La Dépêche de l'Aube n°754 du Jeudi 4 mars 2004 La Dépêche de l'Aube n°754 du Jeudi 4 mars 2004

La dépêche de l'Aube n°754 du Jeudi 4 mars 2004

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Pierre Mathieu
Elections régionales et cantonales
Ne pas se laisser endormir...

Pierre Mathieu
représentera la liste de Rassemblement de la Gauche à
L’Hebdo de FR 3
samedi de 11 h à 12 h
Emission Spéciale Régionale

A l’image de Jean-Pierre Raffarin, la droite fait tout pour échapper à la sanction des électeurs.
Elle caresse un rêve : celui de pouvoir
continuer demain à mettre en œuvre sa destruction systématique de tout ce qui fonde encore les protections des individus, la solidarité. Si elle parvenait à ses fins, il est certain qu'elle mettrait à profit les 3 ans qui nous sépare des prochaines présidentielles pour aller le plus loin possible. Un scénario catastrophe qu'il vaut mieux éviter. Rien n'est donc plus important dans les jours qui nous séparent du 21 mars que de montrer autour de soi la nécessité de se mobiliser et d'utiliser à bon escient son bulletin de vote. A bon escient pour dire " STOP ", pour se donner au département et à la région le plus d'élus communistes possible, pour faire œuvre utile pour une construction politique nouvelle se donnant cette fois-ci les moyens de la réussite. Ce qu'attendent les gens, les salariés ce sont des décisions à la hauteur de leurs besoins, pour faire face à l'hémorragie des emplois, à l'explosion de la précarité, à l'accroissement des difficultés de vivre. Sur tous ces points on voit combien est grande l'importance de pouvoir continuer à disposer d'élus communistes dans les assemblées. Et ce


n'est pas un hasard si ces derniers jours les leaders de la droite développent à nouveau une campagne anti-communiste particulièrement forte en direction des élus sortants. Ils rêvent d'un conseil général et d'un conseil régional ou l'opposition la plus déterminée à leur politique ne soit plus représentée. La mobilisation en cours pour la réélection de Marie Françoise Pautras , la seule élue de gauche du conseil général de l'Aube, et de Joë Triché à Romilly est encourageante pour déjouer les plans d'une droite qui n'en a jamais assez. Les propositions des communistes pour l'Aube sont maintenant connus, celles pour la région sont en cours de diffusion et de nombreuses réunions et rencontres sont programmées pour en débattre. Mais, si nous voulons que du positif ressorte des prochains scrutins, apprécions bien que l'essentiel est que chacune et chacun gagne dans son entourage une à une les voix qui permettront une bonne représentation des communistes au département et à la région. Et partout au premier tour, chaque voix va compter dans chaque canton et au plan national pour que soient entendues et prises en compte les propositions des communistes .


Pierre Mathieu

Romilly-sur-Seine
Election cantonale

Emploi-Formation-Solidarité-Santé- Services publics-Environnement

Rencontre citoyenne
Jeudi 11 mars à 18 h
Espace Monmousseau

avec
Joë Triché PCF Conseiller général candidat aux cantonales et régionales
Pierre Mathieu PCF Conseiller régional candidat aux régionales
Claude Maitrot MRC Candidat aux cantonales et régionales

Romilly-sur-Seine
Budget municipal : encore des hausses d’impôts et taxes... après les élections

