La Dépêche de l'Aube n°656 du 18 avril 2002.......La Dépêche de l'Aube n°656 du 18 avril 2002

La dépêche de l'Aube n°656 du Jeudi 18 avril 2002

Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur XRECHERCHE
Pour rechercher des informations dans le site de La Dépêche de l'Aube et ses archives.
Effectuer des recherches dans le site de la Dépêche de l'Aube et ses archives depuis sa mise en ligne en Janvier 2001  avec le moteur ATOMZ

Marie-Georges Buffet :Secrétaire nationale du Parti communiste français

Marie-Georges Buffet :Secrétaire nationale du Parti communiste français

Marie-Georges Buffet

à Sainte-Savine :

«Le premier tour sera décisif»


Dimanche, le vote Robert Hue sera l’assurance d’une véritable politique de gauche

 

La France c'est vous "robert Hue 2002 le vote efficaceLa France c'est vous "robert Hue 2002 le vote efficace

Salle comble, vendredi 12 avril, à l’occasion de la venue de Marie-George Buffet pour un meeting débat en faveur du vote Robert Hue.
Lors de sa visite à Saint-Julien-les-Villas, le 19 février dernier, Robert Hue avait rencontré les salariés du textile aubois pour un échange sur les conditions de travail et la question des délocalisations de productions qui touchent de plein fouet ce secteur d’activité, mais d’autres aussi. Depuis cette date, la réflexion s’est poursuivie, enrichie par le débat qui s’était engagé entre les salariés, les syndicalistes et le candidat communiste au mois de février.
Faire entrer la démocratie dans l’entreprise
350 personnes sont venues écouter et échanger avec la secrétaire nationale du PCF pour qui le déplacement à Troyes, haut-lieu du textile, a été l’occasion d’affiner les propositions du Parti communiste et de son candidat pour lutter contre le fléau des délocalisations de productions [voir encadré].

Sur cette question, Josette Dollat, syndicaliste ex-Devanlay, a témoigné de la colère et du désespoir des ouvrières «soldées» par Devanlay à un repreneur - Pacreau - bien connu comme liquidateur d’entreprises. Marie-George Buffet s’est élevée contre ces «pratiques de licenciements détournées» en demandant la mise en place d’une «moralisation des cessions industrielles sauvages», la modification du code du travail pour mieux protéger les salariés, rendre plus transparentes les relations de sous-traitance et pour lutter contre le recours au travail clandestin. Des propositions pour faire entrer la démocratie dans l’entreprise par l’instauration de contre-pouvoirs décisionnels au profit des salariés. «Le social n’est pas une contrainte qui affaiblirait l’économie [...] mais bien ce qui permet de renouer avec une croissance vertueuse et riche en emplois stables» devait-elle déclarer.
Oui, l’industrie du textile française a un avenir
Cette industrie, qui compte aujourd’hui 250.000 emplois est la seconde industrie de main d’oeuvre française a un avenir. Mais pour cela, il faut exiger des grands groupes français qu’ils investissent dans la formation des salariés et dans des outils modernes sur le territoire national, mettre «tout en oeuvre pour favoriser les investissements productifs et créateurs d’emplois» et utiliser les nouvelles technologies au bénéfice des créations d’emplois. «Je fais partie de celles et ceux qui refusent la logique du tout au marché et du tout à l’exportation, qui placent les pays en concurrence les uns avec les autres. D’autres voies de développement existent, celles qui consistent en une coopération pour le progrès social et l’émencipation des peuples».
Faire preuve de volontarisme pour agir sur le cours des choses
Au cours de la soirée, les témoignages se sont succédés. Ainsi Angélique Pochinot, emploi-jeune à Romilly, estime que la proposition de Robert Hue pour une allocation autonomie de 700 euros «serait une avancée sociale pour tous les jeunes de 18 à 25 ans qui leur permettrait de pouvoir continuer leurs études et d’acquérir leur indépendance» .

