12,92% par rapport à 2002, tous collèges confondus pour les candidats (es) présentés par la CGT (+12,56% pour l’exécution, +17,66% pour la maîtrise et + 8,09% pour les cadres), les cheminots (es) avec leur Organisation Syndicale disent NON à la Direction SNCF comme au Gouvernement, car ils ne veulent plus subir les exigences libérales de leurs politiques, les voix CGT sont porteuses du développement d’un service public de qualité au service des usagers.

La CGT qui a toujours milité et défendu le syndicalisme rassemblé, se félicite de l’orientation prise par les militants et sympathisants de la CFDT qui nous ont rejoint et disent STOP à la division syndicale préférant rejoindre la CGT plutôt que de créer une nouvelle OS à la SNCF.
L’influence de la CGT va permettre de porter avec détermination les exigences sociales auprès de la direction et des pouvoirs publics et de combattre le cahier revendicatif du Médef concernant l’avenir de la Sécu, du Code du travail, des services publics, du sort fait aux chômeurs...aux chercheurs.
C’est pourquoi, ils participeront le 31 mars au rassemblement des cheminots à Lille pour combattre la libéralisation ferroviaire prônée par l’Europe et le 2 et 3 avril à l’appel de la CES pour exiger une Europe sociale.