Jeudi dernier le conseil municipal était réuni pour débattre des orientations budgétaires pour 2004. Un projet de budget marqué encore une fois par une nouvelle hausse des impôts locaux et de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Ce qui ne manquera pas d’ajouter des difficultés à celles engendrées par la politique Raffarin comme devait le rappeler Joë Triché au nom des élus communistes et partenaires. Voir ci-dessous la déclaration.
«Avec le budget municipal 2004, allons-nous aggraver les conditions d’existences des ménages romillons déjà durement frappés par la politique du gouvernement Raffarin et l’UMP ou allons-nous atténuer les méfaits des choix politiques de la droite ?
Tel est l’enjeu des décisions que nous aurons à prendre au moment du vote du budget le 29 mars, le lendemain des élections cantonales et régionales... comme par hasard.
Une situation dramatique
Et quand on connaît un peu la vie des habitants de notre ville, il y a vraiment urgence à prendre des décisions qui en tiennent compte.
Quelques chiffres pour rafraîchir la mémoire de celles et ceux qui l’aurait perdue.
- 700 emplois disparus en 2003
- un niveau de salaire inférieur de 20% à celui pratiqué au plan national
- une augmentation de près de 6% du nombre de foyers fiscaux non imposés à Romilly. Ce qui traduit bien la progression de l’appauvrissement des ménages.
- des restos du coeur qui ne désemplissent pas.
- entre 1990 et 1999, le nombre des chômeurs a progressé de 47% à Romilly contre 34,5% à Troyes et 21% dans l’Aube.
Or, depuis il y a eu les vagues de licenciements chez Cycleurope et Jacquemard ainsi que la fermeture de Sorotex et Mutexil.
Prendre des décisions pour soulager la détresse des familles
Monsieur le maire, mesdames, messieurs de la majorité municipale, quand une ville et une population connaissent une telle situation, on prend des décisions qui permettent de soulager cette détresse et ce mal vivre.
Mais comme si la politique anti-sociale du gouvernement Raffarin ne suffisait pas, avec vos décisions, vous faites vous aussi les poches des familles pour faire face à une situation financière de la ville plus que catastrophique comme l’ont révélé les rapports du receveur principal et de la chambre régionale des comptes.
Comme l’indique les ratios 5-4 et 11, l’endettement par habitant reste très élevé
- l’épargne disponible est négative
- les marges de manoeuvre restent très faibles.

Permettez moi de souligner que la gestion de la ville qui était avant 1989 tout autant contrôlée, n’a jamais fait l’objet de critiques aussi sévères de la part des services fiscaux et de la chambre régionale des comptes.
Depuis, les élections municipales de 2001, en dépit de vos promesses électorales, vous n’y êtes pas allés avec le dos de la cuillère.
- paiement de l’accueil des élèves de maternelle qui était jusque-là gratuit.
- hausse des impôts locaux de 9% sur deux années
- hausse de 19% de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères en 2003
- hausse de 3 à 130% des services à la population en 2003.
Mais visiblement, ce n’est pas encore suffisant puisque vous avez décidé pour 2004 d’augmenter encore les impôts locaux et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.
Mais quand allez-vous arrêter ? car quand on regarde l’évolution du produit fiscal depuis 1997 on s’aperçoit que :
- pour la taxe d’habitation il a progressé de 16%
- pour la taxe foncière bâtie il a progressé de 21,8%
- pour la taxe d’enlèvement des ordures ménagères il a progressé de 20%.
Les loups UMP sont dans la bergerie avec un appétit énorme
Ainsi avec la droite aux commandes, vous tapez dure, comme elle tape dure au plan national. A ces yeux, tout ce qui a créé de la solidarité, du lien social avec les conquêtes de 1936 et 1945 doit disparaître. Nos retraites doivent être livrées aux fonds de pensions, notre santé avec notre sécurité sociale aux assurances privées, nos entreprises publiques comme EDF-GDF à la loi de la jungle des marchés financiers. Et nos collectivités locales doivent devenir des relais zélés de cette politique ultra-libérale. La décentralisation à la sauce Raffarin est ni plus ni moins qu’un transfert de responsabilités vers les collectivités locales pour permettre au budget de l’Etat d’être dans les clous de ces fameux critères Européens de Maastricht.
Mais alors que le conseil municipal pourrait être un espace de résistance face à cette politique de casse sociale et de déréglementation, mais alors que le conseil municipal pourrait mettre en oeuvre des choix répondant aux attentes de la population, vous avez décidé de faire entrer le loup dans la bergerie en accordant quatre postes de maire adjoint à l’UMP qui actuellement font preuve d’un énorme appétit.
Vous avez coutume de nous dire : «mais les gens ont voté» certes, mais pas pour la politique que vous appliquez qui est à cent lieux du contrat que vous prétendiez avoir conclu avec la population aux élections municipales de 2001»