La pérennisation des emplois-jeunes qui ont démontré leur utilité et leur efficacité : ce sont de bonnes propositions pour les jeunes. Marcel Renaud, pour sa part, a abordé la question de la retraite avant soixante ans dès lors que l’on a cotisé quarante annuités. «Cela doit être une priorité pour la gauche» estime t-il, s’appuyant sur une exigence forte des salariés, en particulier des «femmes du textile» qui voient dans cette mesure un acquis social important. Marie-George Buffet a souligné que les députés communistes ont proposé une loi dans ce sens à l’automne dernier rejetée par Elisabeth Guigou. Le PCF, si demain la gauche dispose à nouveau de la majorité, fera de cette mesure «une exigence pour former un nouveau gouvernement» avec celles de la création d’une allocation autonomie pour les jeunes, le droit de vote pour les hommes et les femmes vivant en France depuis plusieurs décennies et l’augmentation du SMIC et des minima sociaux. D’autres interventions ont ponctué la réunion : Françoise Potot, cadre EDF, sur la situation des services publics ; Anna Zajac a abordé la question de l’égalité homme-femmes. Autant de sujets sur lesquels la «femme et communiste» Marie-George Buffet est intervenue avec aisance, conviction et la détermination qui la caractérise.
Les interventions et la discussion de cette soirée étaient orchestrées par un «M. Loyal» de qualité en la personne de Jean Lefèvre. L’appel au soutien financier en faveur de Robert Hue a permis, par une collecte au drapeau et une vente de badges, de réunir près de 5.000 Francs. Un grand merci, enfin, à tous les camarades qui ont contribué au succès de cette initiative.


Alain Keslick
A. Pochinot, J. Dollat, J. Triché, M.F. Pautras, A.Zajac, P. Mathieu, F. Potot et M. Renaud aux côtés de J.P. Cornevin et M. G. Buffet.

A. Pochinot, J. Dollat, J. Triché, M.F. Pautras, A.Zajac, P. Mathieu, F. Potot et M. Renaud aux côtés de J.P. Cornevin et M. G. Buffet.
Les propositions de Robert Hue
pour combattre les délocalisations

Interdiction de toute aide publique aux entreprises qui délocalisent.
Coresponsabilité des grands groupes cédant leurs activités à des repreneurs, en matière de suivi des emplois et d’avenir des salariés.
Mise en place d’un droit suspensif des licenciements aux comités d’entreprises pour laisser place à des solutions alternatives.
Taxation des licenciements pour constituer un fonds de mutualisation destiné à la formation et au reclassement qualifiant des salariés dans une démarche de «sécurité emploi-formation».
Agir pour faire adopter par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) une charte sociale contraignant les états à une réglementation minimale en matière, notamment, d’interdiction du travail des enfants, de libre exercice du droit syndical et de limitation de la durée du travail.

Chasse
Lettre ouverte de Robert Hue

Dans une lettre ouverte, en date du 16 avril, Robert Hue s’est adressé aux chasseurs.
«Les communistes ont toujours défendu avec vigueur la chasse populaire, démocratique, que l'on cherche à réduire, tandis que se développe une chasse privée sur des territoires fermés et seulement accessibles à ceux qui ont les moyens financiers. Nous refusons de voir cette question enfermée dans une fausse problématique pro-chasse/anti-chasse et l'avons montré tant sur le terrain, qu'au Parlement, et notamment à l'Assemblée nationale au moment du vote définitif du projet de loi gouvernemental.
Les députés communistes se sont abstenus car ils ont considéré que des améliorations avaient été obtenues, surtout grâce à leurs interventions et aux amendements qu'ils avaient déposés, par exemple :
la légalisation de la chasse de nuit dans 21 départements et dans les cantons où elle est traditionnelle ;
la légalisation de la chasse à la passée, deux heures avant le lever du soleil et deux heures après son coucher, sur tout le territoire national ;
la démocratisation des élections lors des assemblées départementales des chasseurs ;