Humeurs

..Sensibilité de Gauche (mode d’emploi)
Jusqu'ici la droite était passée maîtresse dans l'art de se présenter avec un visage avenant et apolitique. Elle serrait une myriade de mains et régalait tout un canton de son sourire, avec dents si possible intactes et blanches.
La gauche est plus sérieuse. Quand je dis la gauche, je ne veux effrayer personne, je mets de côté les affreux sectaires staliniens toujours prêts à manger les enfants tout crus, même si, aujourd'hui ils ont un peu changé du fait qu'ils les font cuire.
Le comité de soutien de Sarah Auzols, candidate à Romilly, joue deux cartes maîtresses qu'il est bon d'avoir dans sa manche, surtout lors de la première (manche): la sensibilité de gauche et l'ouverture.
Mais qu'est-ce que la sensibilité de gauche ? C'est une essence difficile à définir et c'est ce qui fait son charme. M. Cartelet l'a toujours mis dans son programme pour sa douceur et son flou et l'on comprend la pudeur du comité de soutien de Sarah Auzols qui ne tente même pas d'en dessiner les contours. Moi qui observe la politique depuis la naissance de la république, j'ai toujours repéré l'homme de gauche par ses déclarations patelines et nébuleuses même à l'époque où il déclarait fièrement vouloir mourir pour la patrie et sauver notre beau système colonial.
Aujourd'hui il se contente de défendre le petit commerçant, l'artisan, la liberté et l'égalité, la répression des incivilités, une bonne police, une bonne justice, des impôts équitables et la discipline dès l'école. Ce sont des principes républicains et j'ai remarqué que la droite disait exactement la même chose, sauf que c'est la droite et qu'on peut douter de sa sincérité.
La sensibilité de gauche a donc pour caractéristique principale d'être interchangeable, floue, agréable à l'œil et à l'oreille et bonne à se faire de bons voisins. C'est le prêt-à-porter de tout bon candidat républicain qui ne veut pas faire de vagues.
Ce qui fait qu'elle est le corollaire de l'ouverture à droite. On peut même dire qu'avoir une sensibilité de gauche et chercher à satisfaire la droite, c'est un pléonasme.
C'est sûr, Sarah plaira, mais elle sera absente le jour où commenceront les véritables discussions sur la mise en place de mesures concrètes en faveur de l'emploi, de la santé ou de l'école.

Malicette, députée montagnarde à la Convention

Ecoutez-voir

...Quand un professeur est en campagne politique
Quand un professeur est en campagne politique, il oublie toute décence. J.C.Etienne, président de la Région, est descendu à Romilly pour descendre les communistes. Afin de mieux soutenir les candidatures UMP (Lucas, Pétrequin) il a ressorti la fable des logements qu'on ne pouvait obtenir que si on avait une carte du parti. C'est une histoire qui fait d'ailleurs le tour de toutes les municipalités de droite et de gauche. Ça se raconte au café devant une bière quand on n'a pas d'arguments politiques.
Il a donc raconté qu'une de ses vieilles patientes souffrant des hanches vivait au 3e étage d'un immeuble collectif. Demandez un rez-de-chaussée lui souffle Etienne. Et la dame de répondre qu'elle n'avait pas la carte du parti.
Si, pour J.C Etienne ce genre d'argument débile est nécessaire, c'est que la droite a du souci à se faire pour garder son rang du côté de Romilly.

...Un p’tit air d’accordéon

La politique a besoin d'un peu de délassement, c'est pourquoi vous pouvez vous brancher de temps en temps sur RCF (88,2) où Jean Lefèvre anime une émission consacrée à l'accordéon. Il connaît un peu. Il a pour but de faire connaître le meilleur de cet instrument un peu méprisé mais qui revient en force dans les groupes et dans le jazz. Il parle également de l'histoire de l'instrument et présente de nombreux artistes du monde entier. Certains enregistrements datent des premiers temps de la gravure ce qui apporte une note émouvante.

Malicette

Elections Régionales
Nos propositions pour changer la région

Partie prenante de la liste "Ensemble à gauche" qui regroupe le PS, le PCF, Le MRC, le PRG, les 12 candidats communistes qui figurent sur la liste sont porteurs de leur démarche spécifique. Ils entendent particulièrement mettre l'accent sur la nécessité d'une tout autre politique en faveur de l'emploi et du développement économique, avec des propositions novatrices que nous présenterons la semaine prochaine.
La défense des services publics, et l'instauration d'une véritable démocratie participative, pour que tous les acteurs régionaux et les citoyens soient associés aux décisions qui les concernent sont au coeur de leurs actions et de leurs propositions. Pour l'Aube les candidats communistes font également des propositions particulières. Nous présentons aujourd'hui de manière synthétique ce qui nous apparaît nécessaire en matière de transports et de communication. Il va de soi que l'avancée de ces dossiers dépend pour beaucoup de la présence d'élus communistes au sein du conseil régional.

Transports, communications : désenclaver l'Aube.
En matière de transport ferroviaire l'Aube reste un parent pauvre : insuffisance des dessertes et mauvaise qualité de celles-ci avec Paris, inexistence de liaisons avec la Marne et la Bourgogne !
Animateurs depuis 10 ans de l'action pour l'électrification de la ligne Paris-Bâle nous agirons : pour le respect des délais prévus pour l'électrification de Paris-Troyes (inscrite au contrat de plan Etat-Région), pour que s'engage, sans tarder les études pour l'électrification de Troyes Culmont- Chalindrey. Nous agirons pour la mise en circulation d'une liaison ferroviaire en direction de Laroche (89), ainsi que pour la mise en service d'une liaison ferroviaire avec la Marne (Reims) et la prise en compte du développement de Vatry (fret et voyageurs). Nous veillerons à l'amélioration de la qualité des services et demandons la création d'un comité de ligne sur la liaison avec Paris. Nous demandons que les salariés puissent pour leurs déplacements domicile travail bénéficier de la tarification " carte orange ".
Concernant le réseau routier nous agirons pour l'achèvement rapide du contournement de Troyes et la réalisation de celui de Romilly sur Seine. Nous demandons la mise en 2x2 voies de la RN 77, ainsi que l'amélioration de la RN 19. Notre choix est celui de l'amélioration et du développement d'un service public répondant aux besoins d'aujourd'hui et s'inscrivant dans un développement durable et solidaire.

Bilan des conseillers régionaux communistes sortants
Tout au long du mandat, les élus communistes ont fait des propositions et obtenu certaines avancées parmi lesquelles :
-la définition de critères plus stricts pour les aides accordées aux entreprises (engagement de création d'emplois en CDI, pas de délocalisations, respect des obligations en terme de formation professionnelle...
-l'instauration de la prise en charge financière des déplacements des chômeurs pour leur recherche d'emploi

-l'accroissement substantiel des crédits de formation professionnelle
-la mise en oeuvre d'un plan spécifique en faveur des professions de santé (infirmières, aides soignantes, ambulanciers, aides à domicile) a été mis en place, prenant en charge la formation et les droits d'inscription.
Plusieurs centaines de personnes en ont déjà bénéficié
-la prise en charge d'une partie du coût des fournitures scolaires et des outils pédagogiques pour les lycéens et les apprentis
-l'obtention de la première phase de l'électrification du Paris Bâle inscrite au contrat de plan Etat-Région pour la partie allant jusqu'à Troyes
-la mise en place d'un plan d'aide aux déplacement domicile travail des salariés (abonnements plus avantageux sur tout le territoire régional dans tous les transports publics : SNCF, bus, transports urbains
Ce ne sont là que quelques exemples d'avancées arrachées à la majorité relative de droite qui n'auraient pas été possibles sans l'effet conjugué des actions menées et de la présence d'élus communistes.