la mise en place d'une commission d'appel paritaire entre les représentants de l'Etat et du monde de la chasse pour les litiges relatifs à l'obtention du permis de chasser.
On peut remarquer que les députés de droite ont eu très souvent un comportement démagogique à l'Assemblée nationale lors du débat sur le projet de loi, en oubliant soigneusement que la "directive oiseaux" adoptée en 1979, source de la plupart des contentieux de ces dernières années, a été votée et soutenue par les députés français et européens de droite (RPR, UDF et autres), ratifiée par le gouvernement Barre de l'époque, alors que seuls les élus communistes s'y étaient opposés.
François Liberti, député communiste de l'Hérault, a proposé au président du groupe d'étude sur la chasse à l'Assemblée Nationale, la constitution d'un comité d'observation pour enregistrer et supprimer les imperfections qui sont apparues et qui apparaîtront avec l'application de la loi.Voilà les propositions pour la défense de la chasse populaire, acquis de la Révolution de 1789, que je défends et l'esprit dans lequel j'agis dans le cadre de la campagne présidentielle et continuerai d'agir au-delà.».

Pour le vote Robert Hue.
L’appel des syndicalistes aubois

Syndicalistes et acteurs du mouvement social, dans notre diversité, nous sommes engagés côte à côte dans l'action quotidienne pour améliorer les conditions de travail et de vie des salariés, pour le développement humain et pour le progrès social.
Parce que les élections présidentielles constituent un moment fort du débat et de l'expression du rapport de forces, nous considérons de notre devoir d'y prendre toute notre place, toute notre part, et d'inviter les salariés à faire de même.(...) Notre conviction que droite et gauche n'apportent pas les mêmes réponses aux aspirations des citoyens nous conduit à exprimer une profonde insatisfaction face au bilan du gouvernement. La progression de l'emploi, les 35 heures, la couverture maladie universelle, la loi sur l'égalité professionnelle et la parité ne peuvent faire oublier que les salaires stagnent ; que le chômage repart et la précarité se développe ; que le système de protection sociale et les retraites sont menacés ; que l'emploi public notamment dans la santé et l'école est insuffisant ; que les minima sociaux demeurent à un niveau dérisoire ; que la démocratie sociale est en panne. Nous refusons la déréglementation et privatisation des services et entreprises publics. Nous déplorons le temps perdu en compromis et demi-mesures, en matière de construction d'une Europe sociale.(…)
Robert Hue, candidat du Parti communiste français,
propose de construire avec les citoyens un contrat faisant appel à la responsabilité et à l'initiative de chacun de nous. Sa proposition se situe aux antipodes du traditionnel chèque en blanc qu'attendent les candidats à la veille des scrutins. Elle vise à l'émancipation citoyenne qu'appellent notre époque et ses défis. A ce titre, sa candidature constitue à la fois un barrage aux ambitions de la droite et des visées du Medef et une alternative à une gauche influencée par le libéralisme. Il constitue un choix utile pour créer un élan en faveur d'une politique plus attentive aux urgences et aux besoins sociaux et à l'écoute de toutes les composantes du monde du travail. Quels que soient les résultats du second tour, la force de cet élan, si elle est importante, ne pourra être ignorée de la future majorité qui devra en tenir compte dans ses orientations et dans ses décisions. Cela comptera pour toutes les luttes. C'est pourquoi, dans la diversité de nos opinions sur le PCF allant du soutien affirmé, à la critique et à l'exigence d'une plus grande radicalité nous appelons à voter Robert Hue .

Plus de 5.000 syndicalistes, dans toute la France, appellent à voter Robert Hue.

Ci-dessous, la liste des premiers signataires aubois qui appellent les salariés à se retrouver le 21 avril prochain sur le vote en faveur du candidat communiste :


Léonet Yves, Kléber ; Pailley Olivier, Kléber ; Groux Jean-Claude, militant retraité ; Dollat Josette, ex Devanlay ; Seghetto Joseph, pénitenciaire ; Bianic Frédéric, éducation nationale ; Petiot Claude, Bar Loforge ; Graupner Françoise, Devanlay-Lacote ; Gérard Daniel, EDF ; Gervais Chantal, Devanlay-Lacoste ; Georgel Josie, EDF ; Buathier Alain, hôpital de Brienne ; Mme Buathier, médecin ; Ben Haha Abdel-ghani, Kléber ; Mourou Chantal, Devanlay-Lacoste ; Liébart Agnès, Cycleurope ; Boccanfuso Michèle, Devanlay-Lacoste ; Pillot Francis, Forclum ; Latrasse Christophe, EDF ; Séné Pierre, militant Retraités ; Beau Claude, SNCF ; Leloup Roland, Education nationale ; Cognon Michel, collectif des privés d’emplois ; Triché Ginette, Jacquemard ; Fresse Marie-Josée, Jacquemard ; Mathieu Danièle, psychomotricienne ; Millot Phlippe, France Télécom ; Bournot Jean-Marie, groupe Lafarge ; Levasseur Laurent, PTT ; Levasseur Raymond, retraité Atos ; Amour Jean-Michel, SNCF ; Zajac Anna, DDA ; Journot Philippe, SNCF ; Lefur Marie-Angélique, employée communale ; Ponti Gilles, SNCF ; Granmont Jack, SNCF ; Granmont Yvonne, militante Retraités ; Potot Françoise, EDF ; Macloux Alain, Atos ; Rodriguez Régine, Devanlay-Lacoste ; Marchetti Guy, DDE ; Renaud Marcel ; Lucani Pascal, syndicaliste Textile ; Choquart Michel ; Berthy Michel, EDF ; Schuster Alain, Tractel ; Vitré Pierre, SNCF ; Guy Michel, SNCF ; Thomas Jacques, SNCF ; Thomas Jeannette, employée communale retraitée ; Piard Jacqueline, chimie ; Cuisin Françoise, SNCF ; Fabrice Orthwein, DDE ; Cure Guy, enseignant ; Barbier Ginette, Petit Bateau...

La France c'est vous "robert Hue 2002 le vote efficaceLa France c'est vous "robert Hue 2002 le vote efficace

Humeurs

Kaléïdoscope

Marie-George Buffet est une femme extra. «Fine comme une aiguille, forte comme une épée», disait un poète(1) en parlant de Paris résistant. Mais je me demande s’il ne disait pas «forte comme une aiguille, fine comme une épée». Les poètes, vous le savez, sont capables de tout. C’est pourquoi on les met rarement à la tête de l’état. Les poètes mélangent les mots comme dans le jouet appelé kaléidoscope qui brasse à l’envi des petits morceaux de verre colorés et qui donne à voir des figures géométriques toujours renouvelées.
Les hommes politiques ont voulu les imiter pour obtenir des slogans nouveaux. (Uniquement le temps d’une campagne car, à l’ordinaire, ils n’utilisent que des mots fades et passe-partout). Et va que je t’agite le tube ! Chevènement utilise un jouet à 2 sous, très rustique, qui ne donne qu’un mot «président». Madelin ne bouge pas le tube, tout à son délire de «faire bouger la France». Me Boutin qui «ose faire la famille» n’a pas voulu prendre le tuyau en main à cause de sa ressemblance avec une canule. Arlette n’a obtenu que «travailleuses, travailleurs». son kaléidoscope datait de 1850. Bayrou a essayé plusieurs fois et s’est fâché, «j’en ai ma claque», il a dit. Mégret a voulu «remettre de l’ordre» dans la boîte, il l’a secouée et cassée. Chirac n’a vu que «la France en grand» Jospin n’a rien vu du tout (nettoie tes lunettes, Lionel). On ne voit pas non plus son nom sur l’affiche. Comment va-t-il «présider autrement» ?
Quant à Robert Hue, il a paritairement tendu le tube à Marie-George qui, en fille de garagiste lui a dit : les Français qui voteront pour toi mettront un tigre dans le moteur de la gauche. C’est le meilleur slogan, vous ne trouvez pas ?.