Les douze candidats communistes figurant sur la liste conduite par Jean Paul Bachy

AUBE :
-Pierre Mathieu
Conseiller Régional
Chef de file des candidats communistes
- Marie-Françoise PAUTRAS
Conseillère générale
-Joë TRICHE
Conseiller général

ARDENNES
- Michèle LEFLON
Médecin hospitalier
- Sylvain DALLA ROSA
Maire-adjoint de Charleville-Mézières
- Jean-Louis JOFFRIN
Maire-adjoint de Sedan
Responsable syndical

MARNE
- Karine JARRY
Secrétaire du Comité régional du PCF
- Michel GUILLAUDEAU
Conseiller municipal de Reims
-Christine TOUSSAINT
Conseillère municipale de Saint-Memmie
- Jean-Pierre LANGLET
Responsable syndical

Haute-Marne
- Jean-Claude DAMMEREY
Secrétaire départemental du PCF
-l Elisabeth GUILLERY
Conseillère municipale de Chaumont
Déléguée à la jeunesse

Congrès des jeunes communistes
Avoir prise sur le monde

Qu’est-ce qu’être jeune et communiste aujourd’hui ?
C'est le fil rouge de cette double interrogation qui s'est déroulé au congrès du MJC le week-end dernier à Auvervilliers, au travers de toutes les autres posées pour tenter de cerner mieux le monde d'aujourd'hui et les moyens d'y avoir prise pour le changer.
Quelle place pour les rapports hommes-femmes et la domination qui les caractérise dans l'analyse de la société ? La question de la différence des sexes peut-elle être contenue dans la thématique plus générale du rapport à l'autre, avec toutes ses différences ? Quels contours nouveaux prend aujourd'hui le conflit de classes, existe-t-il d'ailleurs encore et si oui quels sont ses protagonistes ?
En quelque onze têtes de chapitre de leur texte d'orientation, les JC ont brossé la tableau à peu près exhaustif de la société telle qu'ils la voient et ce qu'ils veulent y changer. Le féminisme tout comme le métissage revendiqué de " leur " république sont au premier rang des valeurs qu'ils portent. Plus qu'un symbole, la caractérisation en premier lieu dans le texte des rapports entre hommes et femmes a nourri le débat sur la place du capitalisme dans les dominations subies. Idem pour ce qui est de la solidarité internationale, palpable au congrès avec la présence forte de délégations étrangères qui ont fait part de leurs luttes au fil des débats.

Pour Jérôme Dulauroy, secrétaire général du Mouvement, reconduit à l'issue du congrès, il s'agit de "faire le choix de faire de la politique avec les jeunes" alors qu'en l'espace de quelques années voire quelques mois "c'est peu de dire que de nombreux bouleversements sont intervenus" qui bousculent les repères et les représentations du monde de toute une génération. Bouleversement "à l'échelle du monde (…) mais aussi dans la politique française avec le séisme démocratique du 21 avril 2002. Après ce séisme, nous savions qu'il ne pourrait y avoir de retour à la normale".
C'est dans ce paysage politique transfiguré depuis leur dernier congrès que les JC se sont penchés sur leurs aspirations, les espoirs et les révoltes de leur génération pour tenter de leur offrir une traduction dans leur engagement politique.
"Votre congrès est une source d'espoir et d'encouragement pour le PCF bien au-delà des amendements adoptés à vos textes" a lancé aux JC Marie-George Buffet lors de sa visite au congrès.
Les 500 délégués ont clôturé leurs assises en adoptant leurs nouveaux statuts qui visent à doter les JC d'un nouveau socle commun d'organisation dans lequel place est laissée à la fois à la structuration géographique et thématique; et en se dotant d'une nouvelle direction.

Nouveau succès de la soirée choucroute organisée par la section barséquanaise

D'année en année, la choucroute organisée par la section barséquanaise du parti communiste français est un succès qui ne se dément pas.
Ainsi donc cette année 150 convives avaient pris place samedi 28 février autour des tables dressées avec goût par les militants communistes. Avant l'heure de l'apéritif, Joseph Séghetto, maire adjoint communiste de Bar sur Seine et Roland Leloup secrétaire de section ont abordé la situation politique et les enjeux des prochaines élections

régionales et cantonales. Pierre Mathieu, conseiller régional et chef de file des communistes sur la liste de rassemblement de la gauche aux élections régionales était présent, ainsi que Jean-Pierre Cornevin, secrétaire départemental et Joé Triché, conseiller général. Les " Aubelines " étaient également fidèles au rendez-vous.
A cette occasion trois adhésions au parti communiste français ont été réalisées ainsi que deux abonnements à l'Humanité. Un grand merci à tous les camarades qui ont permis ce nouveau succès.