Jean Lefèvre

(1) Eluard évidemment

Présidentielle 2002
Des élu(es) aubois (ses) vous appellent à voter
Robert Hue dimanche

Elus dans différentes localités, nous sommes profondément attachés à la vie des habitants de nos villages, de nos villes, de notre département et de notre région.
Alors que les attentes de nos concitoyens sont nombreuses à l’égard de leurs élus, nous mesurons combien les collectivités locales ont besoin de moyens financiers nouveaux pour y répondre.
Parce que Robert Hue propose justement de taxer les actifs financiers des entreprises à hauteur de 0,3% représentant 1.250 F par habitant pour alimenter les budgets des collectivités locales, nous appelons les habitants à choisir le bulletin de vote portant son nom pour que cette disposition soit prise en compte par le futur président de la République..

 

 

 


 

La France c'est vous "robert Hue 2002 le vote efficaceLa France c'est vous "robert Hue 2002 le vote efficace

 

Appel à voter Robert Hue
La liste des élus aubois signataires appellant à voter ,le 21 avril prochain, pour Robert Hue.


Laurent Levasseur et Françoise Mériaux, Nogent-sur Seine; Yves Leonet, Régis Labbé et Dominique Leblanc, Sainte-Savine; Joë Triché, Rolande Barthelemy, Yves Bouteiller, Nathallie Privé et Gilles Ponti, Romilly-sur-Seine; Roland Leloup, Joseph Seghetto, Josette Dollat, Daniel Fréchard, Jean-Bernard Vadrot, Corinne Augusto - Hantzberg, Bar-sur-Seine; Pierre Rahon, Jean Hampe Brienne-leChâteau; Marie-Françoise Pautras, Bernard Champagne, La-Chapelle-St-Luc; Bernard et Monique Moretto, Chaource; Michel Jacquinot, Coussegrey; Joel Ninoreille, Jean-Claude Groux, Bouilly; Jean-Jacques Laurent, Javernant; Chantal Gervais, Chamoy; Pierre Mathieu, Anna Zajac, Jean Lefèvre, Troyes; Jean-Pierre Cornevin, St-André-les-Vergers; René Batteur, St-Mards en Othe; Gérard Wilner, Pont-Ste-Marie; Patricia Bizzari, Saint-Julien,-les-Villas; Pierre Faye, Estissac...

Dans l’Aube,
les élus qui ont parrainé l’extrême-droite

Bruno Megret
Jean-Charles Bergeon, maire de la Chaise, Bruno Bertrand, maire de Voigny, Jacques Charney, maire de Villiers-le-Bois, André Dietz, maire de Feuges, Jean-Marie Dupont, maire de Montsuzain, Jean-Pierre Harmand, maire de Précy-St-Martin, Micheline Jeanson, maire de Rances, Sylviane Lhuillier, maire de Lignière, Arlette Mackowicz, maire d’Allibaudières, Jean-Louis Richoux, maire Poligny, Jeanine Senecat, maire de Pouy-sur-Vannes.
Jean-Marie Le Pen
Michel Adolphe, maire de la Loge-Pomblin, Max Champion, maire Donnement, Françoise Denizet, maire de La Ville aux-Bois, Lucien Deshams, maire de Thors, Gilbert Faure, maire de Villacerf, Marcel Guilbert, maire de Marolles-sous-Lignières, Claude Jérôme, maire de Bouy-sur-Orvin, Pierre Lhuillier, maire de Vernonvilliers, Marc Malarmey, conseiller régional, Annie Morel, maire de Channes, Gilbert Portier, maire d’Etourvy, Bruno Subtil, conseiller régional, Georges Veniel, maire de Précy-Notre-Dame